La danse orientale à Cuba

2013-08-28 22:32:36
Nadia Merhrioui
La danse orientale à Cuba

par Nadia Merhrioui

Photo : Adria Alfonso García. École de Photographie Créative de La Havane (www.efchabana.com). Cérémonie de Diplôme du premier niveau du Cours de danse orientale à La Havane, Cuba.

Cuba est un pays très ouvert culturellement sur le monde ; et sa population s'intéresse aux diverses cultures qui la composent. Les cubains sont fortement interessés par la culture arabe et la danse orientale. Cela représente pour eux une invitation au rêve, pleine de grâce, d'élégance et de sensualité. On se laisse vite surprendre par les déhanchés langoureux de ses danseuses...

L'Union Arabe de Cuba

Lors de mon dernier séjour à Cuba, j'ai rendu visite aux membres de l'Union Arabe de Cuba. J'y ai rencontré Samira Derich Provoyer, la vice-présidente de l'Union. D'ascendance syrienne, c'est elle qui a pris l'initiative d'y introduire des cours de danse orientale. Pour elle, c'était une évidence: ses trois principales danseuses et professeures n'ont reçu aucune formation car cela n'existe pas à Cuba, mais elle leur a transmis ses connaissances sur les techniques de la danse orientale.

Les élèves comprennent bien et sont régulièrement initiées aux rythmes folkloriques de chaque pays arabe, de l'Afrique du Nord en passant par les pays du Golfe, le Moyen-Orient et bien entendu l'Egypte, le berceau du "Raqs Al Sharqi". La danse orientale demande beaucoup de souplesse et de grâce et savoir bouger ses hanches aisément peut être difficile pour certaines personnes... A Cuba les plus confirmées se débrouillent très bien ; les danse habituelles comportent ce type de mouvement comme bouger ses hanches et ses épaules qui fait partie intégrante de la salsa.

Une danse confidentielle

Malgré tout cela, très peu de cubains savent qu'il existe des cours de danse orientale à La Havane. Beaucoup de gens croient que l'Union Arabe est réservée aux arabes et aux musulmans. Et pourtant... L'association s'adresse aussi aux personnes désireuses d'en savoir plus sur cette culture et les cubains qui ont osé pousser la porte de cette union ne le regrettent pas. Ils reviennent alors régulièrement et fréquentent par exemple la bibliothèque ou le restaurant.

Désormais, ils ont compris que les arabes ont contribué à la formation de l'identité cubaine. Découvrir d'autres cultures pour élargir ses connaissances est un trait de caractère propre aux cubains.

Un spectacle national

En 2009, une danseuse orientale originaire des Canaries, Sandra González, est venue à Cuba pour présenter un spectacle au Grand Théâtre National de La Havane. Elle a été très bien accueillie et a rendu un énorme service aux professeures.

En effet, la situation du pays fait qu'elles n'ont peu de visibilité sur l'extérieur et ne savent pas si ce qu'elles enseignent est proche de la réalité ou non.

Comme à Cuba on se débrouille avec ce qu'on a... on apprend la danse orientale grâce par exemple aux telenovelas, aux reportages télévisés, ou à des photos et vidéos transmises par des femmes de diplomates musulmans.

Sandra les a aidées et leur a donné des cours puis elle les a félicité pour leur travail, qui selon elle, était très bon.

On peut comprendre que donner des cours et organiser des spectacles coûtent cher et il est difficile de payer des intervenants extérieurs. Mais si personne ne s'y intéresse, la danse orientale n'évoluera pas à Cuba malgré toute la bonne volonté des protagonistes.

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème