Déborah Andollo, la fille de Yemaya

2012-06-07 17:10:14
Eva Torres
Déborah Andollo, la fille de Yemaya

Déborah Andollo a établi 15 records mondiaux d’immersion sur une période de 9 ans. Elle a atteint des profondeurs supérieures à 100mètres. La championne modeste parle à Silvia Gómez de ses records et projets actuels.

Dans les eaux tièdes entourant Cuba et qui bordent certaines des plages les plus spectaculaires du monde, Déborah Andollo avait l’habitude de lancer sept monnaies à la mer avant de plonger dans ses eaux. 

Déborah demandait la permission de Yemaya - déesse et mère des mers d’après la religion afro cubaine, connue sous le nom de Santeria – pour pénétrer ses domaines car on dit que sa colère est implacable et que ses châtiments sont terribles. Et Yemaya n’a pas seulement autorisé la jeune femme d’y pénétrer ; elle a aussi souhaité la bienvenue à son monde silencieux et profond à cette apnéiste championne. 

L’apnée est une modalité extrême de la plongée libre. Ceux qui la pratiquent essaient d’atteindre des profondeurs, des temps et des distances impressionnantes en retenant l’air sans recourir à aucun matériel.

Dans sa maison accueillante à la plage El Mégano, à l’est de La Havane, Déborah Andollo explique qu’elle est attirée par la mer depuis sa première enfance :

« Je n’en avais pas peur et j’étais tellement confiante que j’ai failli me noyer à l’âge de trois ans».

Afin de veiller à sa sécurité, ses parents ont décidé de l’inscrire dans une académie de natation. Plus tard, à la petite plage de la rue16, à Miramar, elle entrait en compétition avec les garçons pour savoir qui était capable d’aller plus loin, plus profond. Elle a pratiqué la natation synchronisée et pendant douze ans elle a été le capitaine de l’équipe nationale de la spécialité.

Déborah accumule le chiffre spectaculaire de 16 records mondiaux dans les quatre modalités de la plongée en apnée. Elle a été classée parmi les cent meilleurs sportifs cubains du XXe siècle et choisie comme le meilleur plongeur au monde en 1997. Elle est sans conteste l’étoile d’un sport aussi compétitif dans lequel, d’après ses propres mots « tu es le champion du monde ou tu n’es rien ».

Pour une personne ayant excellé dans un sport si exigeant, Déborah a l’air fragile. Son opinion par rapport à ce qu’elle fait est philosophique :

« Pour moi, l’apnée est quelque chose de très spirituel qui exige non seulement de la volonté de renoncer à plusieurs plaisirs mais aussi une profonde maîtrise de l’esprit, une connaissance approfondie de soi, des possibilités – ou non – de dépasser certaines limites, et une disposition essentielle à se sentir en harmonie avec la nature. »

Les premières références à l’apnée remontent à l’an 4500 av. J.-C. lorsque des femmes japonaises - dénommées amas - étaient forcées de chercher des huîtres perlières dans les fonds marins. La Grèce ancienne a utilisé l’apnée à des fins militaires et en Amérique, le Pérou précolombien l’utilisait pour nourrir sa population, tout comme les aborigènes de Cuba et des Caraïbes.

L’apnée est un sport cher, qui exige des équipements d’appoint, plongeurs, médecins, embarcations, caissons hyperbares, installations. Déborah explique que par ces origines, l’apnée est liée à la nature et donc à sa protection. Elle soutient, à ce titre, plusieurs projets environnementaux et est d’avis que le meilleur espoir pour les espèces humaines réside dans l’éducation des enfants sur ce thème de la protection de la nature environnante :

« Expliquer aux enfants combien de temps tarde une cannette de soda à se désintégrer dans la mer ; leur parler du nombre de tortues marines qui meurent asphyxiées en essayant d’avaler un sac de nylon peut s’avérer aussi utile ou plus que d’imposer une amende à un adulte déjà transformé, inconsciemment, en prédateur. »

La vie de notre championne ne se borne pas à la mer. Elle trouve du temps pour faire du jogging avec son mari, faire de la gymnastique et du yoga.

Mais la mer est son véritable foyer. Yemaya n’aurait pu rêver d’une meilleure ambassadrice.

Records mondiaux de Déborah Andollo:

50 m plongée libre      Mai 1992    Varadero, Cuba                          CMAS

60 m poids constant    Novembre 1992    Île de la Jeunesse, Cuba    CMAS

52 m corps libre         Mai 1993    Varadero, Cuba                           CMAS

61 m poids constant    Juin 1993    Cayo Largo, Cuba                       CMAS

80 m poids variable     Février 1994    Île de la Jeunesse, Cuba         CMAS/AIDA

60 m plongée libre       Mai 1994    Île de la Jeunesse, Cuba              CMAS/AIDA

85 m poids variable     Novembre 1995    Île de la Jeunesse, Cuba     AIDA

110 m No Limits          Mai 1996    Île de la Jeunesse, Cuba               CMAS/AIDA

62 m poids constant    Octobre 1996    Sardaigne, Italie                    CMAS

90 m poids variable     Juillet 1997    Sardaigne, Italie                       AIDA

65 m poids constant    Décembre 1997    Île de la Jeunesse, Cuba    CMAS

95 m poids variable     Juillet 2000    Parghelia, Italie                      AIDA

115 m No Limits          Juillet 2000    Parghelia, Italie                     AIDA

100 m plongée libre    Juillet 2002    Giglio, Italie                     live on Rai3 Notaire public

Record mondial absolu:

74 m corps libre    Juillet 2001    Île de la Jeunesse, Cuba     IAFD

Les marques ont été certifiées officiellement par CMAS, AIDA, l’IAFD ou par notaire public.

  

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème