Havana Club : un verre typiquement cubain

2017-08-15 20:11:04
Luna Valdés
Havana Club : un verre typiquement cubain

Le rhum Havana Club, reconnu comme l’un des meilleurs au monde, fait partie de l'essence même de Cuba.

Le rhum Havana Club est l’une des marques principales de cette île des Caraïbes. Il est commercialisé dans plus de cent vingt-cinq pays et se vante d’être le plus consommé au niveau international,  surtout sur le marché européen.

Les premières distillations

En 1878, José Arechavala inaugure la distillerie La Vizcaya, à Cardenas, dans la province de Matanzas. C’est là que voit le jour le rhum dont le nom évoque la capitale cubaine.

En 1959, au triomphe de la révolution, la distillerie est nationalisée et devient une importante source de revenus pour l’économie nationale. Depuis 1993, ce rhum est produit par le consortium Havana Club International, à la suite d'un accord entre le gouvernement cubain et l’entreprise française spécialisée dans la fabrication et la distribution de vins et spiritueux Pernod-Ricard.

Actuellement, les principaux marchés, outre Cuba, sont l’Allemagne, l’Espagne et la France, qui occupent les premières places en Europe, suivis par le Royaume-Uni, la Grèce et la Suède, entre autres. En Amérique, les meilleurs clients sont le Chili, le Mexique et le Canada.

Saveurs et  mixtures

La fabrication de ce produit est quelque peu curieuse. Le vieillissement naturel dans des fûts en chêne, les mélasses de canne à sucre cubaine et le climat de l’île contribuent à donner un goût incomparable et un arôme singulier à ce rhum cubain.

La saveur du rhum Havana Club varie selon le vieillissement auquel le produit est soumis. Les productions qui restent plus longtemps dans les fûts sont les plus exquises, mais aussi les plus chères.

Les rhums Añejo (rhum blanc), Añejo 3 años (trois ans d'âge), Añejo Especial (Spécial), Añejo Reserva (Réserve), Añejo 7 años (sept ans d'âge), Cuban Barrel Proof, San Cristobal de La Habana (Ron Añejo Solera), Gran Añejo 15 años (quinze ans d'âge) et Máximo (Ron Extra Añejo) sont les saveurs les plus prestigieuses de la marque.

Il faut signaler en particulier l’Añejo 15 años Grande Réserve et San Cristobal Añejo Solera. Le premier est produit à petite échelle et il est donc difficile de le trouver sur le marché. Il est très apprécié par les consommateurs. Pour sa part, le rhum Solera, créé spécialement à l'occasion du 480e anniversaire de la fondation de la ville de San Cristobal de La Havane,  est vendu uniquement à la distillerie officielle de Havana Club.

Un cocktail, à votre santé !

Parmi les cocktails les plus populaires, citons le daïquiri, le mojito, la piña colada. A base de jus de fruits tropicaux comme le citron, l’ananas et le coco, ces boissons sont très demandées aussi bien par les visiteurs que par les habitants de l’île.

La typique saveur cubaine séduit et  grise un peu. Un verre, ça vous dit ?

Daiquiri : une dose de rhum, une cuillerée de sucre, le jus d’un demi-citron et de la glace pilée.

Mojito : deux  glaçons, une demi-cuillerée de sucre, deux gouttes d’angustura, une dose de rhum blanc, de l’eau minérale gazéifiée et quelques feuilles de menthe.

Piña colada : 42 grammes de rhum blanc, 28 grammes de crème de coco, 56 grammes de jus d’ananas et de la glace pilée.

Cuba libre : une dose de rhum, cinq de Coca Cola, le jus d’un demi-citron et deux glaçons.

Traduction : Alicia Beneito

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème