Le Château del Príncipe

2013-09-24 00:01:08
Eusebio Leal
Le Château del Príncipe

Par Eusebio Leal Spengler (historien de La Havane)

Le Château del Príncipe érigé sur la Loma de Aróstegui fut lui-aussi construit suite à la prise de La Havane par les Anglais en 1762.

Parmi les nombreuses forteresses érigées par les anglais après leur prise de La Havane en 1762, comme par exemple San Carlos de La Cabaña ou le Château de Atarés, je pourrai aussi faire référence à celle qui est hors de la zone intra-muros, le Château del Príncipe. En effet, cet édifice se situe à l'extérieur des fortifications qui entouraient autrefois la ville.

Il s’agit d'un édifice qui a joué un rôle décisif et déterminant dans l'Histoire car il se trouvait sur l’un des points culminants de la ville.

La Havane était alors entourée par une série de petites collines telles que Jesús del Monte, toute la zone de La Víbora, Guanabacoa, Jaruco et, dans cette direction, celle de l’ancien Campo Vedado.

On trouve aussi l'ancienne colline de Pirotecnia où avaient lieu les exercices militaires d'explosifs et qui est aujourd'hui le siège du Rectorat et des principaux bâtiments de l'Université de La Havane. C'est une sorte de petite Acropole au cœur de la ville. Un peu plus loin, sur une autre colline, se trouve l’hôpital « Général Calixto García ».

Le Château del Príncipe

De là l'impression d'altitude est réelle car on peut apercevoir de ce lieu une très vaste partie de La Havane, encore plus lorsque nous montons au Château del Príncipe, sur l'ancienne Loma de Aróstegui.

Aróstegui est l'un des plus anciens noms de famille de La Havane et il était commun de nommer les terres des noms et des prénoms des seigneurs du cabildo qui y possédaient des biens. Le château érigé à cet endroit après 1762 porte le nom du Prince Carlos IV, auquel il a été dédié.

Il s'agit d'une très belle forteresse, bâtie sur un système particulier de souterrains qui la mettait en communication avec tous les postes avancés et les autres sections plus éloignées du château. Maintenant, lorsque nous empruntons l’ancienne Avenue de los Presidentes, on peut voir les découpes où se trouvent les squelettes des tunnels faits de briques rouges.

Depuis le haut du Château del Príncipe, on dispose d'une vue splendide sur la ville intra-muros, sur les restes de la muraille à partir du Champ de Mars. En effet le château recoupe pratiquement l’ancien paseo (promenade) extra-muros de Carlos III, qui démarre avec deux colonnes à l’angle des rues Reina et Belascoaín.

Un paseo aux nombreuses fontaines qui rejoignait précisément la maison de repos des capitaines généraux, appelée Quinta de los Molinos. Il fait partie de la plus ancienne zone de la ville et son paysage a été recréé par nombreux peintres et chroniqueurs d’antan. Le paseo militaire était alors une des plus belles choses que l’on pouvait voir dans cette partie de La Havane, la plus moderne pour l’époque.

Lettres de Cuba

« Lettres de Cuba » est une revue culturelle numérique éditée en français, dans le but à la fois de diffuser la culture cubaine dans le monde francophone et d'offrir un espace aux voix et à la pensée des artistes et intellectuels de cette communauté. Au rythme mensuel de ses publications, « Lettres de Cuba » met l’accent sur la culture artistique et littéraire, sans oublier les autres expressions de la création humaine qui s’érige sur une philosophie et une éthique humanistes. Ses différentes sections comprennent des références à nombre d’ouvrages d’auteurs cubains traduits en français, des articles sur le patrimoine de l’île et les nations francophones, des textes que relèvent des liens existants entre Cuba et la francophonie, des interviews d’intellectuels du pays, ainsi que des nouvelles sur l’actualité culturelle et une galerie photos. « Lettres de Cuba » bénéficie en outre de l’appui d’un prestigieux Conseil Editorial, composé entre autres de l’essayiste Graziella Pogolotti, Prix National de la Littérature 2005, et de l’historien Pedro Pablo Rodríguez, chercheur au Centro de Estudios Martianos (Centre d’Etudes de José Marti).

Page web : www.lettresdecuba.cult.cu  

Sur le même thème