Danser la salsa à Cuba

2018-02-23 21:22:15
Marleidy Muñoz
Danser la salsa à Cuba

Quel est l’espace idéal pour apprendre à danser la salsa à Cuba ? Celui où se réunissent les meilleurs groupes musicaux de l’île pour se produire en plein air pendant cinq jours.

Maykel Blanco a eu l’idée d’organiser le Festival de la salsa en 2016. Vu l’absence d’événements à Cuba réunissant les principaux orchestres du genre, le directeur de Salsa Mayor a eu l’idée de proposer cette fête, spécialement dédiée aux danseurs.

Dans ce contexte, des groupes emblématiques de la musique cubaine, conjointement avec d’autres récemment créés, interprètent leurs chansons sur la même scène.

Certes, la salsa est née à Cuba, mais les apports faits par des musiciens de Porto Rico et d’autres pays caribéens sont indéniables. Ce genre a conquis par la suite des salons de danse de l’Amérique latine, des États-Unis et de l’Europe, devenant par la suite un symbole d’énergie et de sensualité. Aussi, des danseurs du monde entier se donnent-ils rendez-vous au Parque Metropolitano Almendares, au Vedado, pour participer à un spectacle vibrant en plein air, à l’instar d’un authentique Festival de Woodstocklatin.

Il ne s’agit pas d’un concours de danse, mais d’une occasion idéale pour se délecter des sonorités des groupes et de passer des moments agréables avec les spectateurs cubains. Rien d’étonnant alors que quelqu’un parmi les plus expérimentés s’offre à vous apprendre les pas élémentaires de la salsa.

Dans le cadre des activités liées à l’apprentissage de la salsa, des cours pratiques de chant et de danse sont offerts au centre culturel Enguayabera, situé dans le quartier résidentiel d’Alamar.

Paradiso, agence de l’entreprise étatique ARTEX, sise aux rues 23 et P (Vedado), se charge de la vente des billets d’entrée aux visiteurs étrangers intéressés à y participer, soit comme spectateurs, soit comme danseurs.

La fête de la salsa à Cuba propose aussi des spectacles animés par des comparsas ‑ groupes de danse de la rue - et des DJ spécialisés en rythmes latins, dont Timbalero, musicien installé à Strasbourg (France) dont la carrière a débuté en 2000. Il est le président de l’association AHI NA’MA, ainsi que l’organisateur du festival CUBAHINAMA en France.

Le Festival de la salsa à La Havane, qui s’étendra pendant quatre jours, prévoit deux séances. La première, de 17 à 19 heures, comprend, entre autres, défilés de comparsas, activités récréatives, vente de produits culturels et dégustation de mets cubains, alors que la deuxième, de 20 heures à 2 heures du matin, comptera sur la participation d’orchestres.

Des groupes qui jouissent d’une grande popularité en Amérique latine, comme Habana D’Primera et El Niño y la Verdad seront chargés d’enflammer la piste pour les danseurs de casino (salsa cubaine). Alain Pérez, nominé aux Grammy Latino 2017 pour son album ADN, s’y produira, conjointement avec des groupes de musique cubaine comme celui d’Adalberto Álvarez - le Caballero del Son -, Puppy y Los que Son, et Van Van.

Des after partys, organisés chaque soir au club El Diablo Tun Tun, après les concerts en plein air, seront animés par les DJ Timbalero, Marco « El Chino » (Italie) et Mandy (Cuba).

Traduction : Fernández-Reyes

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème