Ena Lucia Portela,  « ent bouteilles sur un mur »

2012-06-07 17:10:32
John Dew
Ena Lucia Portela,  « ent bouteilles sur un mur »

Le dessin ci-après s’inspire du plus beau et sensationnel roman publié à Cuba de ces dix dernières années : Cent bouteilles sur un mur (Cien botellas en un pared) de la jeune romancière cubaine Ena Lucía Portela. Parue en 2002, l’œuvre a été déjà traduite en français mais pas encore en anglais. L’auteur offre un cadre tragicomique - aigu et convaincant - de la vie du protagoniste, depuis ses années d’écolière dans les années 1980, jusqu’à sa maturité une décennie plus tard. Comme toile de fond : une ancienne maison transformée en immeuble de rapport du quartier encore élégant du Vedado.

Le dessin montre la maison, implantée dans ce que le protagoniste appelle « le coin heureux du marteau », où, comme partout ailleurs dans la ville, il y a toujours quelqu’un en train de marteler, de cloisonner, de construire une cabane sur le toit, d’ « inventer » d’autres espaces pour vivre.

On peut distinguer, en bas à droite, la jeune protagoniste avec ses compagnes d’école, Linda et Yadelis, avec Moisés, son amant abusif, se montrant à la fenêtre (en haut, à gauche), d’où il tombe grâce aux bons offices d’Alix, la mystérieuse (en équilibre sur l’auvent), pour trouver la mort opportunément. D’autres personnages y sont aussi représentés : le futur trompettiste Polyester (personne ne sait prononcer son nom Dniester, le vrai) ; le curé et confesseur, le père Ignacio ; les ivrognes, toujours installés à l’entrée du bâtiment et Megaterio, le chien méchant qui terrorise les locataires de l’immeuble. 

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est l'objectif.

Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit.

C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections.

www.CubaAbsolutely.com

Sur le même thème