Fumer un Habano à La Havane

2012-06-07 17:10:10
Amir Saarony
Fumer un Habano à La Havane

La Havane mérite sa réputation de haut lieu des fumeurs de cigares.

Amir Saarony nous promène à travers les meilleurs havanes et les sites

idéaux pour les déguster.  

Disons tout d’abord que Fidel Castro ne fume plus de cigares depuis 1986, et ce pour soutenir la campagne contre le tabagisme dans un pays affichant l’un des taux les plus élevés de fumeurs au monde. Cependant, La Havane demeure un haut lieu des fumeurs dans une île où le tabac joue un rôle complexe dans l’histoire, la culture et la vie quotidienne.

Une visite de la fabrique Partagás, située derrière le Capitole et consacrée à cet art depuis 1845, s’impose pour aller aux sources du tabac cubain. Là, les visiteurs, y compris les non fumeurs les plus récalcitrants, auront la possibilité d’apprécier le processus de fabrication. La civette de cette manufacture, La Casa del Habano, pourrait être considérée comme la plus renommée au monde.

À l’instar de n’importe quel établissement de ce type, elle compte un assortiment précieux et un personnel bien informé et affable. Vu l’affluence des clients, cette installation est le lieu idéal pour déguster de petits modules, dont Hoyo de Monterrey Petit Robusto, Romeo y Julieta Short Churchill et, mon coup de cœur, Montecristo Petit Edmundo. J’adore ce petit cigare débordant de saveur et d’excellence. Avec 52 mm de diamètre et 110 mm de long, ce Montecristo remplira votre bouche des touches de cacao, cèdre et épices. Il s’agit d’un cigare splendide à puissance moyenne avec un final mémorable, caractéristique réservée en général aux modules plus longs.

Si vous recherchez une ambiance fumeur éloignée du circuit touristique, nous vous recommandons alors la Casa del Habano située à 5ª avenida y calle 16, dans le quartier de Miramar, un endroit calme où vous pourrez choisir, parmi une offre très variée, votre cigare préféré, vous reposer et fuir l’agitation. Demandez un café ou un verre au bar ou déjeunez dans le restaurant ; puis, faites une pause dans un fauteuil en osier et fumez un Habano. Je vous recommande un Punch Churchill, un classique.

Les cigares des récoltes plus récentes évoquent la gloire de ce havane fabriqué vers la fin des années 1990, dont le tirage, uniforme et constant, distille des touches d’épices, de cuir et de bois. L’architecture parfaite et les conditionnements des dernières livraisons sont un vrai régal des yeux et du toucher. La saveur évolue au fur et à mesure que vous dégustez votre havane, qui devient plus riche et plus intense. Et ce cigare d’intensité moyenne ne fera que s’améliorer au fils des ans. Quant aux modules plus gros, voici mes recommandations : Montecristo No. 2, Hoyo de Monterrey Double Corona ou H. Upmann Sir Winston. Depuis 2003, la qualité de ces modules est exceptionnelle.

Vers l’ouest, après avoir quitté le quartier de Miramar, vous trouverez le Club Habana (Calle 5ta entre 188 y 192, Miramar). L’ancien Biltmore Club d’avant le triomphe de la Révolution compte des courts de tennis, un gymnase, des restaurants magnifiques et une plage privative. Son véritable attrait est cependant la Casa del Habano, dirigée par Enrique Mons, l’une des figures les plus représentatives du monde du tabac et chef du département Qualité de Cubatabaco (prédécesseur de Habanos) pendant plus de 20 ans. Mons a été le premier gérant de La Quinta, la première manufacture moderne inaugurée à Cuba. Je suis convaincu que Mons est en mesure d’offrir une opinion sur n’importe quel cigare fabriqué au cours des trente-cinq dernières années.

Ma recommandation : un cigare plein de saveur comme le Montecristo No. 2. Considérée à un moment donné la pyramide suprême, elle a été délaissée pendant deux ans avant de récupérer sa prestance. Cape soyeuse, brillante et huileuse, construction impeccable, tirage uniforme et intense, combinaisons de saveurs allant du sucré aux épices piquantes, autant d’atouts de ce cigare. Dans la deuxième moitié, les saveurs se mêlent et poursuivent leur danse jusqu’au cœur du havane. La fumée, bleue et aromatique, évoque celle que l’on croyait réservée aux publicités.

Si vous vous promenez par hasard dans les rues affairées de la Vieille-Havane, ne ratez pas l’occasion de visiter l’hôtel Conde de Villanueva (Calle Mercaderes 202, esq. Lamparilla), maison autrefois de Claudio Martínez de Pinillos, conte de Villanueva, transformée en « boutique hôtel » de neuf chambres. Toutes les chambres et suites portent le nom d’une marque de havanes, mais c’est pour une autre raison qu’il est un paradis pour les fumeurs. En franchisant la fraîche cour intérieure, vous découvrirez à droite les escaliers conduisant à la mezzanine qui abritait les anciennes chambres des domestiques. Là haut, vous attend un petit bijou des Casas del Habano. Antonio Hevia est le gérant de ce trésor caché. Reynaldo en est le torcedor, l’un des plus populaires des civettes de la ville. C’est un site enchanteur pour faire une pause et déguster un cigare exquis roulé par Reynaldo ou un autre choisi parmi le vaste assortiment de la boutique.

À mon avis, La Gloria Cubana Médaille d’Or No. 2. est le cigare qui s’adapte le mieux à l’ambiance de la fraîche cour. Récemment, j’ai retrouvé, au fond de l’humidor, deux boîtes de cette marque oubliée datant de 1997. Je ne sais pas comment décrire cette expérience épicurienne. Imaginez la saveur du cèdre et du cuir couverte d’une couche délicate de miel. Pour moi, ce cigare léger est le complément idéal d’un après midi parfait. Le tirage est uniforme et intense et les saveurs cadrent bien avec une ou deux tasses de café Serrano.

Vous n’avez maintenant qu’à choisir une boîte pour emporter à la maison et il faut bien profiter de cette opération. Vous devrez choisir parmi plusieurs assortiments dans une ambiance calme et relaxée, un souvenir à caresser de retour chez vous. Ne vous hâtez jamais comme s’il s’agissait de l’étagère d’un supermarché ou d’un vendeur ambulant. Comme dirait un Cubain, « en fin de compte », aussi bien pour les fumeurs occasionnels que pour les amoureux du havane, fumer un cigare à Cuba est un plaisir à savourer et apprécier. Ça s’accorde bien avec l’environnement et la culture et fait partie de l’expérience cubaine. Profitez-en !

 

• Dégustez plusieurs cigares avant de choisir une ou deux boîtes à emporter chez vous.

• Tirez profit de la nature communicative et prévenante du personnel des Casas del Habano pour connaître les nouveautés du monde du tabac à La Havane.

• Prenez du plaisir au processus d’acheter des cigares, doucement, non pas comme s’il s’agissait de l’étagère d’un supermarché ou d’un vendeur ambulant.

 

Amir Saarony

Il vit à Toronto, au Canada. Il a visité Cuba plus de 50 fois et est un véritable amateur de cigares, passionné de la La Havane, de ses habitants et de ses cigares. Il a rédigé plusieurs articles sur ces thèmes, pour des revues internationales.

 

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème