Cuba: l’origine d’un nom

2017-10-04 16:27:37
Marleidy Muñoz
Cuba: l’origine d’un nom

Le vocable Cuba a finalement pris le dessus sur Juana, Fernandina et autres, pour désigner l’archipel cubain. Mais que signifie ce terme d’origine arawak ?

La plus grande île des Antilles porte depuis près de cinq siècles le nom de Cuba. C'est en vain que l'on a essayé de découvrir le sens original de cette dénomination, qui demeure le secret bien gardé d’une population désormais disparue.

Christophe Colomb est le premier à employer ce nom. Sans très bien comprendre les sons de la langue des Tainos, en octobre 1492, il écrit dans son journal à propos de l’île : « Je crois qu’il s’agit de Cipango, selon ce que me disent les Indiens (indigènes) qui appellent cette île Colba. » Après avoir mieux prêté l’oreille, il ajoute : « J’aimerais me rendre sur l’île de Cuba. »

Lors de la découverte, l’amiral prononce le premier éloge de Cuba en langue espagnole : « Es esta la isla más hermosa que ojos hayan visto. » « Cette île est la plus belle que les yeux de l'homme aient jamais contemplée. » Lorsqu’il part à la recherche d’autres terres, il note : « Je décide de quitter Cuba ou Juana, nom que je lui donnerai en l’honneur du prince Don Juan, fils et héritier des rois catholiques. »

Cependant, les cartes de l’époque conservent le nom de Cuba. Il existe une autre tentative de le remplacer. Aux termes d'un décret datant de février 1515, l’île serait nommée Fernandina, sur ordre du roi. Ce nom n’est adopté que temporairement et finit par tomber dans l’oubli. La dénomination autochtone  s'impose définitivement.

Les étymologies suggérées

A partir de l’origine antillaise du terme, l’ethnologue et anthropologue cubain Fernando Ortiz avance l’hypothèse suivante : « Le Ciboney habitait dans les grottes, probablement connues sous un nom appartenant à la même racine que Cuba, terme que les Tainos employaient en Haïti pour désigner la zone montagneuse de l’est de notre île. Les deux mots semblent provenir de ciba, qui signifie pierre, montagne, grotte. »

Des études ont aussi porté sur la dénomination dakuban et sur les graphies koba-kuba, qui ont pour sens sol, campagne, terrain ; ce sont peut-être là les paroles entendues par  Colomb.

Faute d’éléments suffisants pour clarifier la véritable signification de  l'appellation Cuba, il est loisible de supposer que le mot est lié au relief, puisque les noms indigènes dérivés de  Cubanacan se rapportent à des régions montagneuses du centre et de l’est du pays.

En Haïti, il existe aussi des endroits appelés Cubas et Cubana, ce qui  indique  qu’il ne s’agit pas d’une simple coïncidence, mais d'un terme désignant les  zones montagneuses. Ces conjectures se confirment au su du fait que toutes ces populations aborigènes proviennent de la même souche arawak et d’un tronc commun linguistique.

Malgré une origine incertaine, le nom s'est imposé comme témoignage de ce que voulut exprimer le Taino et de l'interprétation qu'en fit l'amiral. Plus jamais, l’île ne s’est appelée Juana, Isabela — comme elle apparaît par erreur sur des cartes d’une époque reculée — ou Fernandina, mais Cuba.

Traduction : Alicia Beneito

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème