La Vierge qui écoute...

2014-10-20 20:45:36
Reynaldo Cedeño
La Vierge qui écoute...

Des milliers d'histoires personnelles ou de groupes sont liées à la Vierge de la Charité d'El Cobre et ils sont nombreux à se prosterner aux pieds de la statue, car l'icône de tout un peuple est toujours disponible pour écouter.

La vierge représente à elle seule, la fête, l'esprit et Cuba.

Par : Reynaldo Cedeño

… Qu'elle intercède pour la santé ou qu'elle aide à surmonter les aléas de l'amour. Qu'elle protège un voyage tant souhaité. Qu'elle donne de la force pour affronter la douleur ou pour gagner une compétition. Qu'elle libère l'esprit. Qu'elle fasse un miracle.

Dans la salle des ex-votos du Sanctuaire, situé au village d'El Cobre, on trouve de tout: des médailles olympiques, des calculs rénaux, de la terre, des cheveux, des maquettes, des chaussures, des partitions, des diplômes universitaires, des pendentifs, des prothèses. Une bougie est toujours allumée.

C'est dans cette même salle qu'a été exposée – jusqu'à ce qu'il soit volé, récupéré et mis à l'abri – le médaillon attestant du Prix Nobel de Littérature du romancier américain Ernest Hemingway (1954).

Aujourd'hui, la statue de la Vierge de la Charité d'El Cobre est érigée dans les jardins du Vatican. La congrégation du Culte Divin et de la Discipline des Saints Sacrements a déclaré le 8 septembre comme étant le jour de la commémoration de sa solennité.

Mais il y a déjà plusieurs siècles que le culte de la Cachita – comme on l'a nomme familièrement – s'est ancré dans le coeur du peuple cubain. Et rien n'a pu décourager cette ferveur. Chaque 8 septembre, les messes et les processions célèbrent la Fête de la Vierge.

Les croyants de vieille date ou bien de récente filiation, les cubains de tout âge et toute provenance, les curieux (et y compris… ceux qui disent ne croire en rien!) partent de différents points de rassemblement dans la ville de Santiago de Cuba pour se rendre à El Cobre. La route grouille de monde, depuis la capitale de l'Oriente jusqu'au lieu de culte.

Au milieu des prières et des chants religieux, la caravane affronte la vingtaine de kilomètres comme si de rien n'était. Et c'est l'exaltation lorsque le Sanctuaire surgit au milieu des montagnes. Les bougies et les tournesols fleurissent des mains des pèlerins. Les vendeurs d'images saintes et de statues font presque leur chiffre d'affaires de l'année.

Une fois dans le Sanctuaire, la Vierge est transportée sur un palanquin tout autour du site. Tous  veulent la voir et s'approcher. Il y a des pleurs. Tout un pays est près d'elle, chacun demande ce qui lui tient à coeur. La messe se célèbre ensuite telle une vague d'espoir.

Aux pieds de la Vierge

La construction du bâtiment actuel fut inaugurée le 8 septembre 1927 et son perron deux ans plus tard. Nombreux sont ceux qui l'ont grimpé à genoux. En 1977, le pape Paul VI élève au rang de basilique le Sanctuaire National de Notre Dame de la Charité d'El Cobre.

Elle possède un vaste atrium et à l'étage supérieur se trouve l'Hôtel Majeur en marbre de Carrare où la Vierge est vénérée. C'est une petite statue au visage métissé, probablement fabriquée en pâte de mais. Il s'agit du « Sancta Sanctormun » de Cuba.

Son origine remonte à plus de 400 ans : aux alentours de 1600, la Vierge est apparue aux frères indiens Juan et Rodrigo de Hoyos, ainsi qu'à un enfant noir de neuf ou dix ans, Juan Moreno. Les trois sont passés à la postérité comme étant “Les Trois Jean”. Juan Moreno déclara une fois octogénaire:

“(…) alors que la mer était calme un matin, Juan et Rodrigo de Hoyos sortirent à l'aube de cette fameuse crique, dans une barque. Une fois éloigné de la crique, ils virent une chose blanche posée sur l'écume de l'eau (…) et alors qu'ils s'approchaient davantage, ils crurent voir un oiseau avec des plumes sèches.”

“(…) ils reconnurent et virent la statut de Notre Dame la Vierge Sainte avec l'enfant Jésus dans les bras sur une petite planche. Sur cette planche, des lettres de grande taille que lut le fameux Rodrigo de Hoyos et qui disaient : “Je suis la Vierge de la Charité”. Ses habits étaient fait de draperies, ils remarquèrent que ceux-ci n'étaient pas mouillés”.

Face à sa statut, fut lu aux esclaves des mines en 1801 le Certificat de Liberté, huit décennies avant que l'abolition devienne officielle sur toute l'Ile. Après la guerre d'indépendance, les vétérans demandèrent au Pape qu'il nomme la Vierge de la Charité d'El Cobre, patronne de Cuba.

Le 10 mai 1916, Benoit XV la nomma Patronne Principale de la République de Cuba et fixa au 8 septembre la date des festivités. En 1936, sa statut fut couronnée à l'Alameda  Michaelsen. Elle fut par la suite re-confirmée en tant que Reine et Patronne de Cuba durant la visite du Pape Jean Paul II à Santiago de Cuba, le 24 janvier 1998.

Carlos Manuel de Céspedes, le Père de la Patrie, présenta ses armes à ses pieds en 1868, l'année où démarra la guerre de l'indépendance envers l'Espagne. En 1898,  Agustín Cebreco, par mandat du général  Calixto García, commémora avec l'armée le triomphe de Cuba contre l'Espagne à travers la fameuse Messe de Cuba Libre.

Des milliers d'histoires personnelles ou de groupes sont liées à la Vierge de la Charité d'El Cobre, bien au-delà de celle du 8 septembre. Ils sont nombreux à se prosterner aux pieds de la statue. Elle est toujours disponible pour écouter. Elle représente à elle seule, la fête, l'esprit et Cuba.

 

OnCuba

Plateforme de communication qui compte un correspondant permanent à Cuba, est accréditée par le Centre de presse international du ministère des Relations extérieures de Cuba. Elle est publiée et exploitée par Fuego Media Group, une division de la société Fuego Enterprises, Inc. (FUGI), fondée et enregistrée en 2004 à l’État du Nevada, États-Unis.

Elle s’est fixé pour objectif de promouvoir des thèmes variés sur la réalité cubaine pouvant s’avérer intéressants pour l’opinion publique nord-américaine et servir de liaison entre les deux marchés, contribuant ainsi à créer un pont solide entre les peuples cubain et étatsunien.

Page web: www.oncubamagazine.com

Sur le même thème