La renaissance du Capitole de La Havane

2017-09-22 14:27:55
Amada Cecilia
La renaissance du Capitole de La Havane

 

Quand sera terminé le bâtiment le plus symbolique de Cuba ? Ses salons pourront-ils accueillir à nouveau le Parlement de la nation ? Comment se déroule les travaux de restauration la plus médiatique du pays ?

Arriver à La Havane et se prendre en photo sur les marches de ce lieu légendaire constitue la fin d’un voyage qui se termine au pied de la coupole la plus admirée de tous les temps. Et en plus, le phare de cette dernière va bientôt illuminer tout l’espace urbain depuis ses 91,73 mètres de hauteur. Pourquoi est-on en train de restaurer ce bâtiment pour la première fois de son histoire ?

Cet extraordinaire bâtiment a été créé par l’architecte Eugenio Raynieri sous la direction du président de l’époque, Gerardo Machado. Depuis son inauguration (le 20 mai 1929), le Capitole est considéré comme l’un des six monuments les plus beaux du monde et il a accueilli les œuvres d’art des grands peintres de l’époque. Ils ont sculpté le marbre et le bronze pour décorer ce luxueux palais.

On dit qu’il a été inspiré par le Panthéon de Rome, la basilique Saint-Pierre et le Capitole de Washington, mais quoi qu’il en soit, son style néoclassique est en harmonie avec l’ambiance populaire de « Centro Habana » et « Habana Vieja », les deux communes les plus peuplées de la capitale.

Cet édifice a abrité l’académie des sciences, le siège gouvernemental (après le triomphe de la révolution cubaine) et le musée des sciences naturelles dont les Cubains et les touristes qui l’ont visité se souviendront toujours. Il a fermé ses portes au public il y a plus de six ans et c’est en 2013 que sa restauration a commencé. Celle-ci devrait finir le 16 novembre 2019, quand la ville de La Havane fêtera ses cinq siècles.

 


Photo : Cubania


Des symboles dans un autre symbole

Les autorités du groupe d’investissement Prado, chargés de la restauration du côté cubain, ont annoncé que la réplique du diamant, qui indique le kilomètre 0 de la route centrale, sera à nouveau dans le salon des pas perdus, au pied de la statue de la République.

Cette magnifique effigie, qui mesure 17 mètres de hauteur et pèse 49 tonnes, a été réalisée par le célèbre artiste italien Ángelo Zanelli. Les deux statues situées sur les côtés de l’escalier de cinquante-cinq marches sont aussi l’œuvre de Zanelli et elles représentent le travail et la vertu du peuple.

Concernant le diamant, on dit qu’il provient des tsars de Russie. Sur ce dernier, on raconte des histoires comme, par exemple, celle de la reine Marie-Antoinette dont le fantôme, rôdant dans les couloirs du Capitole, essaierait de s’emparer de la pierre précieuse.

La raison de cette rumeur, c’est que le 25 mars 1946, le diamant en question a disparu de l’urne hermétique où il se trouvait. Un an plus tard, il est réapparu sur la table du président de la République de l’époque. Après cela, on a décidé de le garder à la Banque Nationale pour assurer sa protection.


Photo : Cubania

Le retour d’un dieu

Bien que l’aile sud de l’immense bâtiment se trouve dans la phase initiale de restauration, l’aile nord a été inaugurée le 16 novembre 2016 car ce sera le siège de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire. De cette façon, l’immeuble sera utilisé pour ce dont il a été construit, c’est-à-dire accueillir la Chambre des représentants et le Sénat de l’époque dans ses salons en forme d’amphithéâtre.

En revanche, même si le Parlement cubain est arrivé au Capitole il y a presque un an, ses sessions plénières ne pourront pas se tenir dans ce bâtiment car ses salons ne sont pas suffisamment grands pour recevoir les six cents députés du gouvernement de Cuba.

D’autre part, on espère qu’une fois réduit le nombre de représentants, grâce à la modification de la Constitution cubaine (cela devrait se faire dans les années à venir), le Capitole pourra être le seul siège du Parlement de la nation.

Traduction : Raydel Babot

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème