À Vélo à Cuba

2018-03-28 12:58:03
Marleidy Muñoz
À Vélo à Cuba

Les modèles les plus courants

Comme pour les voitures, on trouve toutes sortes de modèles de vélos dans les rues de Cuba.

Étant donné que ce sont les bicyclettes venus des pays de l'Est qui prédominaient dans les années 1970, il n'y a rien de surprenant à voir ces véhicules circuler en nombre dans les rues cubaines.

Cependant, dans la dernière décennie du XXe siècle, le parc des vélos s'est diversifié ; voici une liste des modèles les plus connus.

Niagara: d'origine américaine, ces vélos sont arrivés dans les années 50. Ils ont été très utilisés par les livreurs des entrepôts et des magasins en raison de leur solidité.

Bicyclettes russes : on les connaît aussi sous le nom de 28 en raison des dimensions des roues. Fabriquées en ex-URSS, elles étaient volumineuses et dotées de porte-bagages. Au début des années 90, elles coûtaient 140 pesos cubains.

Bicyclettes chinoises : il y en a eu et il y en a toujours de différentes marques, depuis la Forever à la Flying Pigeon. Ces dernières coûtaient 70 dollars au gouvernement cubain, qui a acheté près de 1,5 million de ces vélos pendant les années 90. Les Cubains les payaient 130 pesos (soit beaucoup moins que le prix d'achat) mais les prix ont atteint la barre des 2 000 pesos sur le marché noir.

Vélos cubains : leur fabrication a été lancée dans la province de Villa Clara, elles ont été baptisées Minervas en raison du nom de l'usine. Peu esthétiques, lourdes et peu solides, elles étaient cependant très utiles. Leur fabrication s'est étendue à d'autres régions du pays. En 1995, 100 000 de ces vélos ont été produits selon le documentaire « Habana Bikes », réalisé par Diego Vivanco et disponible sur Vimeo.

Vélos tout terrain : leur commercialisation dans les magasins d'État à partir des années 2000 a rencontré un large succès. De nombreux Cubains demandaient à leur famille résidant à l'étranger de leur acheter ces vélos car leur prix était et reste très élevé.

Traduction : F. Lamarque

 

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème