Internet : Se connecter à Cuba

2017-05-22 17:43:41
Sofía D. Iglesias
Internet : Se connecter à Cuba

 

Récemment encore, les Cubains ne connaissaient pas internet: ce n'est ni une plaisanterie ni une exagération. À vrai dire, la toile est un mot du dictionnaire moderne que la plupart des Cubains ne connaissaient, et ne connaissent, que par ouï-dire.

Depuis près de deux ans, des zones wifi ont progressivement été installées dans plusieurs endroits du pays. On peut s'y connecter à internet via un compte Nauta, dont l'ouverture, payante, doit être effectuée auprès d'ETECSA (la seule entreprise de télécommunications du pays) ou avec une carte prépayée, sans aucune démarche.

L'heure de connexion s'élevait au départ à 2 CUC par heure, mais des tarifs un peu (à peine) plus intéressants ont récemment été annoncés. Ces zones wifi, envahies par les Cubains, connaissent en tout cas un franc succès.

Internet pour les déconnectés

Les voyageurs qui ont choisi de se rendre à Cuba pour fuir la routine quotidienne du travail et éviter l'agitation, les foules, les appels, messages et autres spams incessants, ont trouvé la destination idéale.

Malgré les nouvelles mesures du gouvernement pour l'accès à internet et l'installation d'antennes wifi dans de nombreuses communes de l'île, le fossé entre la connexion cubaine et celle d'autres pays persiste.

C'est justement l'une des choses qu'apprécient le plus de nombreux visiteurs étrangers. La paix, loin de la société de consommation, de la publicité, des informations en continu, des potins des réseaux sociaux.

Même si bon nombre de touristes accèdent à internet à partir des hôtels ou des zones wifi, il s'agit seulement de communiquer avec leur famille ou de régler ponctuellement des affaires de travail qui ne font qu'interrompre brièvement leurs vacances.

Venir à Cuba, c'est faire une cure de désintoxication à internet, c'est oublier les émoticônes du chat et réapprendre à se regarder face à face. En revanche, pour beaucoup de Cubains, la question se présente sous un jour bien différent.

Avant l'apparition des zones wifi, seules les personnes disposant d'un accès dans leur entreprise, dans un établissement d'enseignement ou un centre de recherche pouvaient se connecter. Un petit nombre de Cubains pouvaient accéder à internet pendant un nombre d'heures limité à partir de leur domicile via des modems obsolètes.

Malheureusement, l'ouverture des portes de ce "nouveau monde" n'a pas été accompagnée par l'enseignement des connaissances et savoir-faire nécessaires à la navigation. L'accès à internet est certes possible, si tant est qu'on en ait les moyens, mais encore faut-il avoir conscience des risques que comporte l'utilisation d'internet et des dangers qu'elle fait peser sur la vie privée des internautes. Les utilisateurs, notamment les plus jeunes, ne disposent pas des connaissances nécessaires pour faire face à ces risques.

Cette ouverture a conduit certaines entreprises ou établissements publics à offrir à leur personnel un accès limité à internet. Il est en ainsi des enseignants, des personnels de santé ou des Cubains travaillant dans le secteur agricole, qui sont censés faire un usage utile d'internet. En réalité, les usagers, du moins la plupart d'entre eux, se contentent de naviguer sur les réseaux sociaux, Facebook en tête, de consulter leur mail et d'effectuer de temps à autres une recherche sur Google.

La majorité des sites cubains passent inaperçus et les informations qu'ils fournissent ne trouvent aucun écho. On ne saurait, cela va sans dire, tenir des internautes qui viennent de découvrir une réalité qui existe depuis des dizaines d'années dans le monde, pour lesresponsables de cette situation. En fait, il est difficile d'attribuer la responsabilité à une personne en particulier.

La faune du wifi

Il n'y a rien de plus facile que de trouver une zone wifi à Cuba, même si l'on ne parle pas espagnol. Les zones wifi sont généralement situées dans les endroits les plus fréquentés. En ville, près des hôtels; à la campagne, dans les parcs les plus importants.

Description :

Attroupement.

Individus assis sur n'importe quelle surface permettant la station assise.

Le corps humain divisé en parties : tête, tronc, extrémités et dispositif technologique permettant la connexion.

Des décibels dans la voix, des émotions démesurées

Les zones wifi permettent sans aucun doute d'améliorer la communication entre les Cubaines et les Cubains qui vivent à Cuba et ceux qui habitent à l'étranger. Elles permettent de limiter un tant soit peu le sentiment d'absence que provoque l'émigration, d'établir des relations entre réalités vécues...

Quiconque a bénéficié d'une connexion digne de ce nom et passe par une zone wifi à Cuba, a d'abord envie de rire. Les gens crient à leurs interlocuteurs de l'autre côté de l'écran, on montre son corps ou les nouvelles chaussures à toute une famille qui a fait le déplacement pour la rencontre sur le web...

Une fois le comique de la situation dissipé, des sentiments plus profonds font leur apparition; le chagrin, la tristesse s'emparent du passant à la vue du peu d'intimité dont disposent les internautes pour communiquer ou tout simplement, pour se connecter, de l'impatience d'utilisateurs qui ont payé un service qui fonctionne souvent mal (en raison des aléas météorologiques, du nombre de personnes connectées en même temps...), de l'impuissance de ceux qui savent à peine se servir de leurs dispositifs.

Ces espaces, qui ont leurs avantages et leurs inconvénients, synonymes de spontanéité et presque toujours de sécurité (les forces de l'ordre y sont très présentes), constituent une facette et une expérience différente pour ceux qui, venus d'ailleurs, veulent entrer en contact avec un Cuba authentique.

Traduction: F. Lamarque

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème