Le coiffeur le plus artistique de La Havane

2012-06-07 17:10:10
Herman Valerius
Le coiffeur le plus artistique de La Havane

Le salon Artecorte est non seulement un beau musée consacré à l’art de la coiffure mais peut-être aussi le meilleur endroit à La Havane pour se faire couper les cheveux, les teindre…

Bavard, en bon Figaro, Gilberto Valladares (Papito) impose à son parler la même vitesse et le même enthousiasme avec lesquels ses mains manient les ciseaux. Cependant, sa conversation ne porte pas sur les sujets habituels des coiffeurs. Papito parle de ses projets, de la pièce rare ou précieuse nouvellement acquise pour son futur musée de la Coiffure, ou de l’objet qui viendra grossir sa collection Hasta el Último Pelo (Jusqu’au dernier cheveu).  Voilà pourquoi il n’est pas difficile de rencontrer dans son salon de beauté une journaliste populaire de la télévision qui cherche à renouveler son look, ou un conservateur d’art cubain réputé, en quête d’une coupe sobre et traditionnelle.

Né à La Havane, en 1969, Gilberto Valladares avoue qu’il était un enfant espiègle, enclin à ne pas prêter attention dans la classe et peu disposé à se soumettre aux rigueurs académiques. Pour cette raison, ses parents l’on obligé à apprendre un métier. Il a choisi, avec peu d’enthousiasme, celui de coiffeur.

Après avoir terminé un cours de formation, il commence à travailler dans le populaire quartier havanais de Jesús María et, grâce à ses habiletés, il accède aux salons sophistiqués de la capitale. Mais cela était encore insuffisant pour ce jeune curieux, passionné par l’histoire et les traditions de son métier, connu dans l’île depuis 1552, date à laquelle l’Espagnol Juan Gómez, habile dans la coupe de cheveux, barbes et moustaches, l’extraction de molaires, le traitement de blessures et la pratique de saignées, a reçu le permis l’autorisant à exercer comme coiffeur.

Papito a ainsi commencé à collectionner les objets inusuels qu’il réunit aujourd’hui dans son établissement particulier, une sorte de « musée interactif » où le client, confortablement assis dans un fauteuil centenaire, peut attendre en admirant les vieux accessoires de l’art d’embellir : ciseaux, rasoirs, miroirs, flacons, blaireaux, peignes, brosses, annonces de vieux salons de coiffure… ou le déploiement de peintures et dessins sur le thème, exécutés par des plasticiens cubains, exhibés avec fierté par Papito sur les murs de son salon Artecorte, tout en sachant que ces pièces constituent l’embryon de ce qui sera, dans un avenir proche, le premier musée de la Coiffure du pays.

Mais Artecorte est beaucoup plus que cela. Depuis 2002, ce projet culturel, qui a bénéficié du soutien de l’Office de l’historien de la ville de La Havane, regroupe des coiffeurs, mannequins, artistes et historiens désireux de récupérer et de diffuser l’histoire de la coiffure à Cuba ; à cette fin, des expositions, défilés et festivals artistiques sont organisés régulièrement ; le prix Juan Gómez est décerné aux stylistes les plus expérimentés et réussis ; et de multiples activités sont organisées, comme la Journée du coiffeur et de la coiffeuse - instituée en 1946 en hommage au coiffeur, poète, journaliste et patriote cubain Juan Evangelista Valdés Veitía (1836-1918). C’est ainsi que le 27 décembre 2006, une simultanée de coupe de cheveux a réuni 193 coiffeurs sur la Vieille-Place du centre historique de La Havane, transformée en salon géant en plein air, où a eu lieu le défilé de coiffures Habáname, qui a permis d’admirer des fantaisies surprenantes s’inspirant de sites et monuments emblématiques de la ville comme la forteresse des trois Rois du Morro ou la légendaire Giraldilla, symbole de la ville.

Donc, pour une coupe artistique, n’hésitez pas à visiter le musée salon de Papito, sis au dernier étage du bâtiment de la rue Aguiar numéro 10 entre Peña Pobre et Avenida de las Misiones, à la Vieille-Havane. 

   

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème