Elpidio Valdés, le héros des enfants à Cuba



Elpidio Valdés est un personnage de dessin animé qui représente le héros national : courageux, intelligent et attaché aux coutumes cubaines.

Par Sofía D. Iglesias

A Cuba, il n’y a pas un enfant, un jeune ou un adulte qui ne connaisse Elpidio Valdés. Il s’agit du plus connu de tous les dessins animés (muñequitos pour les Cubains) créés à Cuba.

Ce personnage est l’œuvre du caricaturiste et animateur Juan Padrón et représente la cubanía aussi bien du point de vue du contexte dans lequel il évolue que dans sa manière de parler et de se comporter.

Elpidio Valdés est un mambí, autrement dit un combattant indépendantiste en guerre contre le colonialisme espagnol. Il a pris le maquis et vit au milieu des montagnes, des rivières et des palmiers royaux. Il possède un cheval farouche et audacieux, Palmiche, une belle fiancée appelée María Silvia et une troupe qui le suit fidèlement dans toutes les batailles.

Chaque épisode du dessin animé Elpidio Valdés est un hommage rendu à ce que les Cubains — notamment à ceux qui vivent dans l’intérieur et que l’on nomme guajiros — ont de plus authentique. On y évoque la vie à la campagne, l’utilité de ces outils de travail si cubains comme la machette, les fêtes paysannes et les danses traditionnelles.

Par ailleurs, ce dessin animé offre aux enfants des connaissances essentielles en matière d’histoire. Présentés de manière divertissante, ces savoirs sont assimilés de manière naturelle par les plus jeunes.

Les aventures d’Elpidio, ses phrases ironiques ou encore les inflexions de sa voix, font partie, pour de nombreux hommes et femmes d’aujourd’hui, des souvenirs de leur enfance auxquels ils tiennent le plus. C’est pourquoi il n’est pas rare qu’au cours d’une conversation, quelqu’un dise : « ¡Arriba caballero! » (En avant les gars !), « Eso habría que verlo » (Ça reste à voir), « Hasta la vista compay » (compay est un terme familier pour s’adresser à quelqu’un)… et qu’on lui réponde avec l’accent espagnol caricatural du général Resoples, l’un des méchants de cette saga.

Elpidio Valdés a récemment été inscrit au patrimoine national en raison de l’attachement dont il fait l’objet chez les Cubains et de tout ce qu’il signifie pour l’identité nationale. Néanmoins, les organismes culturels et éducatifs chargés de mettre en valeur ce personnage n’utilisent pas suffisamment ses potentialités en terme d’image, sa richesse linguistique, son utilité pour l’enseignement de l’histoire, pour les traditions…

Même si tous les Cubains âgés de trente à quarante ans sont prêts à donner n’importe quoi pour porter un T-shirt représentant Elpidio Valdés, les nouvelles générations préfèrent Mickey Mouse, Superman et d’autres héros étrangers.

La famille a une influence importante sur les goûts culturels des enfants, mais on ne peut pas l’accuser de tous les maux. Les institutions cubaines doivent beaucoup à ce héros du maquis et les hommes et femmes de demain ont besoin de s’approcher davantage d’Elpidio Valdés.

Concevoir des longs métrages, prolonger son existence dans le temps et adapter la trame narrative des histoires aux nouvelles technologies ne suffit pas. Elpidio Valdés est le héros des dessins animés cubains mais il doit redevenir celui des enfants.

Traduction : F. Lamarque