Analyse du secteur touristique, 2005-2006

2012-06-07 17:10:10
Analyse du secteur touristique, 2005-2006

Le tourisme à Cuba : toujours en hausse

On ne saurait sous-estimer les potentialités touristiques de Cuba le jour où les touristes américains seront de retour. Pour l’instant, le nombre de touristes en provenance du Royaume-Uni et du Venezuela ne cesse pas d’augmenter.

« La Havane, sans doute la ville la mieux préservée d’Amérique latine, est l’une des plus anciennes, mais aussi des plus fabuleuses et tranquilles du continent. Sa richesse culturelle dépasse largement sa taille (…) La Havane, fière de son histoire, possède une vie culturelle dynamique, enrichie grâce à la cordialité de ses habitants : les Havanais. C’est une ville en mouvement dont l’énergie vous séduira bien après votre départ. » Time Out Guide to Havana & Best of Cuba, 2003. 

Richard Copland, président de l’American Society of Travel Agents (ASTA), a visité Cuba en 2003 et prédit que « si l’interdiction de voyager à Cuba serait levée, au moins un million d’Américains se rendraient à Cuba pendant la première année ». Il a d’ailleurs avancé que les voyages vers l’île se monteraient à cinq millions, cinq ans après la levée de l’interdiction. 

La superficie de Cuba – 110 860 km2 – est supérieure à celle d’un bon nombre de pays européens. Par conséquent, son sol et ses côtes, qui s’étendent sur 3 789 km, peuvent accueillir un nombre supérieur de touristes (en comparaison notamment avec la moyenne des Caraïbes).

Statistiques comparatives – Cuba

Touristes canadiens

Touristes américains

Rép. dominicaine

Caraïbes

Cancun

Cuba, années 1950

Demande et résultats, 2005-2006

En 2005, Cuba a accueilli 2,3 millions de touristes, soit une progression de 12% (7,5% de plus par rapport à 2004). Les revenus ont enregistré une croissance de 15%, passant à 2,7 milliards de dollars US (grâce en partie à la réévaluation du CUC). Cette augmentation obéit en quelque sorte au déplacement de touristes vers la fin de 2005, provoqué par le tsunami qui a ravagé l’Asie et par la destruction de Cancun

En 2005, le nombre de touristes en provenance du Royaume Uni s’est accru de 25% (201 000), celui provenant de l’Espagne de plus de 36% (199 000), celui du Canada de plus de 7% (603 000) et celui du Venezuela* de plus de 87% (161 000). En revanche, celui de touristes italiens, allemands et français a baissé de 5, 14 et 10% respectivement.

Le premier trimestre de 2006 a enregistré une légère diminution quant au nombre de touristes (740 000), et ce notamment en raison du fait que les vacances de Pâques sont tombées un peu plus tard. Les autorités espèrent que l’objectif fixé, à savoir 2,5 millions d’arrivées en 2006, sera atteint, ce qui laisse prévoir une augmentation de 7,8% par rapport à 2005. Cependant, certains analystes estiment qu’il est peu probable que l’on puisse atteindre ce chiffre, compte tenu notamment des interruptions des calendriers en raison du Sommet des Non-Alignés et d’une contraction de certaines modalités du tourisme de santé.

Le tourisme canadien a diminué de 7% en 2006 (voir rapport page suivante).

* La plupart des visiteurs vénézuéliens se rendent à Cuba dans le cadre d’un programme de tourisme de santé parrainé par l’État.

Stratégie touristique à Cuba

Le secteur touristique cubain s’est développé au milieu d’une grave crise économique survenue au début des années 1990, le but étant d’obtenir des devises.

Dans un premier temps, Cuba a été promue comme une destination de soleil et de plage relativement bon marché, très attirante pour les Canadiens qui fuyaient l’hiver. Les hôtels opérant en formule tout compris répondaient à cette conception sans porter atteinte à l’économie locale.

Les progrès enregistrés ont permis d’envisager la possibilité de développer un tourisme de meilleure catégorie. Aujourd’hui, l’accent est mis sur l’élévation de la rentabilité par touriste moyennant la réduction des frais et l’amélioration de la qualité et de la diversité des services fournis.

La plupart des nouvelles installations affichent la catégorie cinq étoiles. La construction de terrains de golf et de marinas reste un thème très débattu. Cependant, les plans de construction n’ont pas été abandonnés.

Capacités

Fin 2005, Cuba dénombrait 42 552 chambres d’hôtel réparties dans 272 installations implantées notamment à La Havane (23%), Varadero (36%), Jardines del Rey (9%) et Guardalavaca (11%).

Participation étrangère

Cinquante hôtels dotés de 18 779 chambres, soit 44% du total, opèrent en vertu de contrats de gérance souscrits avec des chaînes hôtelières étrangères, dont Sol Meliá, Accor, Blau, Barceló, Hotetur, Hoteles C, IberoStar, NH et Occidental.

Dans la quasi totalité des cas, le propriétaire des hôtels est une chaîne cubaine (en général Gaviota ou Cubanacán). Normalement, le contrat de gérance a une durée de cinq ans. Les hôtels Saratoga (récemment inauguré) et Meliá Habana constituent l’exemple de quelques exceptions, se sont en effet deux coentreprises.

Groupes hôteliers cubains

L’industrie touristique cubaine a fait l’objet d’une importanterestructuration en 2004, donnant lieu à la fusion de plusieurs entitésmodestes et à la création des groupes suivants :

Gaviota S.A. Branche commerciale des Forces armées révolutionnaires. Réputée pour son efficacité.

Cubanacán S.A.  Le plus prestigieux du pays. 51 hôtels parsemés tout au long de l’île.

Gran Caribe. 30 hôtels, y compris le célèbre hôtel Nacional.

Habaguanex S.A. Branche commerciale de l’Oficina del Historiador.Compte tenu des résultats obtenus dans la restauration et ledéveloppement de la Vieille-Havane, l’entité jouit d’un grandprestige.    

Plaintes

Début 2006, l’Association canadienne des voyagistes (CATO) a soumis à la considération du ministère cubain du Tourisme une série de plaintes concernant, entre autres, la qualité des services, le vol et les prix élevés du carburant pour les avions.

Les tour-opérateurs se plaignent d’autre part de la perte de compétitivité dans la région du fait de l’augmentation des prix et de la réévaluation de la monnaie en 2005.

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème