Cuba aux accords électroniques



La musique générée par les appareils électroniques attire les foules dans l’île. L'impulsion qu'elle connaît parmi les jeunes Cubains promet d’arriver loin…

Récemment encore, les adeptes de la musique électronique étaient considérés à Cuba comme des personnes étranges. Le son régulier des appareils, nuancé par le mixage des DJ’s, n’attirait pas le grand public ni ne disposait non plus  d’un espace exclusif pour ce nouveau type de musique.

Aujourd’hui, le panorama est bien différent. Considérée tout d’abord comme une tendance alternative et underground, la musique électronique est actuellement  un mouvement dont le nombre d’adeptes est comparable à celui d’autres pays précurseurs de ce courant.

Le haut du palmarès international s'est introduit à Cuba et a éveillé le goût de la musique électronique. De leur côté, les artistes de l’île ont apporté leur grain de sel avec des propositions d’avant-garde qui ont attiré les foules. Ils poursuivent leurs efforts pour occuper des espaces et mixer sur les appareils avec un savoir-faire et un rythme permettant d'affirmer qu’il existe aujourd’hui à Cuba un mouvement de musique électronique autochtone.

Les centres culturels du pays organisent de plus en plus de fêtes, de festivals et de récitals pour les personnes qui apprécient ce genre musical.  Sur les dispositifs audio des jeunes de l’île, ce type de musique prévaut  sur les  autres, uniquement surpassé par le mondialement connu reggaeton.

Un mouvement proélectronique

A la suite du rétablissement des relations entre Cuba et les Etats-Unis et de l’avalanche de visites effectuées dans son sillage, de nombreux groupes musicaux représentatifs au niveau international ont débarqué dans l’île et ont été surpris de constater qu’ils étaient largement connus sur place.

Le concert offert par les Rolling Stones a été suivi par la présentation, à l'intention des  jeunes Cubains, des DJ’s Diplo et Major Lazer, mondialement connus, qui ont entraîné toute une joyeuse cohorte sur le malecón de La Havane, l'avenue du bord de mer.

Un festival national de musique électronique, appelé Stéréo G,  s’est tenu sur la plage de Caletones, dans la province d’Holguin, sans remporter toutefois le succès escompté par les fans de cette musique. D’importants défenseurs de ce courant musical s’y sont rendus, malgré la distance géographique, vu que la plupart des artistes qui se consacrent à ce genre de musique habitent à La Havane.  Cependant, ce festival est important pour ceux qui défendent cette musique et qui vivent dans les provinces de l’est cubain.

Le Laboratoire national de la musique électronique apporte son soutien aux créateurs. Il organise aussi des rencontres et des cours pour les personnes intéressées  à la technologie musicale.

Une autre plage, dans la partie occidentale, propose chaque année au mois d’août une rencontre baptisée auparavant du nom de Rotilla, comme cette partie du littoral, et connue  aujourd’hui  sous le nom d’Eté à Jibacoa.

Outre les festivals Havana World Music (qui inclut, entre autres, ce style de musique), il faut mentionner aussi Proelectronica, classé pendant quatre ans à l’avant-garde de ce courant musical et organisé par PMRecords, l’institution appelée à lancer la musique électronique cubaine dans le monde entier.

Eyeife pour la musique électronique

Eyeife est un mot de la religion afrocubaine qui signifie chance et  prospérité, tout un symbole pour le festival du même nom qui se tiendra au mois de septembre et dans le cadre duquel vont se présenter les figures de proue de la musique électronique dans le monde, très intéressées par le travail des artistes cubains dans ce domaine et surtout par la possibilité de  partager leurs expériences.

Suylen Milanés, de PMRecords, chargée de l’organisation du festival,  nous  fait savoir que de nombreux DJ’s de la taille du producteur américain Chip E, considéré le père de la musique house, figurent au programme.

L’Espagnol Juanjo Martin qui vient d’Ibiza, en Espagne, où ce courant musical est roi, et le  Mexicain Luis Murillo Bishop qui a lancé un grand nombre de jeunes artistes de son pays, en font également partie. D’autres artistes viendront d’Angleterre et aussi de pays sud-américains.

Ce sera une fête à tout casser. Et les nombreux DJ’s cubains, parmi lesquels on compte aussi des femmes, pourront montrer ce qu’ils savent faire de mieux : mixer les sons tout en leur imprimant le cachet cubain.

Traduction : Alicia Beneito