La Havane, une ville-merveille

2017-08-02 18:44:13
Marleidy Muñoz
La Havane, une ville-merveille

La Havane est une ville littorale privilégiée eu égard à sa position géographique stratégique dans la ceinture du continent, au centre de l’Amérique; une ville inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO en raison de  son architecture.

Par Marleidy Muñoz

En 2016, la capitale de Cuba se voit décerner le titre de Ville-Merveille lors du troisième concours annuel convoqué par la fondation New Wonders.

Bâtie en bordure d’un port quelque peu particulier, l’ancienne Ville de San Cristobal de La Havane, fondée en 1519, fut le point d'union entre l’Europe et le Nouveau monde.

A l’intérieur des murailles qui délimitèrent jadis la ville, La Havane conserve de nos jours des espaces urbains et des ensembles architecturaux d’une valeur historique exceptionnelle.

Parmi les plus importants : les places, grandes et  petites, les installations  défensives datant de l’époque coloniale, dont le Castillo de la Real Fuerza, le Castillo de los Tres Reyes del Morro, le Castillo de San Salvador de la Punta, la Cabaña et l’ancienne muraille, dont il reste encore des vestiges.

Exemples d’une métropole patrimoniale

Face à la Place d’armes se dressent, depuis 1776, le Musée de la ville et le Templete.

Ce dernier bâtiment, de style néo-classique, est  l’un des symboles de la ville, avec le fromager commémoratif et la pierre de la Colonne Cagigal (1754). Sur les murs intérieurs, des toiles du peintre français Jean-Baptiste Vermay (1828).

Ces monuments indiquent  que c’est précisément à cet endroit –ou près de là- que fut célébrée la première messe.

De son côté, le théâtre Marti fut très bien accueilli par la population dès les premières représentations de théâtre bouffe cubain.  Son emplacement au centre de la ville, sa conformation et les solutions technologiques apportées y contribuèrent largement. Le bâtiment ne passe pas inaperçu.

Vu de l’extérieur, il s'agit d'un bloc rectangulaire. Ses lignes horizontales créent un équilibre avec le caractère vertical des fenêtres. A l'intérieur, les colonnes et les sièges en fer forgé, les sols en marbre, les tapisseries, les rideaux et les miroirs  apportent une grande richesse à ce bâtiment faisant partie du patrimoine.

Fermé pendant 40 ans, le théâtre a rouvert ses portes le 24 février 2014, après la réfection des entresols, des escaliers en bois, des colonnes en fer forgé, y compris les chapiteaux, et des éléments ornementaux de la salle. Pour récupérer la menuiserie française, il  a fallu recourir aux photos historiques, et construire une double façade pour éviter les bruits extérieurs.

Les loges des artistes, la cafétéria et les jardins extérieurs ont été agrandis. L’installation a été   entièrement climatisée et la conception originale respectée au maximum, en apportant uniquement les changements indispensables. En 2015, le théâtre a reçu le Prix national de Restauration.

L’hôtel Inglaterra, déclaré Monument national en 1981,   est une autre des merveilles de l’architecture nationale. Ses hôtes ont la possibilité de se retrouver au centre de l’histoire et de la culture nationale, en plein cœur de La Havane traditionnelle. Le leader indépendantiste cubain Antonio Maceo, le champion mondial d’échecs José Raúl Capablanca, le poète nicaraguayen Rubén Dario,  un des plus éminents de la langue espagnole, Sarah Bernhardt, la diva française connue et acclamée dans le monde entier  et Jorge Negrete, chanteur et acteur mexicain renommé, figurent, entre autres, au nombre des hôtes les plus illustres.

Le Bureau du Conservateur de la ville s'est chargé de la restauration intégrale du centre historique de La Havane, à partir d’un projet soutenable qui cherche à renforcer les capacités économiques de cet environnement culturel, touristique, commercial et immobilier.

La Havane, vieille ou restaurée, invite les visiteurs à découvrir ses contours, ses vitraux, ses façades, à faire la différence, malgré son éclecticisme, entre le classique et le moderne, à admirer sa baie et à contempler les principales coupoles.

Traduction : Alicia Beneito

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème