D’où vient « Cuba » ?


Ph


Tout le monde sur la planète appelle notre île « Cuba » mais peu savent l’origine et la signification de ce nom.

Bien avant que Christophe Colomb découvre les Antilles en 1492, plusieurs Îles (Bahamas, Lucayas, Petites Antilles) étaient déjà habitées par des communautés aborigènes.  La première terre que le navigateur aperçue est l’Île de Guanahaní. Le marin génois la renomma San Salvador (elle est connu aujourd’hui sous le nom d’Île Watlings). Débarqué sur l’Île, il apprit des aborigènes que « plus au sud, il existait une Île beaucoup plus grande. Elle devait s’appelé « Cipango » selon ces indiens » (journal de bord du 21 octobre 1492).

La découverte de Cuba

Durant la nuit du 27 octobre 1492, l’expédition accoste sur les côtes cubaines. Colomb, impressionné par la nature dense et variée, eut ces mots : « C’est la plus belle terre qu’un homme peut voir de ses yeux. »

Cuba est le nom donné par les aborigènes à leur Île. Un amiral, compagnon de Colomb, souhaita changer ce nom et décida de la renommer « Juana » en l’honneur du prince Don Juan.

Le 5 décembre, Colomb et ses hommes préparent leur retour en Espagne. Il écrit dans son journal : « D’aucuns disent que les gens de Cuba ou de Juana […] » Le nom « Juana » a été oublié à travers le temps. Les conquérants et colonisateurs successifs ont préféré garder le nom indigène « Cuba ».

Suite à de regrettables erreurs, l’Île apparait sous le nom d’Isabela dans plusieurs cartes du XVIème siècle comme le signale J. J. Arrom. Toutefois, le nom « Cuba » a été maintenu sur les deux plus importantes cartes de l’époque : celle du cartographe Juan de la Cosa en 1500 et celle du chroniquer à la cour du roi Pedro Mártir de Anglería en 1511.

Fernandina ou Cuba ?

Les tentatives d’hispanisation de l’Île ont abouti le 18 février 1515 avec la cédule royale stipulant que « [...] l’Île appelée Cuba sera dorénavant nommée Fernandina. »

La plus grande île de l’archipel cubain a durant longtemps été appelée indifféremment Cuba ou Fernandina. Même l’écrivain populaire Silvestre de Balboa exalta les beautés de l’île en 1608 dans Espejo de paciencia en parlant de « […] l’île Dorée de Cuba ou de Fernandina ».

Mais le nom de Cuba a triomphé au terme des années. On trouve des explications du fait que les créoles ont voulu petit à petit se différencier de la communauté espagnole afin de s’exprimer en leur nom propre.

Cuba, une terre cultivée ou habitée

Dans la Filología comparada de las lenguas y dialectos arawak (Philologie comparée des langues et des dialectes arawak), Sixto Perea donne une explication sur les origines du nom Cuba. Il se base sur la traduction de l’arawak de Surinam parlée par les lokonos.

Ces indiens d’amazonie et des Antilles ne connaissaient pas les concepts de « paradis », d’ « Eden » ni ceux de « jardin » ou de « verger ». Pour eux, seul existait le conuco ou konoco, sorte de forêt. Nous pouvons penser que les jésuites ont recouru au nom Cuba (« terre cultivée » ou « labourée ») afin de traduire les concepts de « paradis » et de « jardin d’Eden » des textes religieux. D’autre part, certains racontent que ce mot signifiait « terre habitée » aux Antilles.

La polémique est encore présente sur ce sujet. Nous pouvons toutefois affirmer avec assurance que le nom Cuba a été donné à l’île par les aborigènes antillais et que ceux-ci parlaient des langues proches des langues arawak.