La ruelle des coiffeurs

2017-08-08 16:49:01
Luna Valdés
La ruelle des coiffeurs

Une rue multifonctionnelle propose aux passants des offres diverses, sous le chapeau d'un sujet principal : la profession de coiffeur, aussi bien pour femmes que pour hommes. La dénommée ruelle des coiffeurs,  dans le quartier de Santo Angel, est bien plus qu’un espace pour donner du style aux cheveux.

Si vous êtes en visite à La Havane et vous souhaitez découvrir un endroit particulier, n'hésitez pas à vous rendre à la ruelle des coiffeurs. L’ambiance décontractée qui règne dans cet espace/projet, contribue à en faire un mélange d’art, de style et de culture.

ArteCorte

Né en tant que projet en 1999 grâce à la gestion du styliste Gilberto Valladares, plus connu sous le nom de Papito, ArteCorte est le fruit des efforts personnels et gouvernementaux de ceux qui souhaitaient mettre sur pied un espace conjuguant l’art et le bon goût, tout en contribuant à l’environnement social  de la Vieille Havane.

Depuis sa création, ArteCorte cherche à mettre en valeur la profession des coiffeurs et accorde une grande importance à leur formation et à leur développement professionnel. Dans les salles de classe, les cours pratiques portant sur les différentes branches relatives à l’image  personnelle, assurent aux élèves des connaissances largement suffisantes pour obtenir facilement un emploi aussi bien dans le pays qu’à l’étranger. Selon Papito lui-même, ce projet est en fait une proposition pratique, où l’économie, la culture et la société, oeuvrent au profit de la communauté.

Incontestablement, ce projet n’aurait pas vu le jour sans la persévérance de Papito, qui accorde plus d’importance à l'aspect social de cette initiative qu’à la profession qui en est à l'origine.

Avec l’aide du Bureau du Conservateur de la ville, et comme on dit  à Cuba « grâce aux efforts de tous », plusieurs établissements ont été restaurés à des fins sociales. Les projets pour enfants, personnes du troisième âge et personnes réinsérées à la société, partent d'une approche sociologique pour que la culture soit présente sous toutes ses formes.

Le style d’une ruelle

Dans le cadre des initiatives de développement local de La Havane, la rue Aguiar, baptisée la ruelle des coiffeurs, est un bon exemple des résultats obtenus lorsque les secteurs étatique et non étatique partagent un même intérêt.

Un musée interactif –le seul consacré à cette profession à Cuba- montre des objets propres de ce métier, des instruments utilisés jadis pour mettre en valeur les chevelures. Un salon décoré style vintage, avec des fauteuils et des accessoires anciens, invite les passants à embellir leur image. Un parc pour enfants, BarbeParque, décoré avec des ciseaux et autres accessoires de coiffeur ; un salon-école pour les intéressés à apprendre le métier…. autant d'endroits intéressants de cette rue où il ne faut pas se contenter uniquement de passer.

Au nombre des  principales activités programmées, figurent les Journées commémoratives du barbier et du coiffeur, la remise du prix Juan Gómez, qui rend hommage au premier barbier de La Havane. Ce projet compte aussi une collection de tableaux, unique au monde, consacrée à la profession, où les peintures d’artistes cubains côtoient celles offertes par des peintres étrangers.

Art, histoire et coiffure caractérisent ce projet, dont les horizons s’élargissent de jour en jour. Tant qu’il existera une possibilité d'encourager, de promouvoir et de mettre en valeur ce métier, ArteCorte continuera de travailler. Si vous êtes en visite à La Havane ne manquez pas de passer dans la ruelle des coiffeurs, où vous serez surpris non seulement par une bonne coupe de cheveux.

Traduction : Alicia Beneito

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème