La maison Guerlain à La Havane

2017-04-24 14:34:46
Sofía D. Iglesias
La maison Guerlain à La Havane

Par Sofia D. Iglesias

Cubains et étrangers, experts à l'odorat subtil, simples curieux en quête de raffinement... Qu'ils se le disent : la Maison Guerlain a rouvert ses portes à La Havane. Cette réouverture a été qualifiée par Eusebio Leal, l'un des artisans de cet événement, comme « le plus beau des cadeaux de Noël ».

La façade grise, les vitrines, simples et somptueuses à la fois, déconcertent les passants qui se promènent sur Prado. Tellement de glamour, au milieu de ces immeubles délabrés, qui demandent à être nettoyés et réparés. Mais les voyageurs et les Cubains s'habituent vite au caractère extraordinaire du numéro 157 de Prado, entre les rues Refugio et Colón. Il faut dire que le choix du lieu ne relève pas du hasard : une boutique Guerlain s'y était installée en 1917.

On y trouve parfums, produits de beautés et savons. Si certains chiffres donnent le vertige, les premiers prix sont à 5 CUC.

L'immeuble qui abrite la parfumerie fait partie du patrimoine de la ville. Il a été restauré grâce au travail de l'entreprise cubaine Habaguanex S.A. et du distributeur français Saint-Rémy Trading S.A., présent sur le marché cubain depuis vingt et un ans.

La parfumerie parisienne avait fermé sa boutique de La Havane au milieu des années 1960 et toute une série de commerces se sont succédé à la place du magasin.

Au cours des années 1990, les locaux, détériorés, ont abrité un atelier de réparation de radio et de bicyclettes qui faisait figure d'oasis en ces temps de vaches maigres. Ensuite, au début des années 2000, une parfumerie s'est installée au numéro 157 mais a dû fermer ses portes en raison du mauvais état de l'immeuble. Aujourd'hui, ce bâtiment, à la fois beau et fonctionnel, combine harmonieusement des éléments anciens et modernes.

Il s'agit de la première franchise de Saint Rémy hors du continent européen. Ce distributeur commercialise depuis des années et de manière exclusive une gamme de marques de parfums prestigieuses et internationalement connues, notamment Dior, Givenchy, Hermès, Versace, Mugler, Azzaro, Loewe, Issey Miyake, Narciso Rodríguez, Dolce & Gabbana.

La boutique présente une particularité, adaptée à la réalité cubaine : elle dispose d'un distributeur qui permet aux clients d'acquérir des parfums au millilitre.

Genèse

 La maison a été créée à Paris en 1828, avec l'ouverture par Pierre-François Pascal Guerlain d'un petit magasin de parfums. Avec l'aide de ses deux fils, Gabriel et Aimé, le père élaborait des parfums exquis et originaux, des créations qui l'ont conduit au succès.

Douze ans plus tard, Guerlain ouvrait une boutique à Paris. L'endroit a rapidement attiré le gratin de la société parisienne. Il n'était pas rare d'y croiser la reine Victoria, la reine Isabelle d'Espagne ou le Tsar Alexandre III.

Comme toute affaire qui réussit, la parfumerie Guerlain s'est étendue vers d'autres latitudes et après s'être établie dans plusieurs villes d'Europe, la maison a pensé à l'Amérique latine. En 1917, Guerlain choisissait de s’installer sur le Paseo del Prado de La Havane.

À l'époque où les locaux abritaient un atelier de réparations, un monsieur français est passé devant l'ancienne boutique qu'il allait faire refleurir en lui donnant un nouveau destin. Lorsqu'il a découvert l'histoire de ce lieu, Christian-Noël Fournier, président de Saint-Rémy, a été enthousiasmé par l'idée de refaire de cet endroit une parfumerie. Dès lors, M. Fournier a fait tout son possible pour réaliser ce rêve, malgré la réalité et ses contraintes. Pendant seulement cinq ans, au cours des années 2000, le numéro 157 a reçu un nouveau souffle avec une modeste parfumerie de l'entreprise Habaguanex S.A.

De l'eau a coulé sous les ponts avant que Guerlain revienne à La Havane : c'est à la fin de l'année 2016 que le rêve de M. Fournier s'est réalisé. Aujourd'hui, la petite boutique parisienne est devenue une chaîne de magasins présente des deux côtés de l'océan, une marque qui symbolise le raffinement et le bon goût. Guerlain a pignon sur rue à Paris avec sept boutiques, mais aussi à Francfort, Milan, Hong Kong, Singapour et désormais à La Havane.

Traduction : F.B.

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème