La religion à Cuba, une relique africaine (1/2)


Ph


L’influence de l’Afrique dans la construction de la culture cubaine est un fait unanimement reconnu.  Fernando Ortiz (1881-1969) a été un des principaux chercheurs à montrer les apports du continent noir dans l’Île caribéenne.

Il apparaît que les racines africaines sont aussi fortes que les racines hispaniques dans la construction de l’identité culturelle cubaine.

L'Afrique dans la culture cubaine

Les apports africains dans la culture cubaine sont visibles aussi bien dans l’art (musique, danse, littérature, arts plastiques…) que dans la vision cubaine des réalités, la façon dont les habitants règlent les problèmes,  la vision qu’ils ont de l’avenir et le sort qu’ils font à la mort.

Il n’est cependant pas simple de déterminer formellement l’origine culturelle de certaines pratiques. Comme le dit si bien le poète Nicolás Guillén : « [...] ici, tout est mélangé. »

S’il y a un domaine où les études sont formelles quant à l’origine des pratiques, c’est la religion. Beaucoup d’organisations, de symboles et de célébrations ont été importés par les esclaves africains du XIXème siècle. Ces mouvements populaires, relativement autonomes, rassemblent de nombreux Cubains.

[…]

L’Afrique dans la religion cubaine

Les mouvements africains d’origine ont évolué avec le temps. Ils se sont mélangés avec les pratiques cubaines traditionnelles. Les mouvements religieux les plus populaires aujourd’hui sont la Regla Ocha (appelée aussi Santería) d’origine Yoruba (Niger), la Regla Conga (ou Palo monte) originaire des peuples Bantous et l’Abakuá, société secrète réservée aux hommes venant des peuplades nigériennes. Il en existe bien d’autres mais assez minoritaires sur l’Île telle la Regla Arará d’origine béninoise.

En parallèle, les aînés et certains de leurs descendants pratiquent le vaudou. Religion originaire d’Afrique de l’Ouest, elle a été introduite à Cuba par des saisonniers haïtiens travaillant dans les champs de cannes à sucre.

Plus récemment, des groupes de rastafaris se sont formés en comité réduit. Cette religion autochtone jamaïcaine s’est construite à partir d’éléments doctrinaux et culturels occidentaux. On trouve à Cuba aussi le candomblé brésilien, le Shangó de Trinidad ou le winti de Suriname.

Tous ces mouvements sont différents mais ont de nombreuses similitudes quant à leur origine, leurs représentations symboliques, leurs rituels et leur difficulté d’intégration dans un pays originellement chrétien.

L’Afrique fait partie de l’identité latino-américaine. Cette identité a été forgée durant plusieurs années à travers divers processus de trans-culturation pendant lesquels les cultures hispanique, aborigène, inca et africaine ont abreuvé la culture cubaine. D’autres parts, l’Angleterre, la France et d’autres pays européens et asiatiques ont également pris part à ce processus. Le résultat a conduit à une culture originale, mélange de divers horizons.

Jorge Ramirez Calzadilla
Spécialiste du Département des Études Socioreligieuses, Centre des Recherches Psychologiques et Sociologiques du Ministère des Sciences, de la Technologie et de l'Environnement.