Le maître de yoga de La Havane

2012-06-07 17:10:33
Le maître de yoga de La Havane

Lorsqu’on parle de yoga à Cuba, notamment à La Havane, un nom vient immédiatement à la bouche des connaisseurs et profanes, celui de Eduardo Pimentel Vázquez – connu pour ses classes massives de yoga et pour son émission sur la chaîne Habana de la télévision cubaine. Surmontant des obstacles et incompréhensions, Pimentel a aidé un bon nombre de personnes à comprendre que l’exercice de ces pratiques millénaires, structurées sous le nom de yoga au IIIe s. av. J.-C. et qui ont prouvé leur efficacité en matière de santé, loin d’être une nouvelle « mode » étaient en réalité une voie pour mieux se connaître, pour atteindre l’harmonie esprit corps et la communion avec la nature que l’être humain cherche presque depuis son origine en faisant appel indistinctement à la foie, à la philosophie ou à la science.

Dans son studio Vidya (sagesse) Yoga, bien situé, dans la municipalité de Plaza de la Revolución, Eduardo Pimentel nous souhaite la bienvenue. Il s’agit d’un homme plutôt maigre, de petite taille, au parler aisé, bas et lent, dont la sveltesse et le regard intense semblent démentir ses 61 ans. Même s’il existe plusieurs définitions du terme yoga, qui font en général appel à l’étymologie du mot, ‘unir’ ou ‘réunir’ en sanscrit, nous préférons connaître celle du maître cubain.

Yoga est un système cohérent dont tous les éléments techniques sont conçus pour faciliter la rencontre responsable de l’individu avec son corps et son esprit. Il a été structuré vers le IIIe s. av. J.-C. – mais son origine peut dater d’il y a plus de trois mille ans – dans le but de perfectionner l’homme et de lui permettre de gérer avec cohérence l’unité corps-esprit et d’élargir sa conscience. 

Interrogé sur la présence du yoga à Cuba, Pimentel en a souligné les antécédents et les événements marquants.

Parmi les antécédents, il faudrait mentionner les traductions du sanscrit au latin et à l’espagnol de certains livres de l’Inde, dont plusieurs chapitres du Bhagavad Gita, texte classique du yoga, faites par Francisco Mateo de Acosta y Zenea (La Havane, 1841 - Matanzas, 1898), bien avant leur parution en Espagne, ce qui à mon avis constitue un travail intellectuel fort méritoire. La bibliothèque de mon studio, spécialisée dans le yoga, le bouddhisme et la théosophie, entre autres, porte le nom de ce Cubain, presque inconnu de nos jours.

Vers la fin du XIXe siècle (1899-1900), Mme. Katherine Tingley s’installe à Santiago de Cuba, où elle a fondé la Raja Yoga Academy. Cependant, l’académie ne se consacrait pas à l’apprentissage du yoga. Elle était une sorte de fraternité qui a réalisé certaines œuvres de bienfaisance.

Les idées théosophiques arrivent à Cuba vers 1902 ou 1903. L’un de ses leaders mondiaux, le docteur Annie Besant, a rédigé des textes sur le yoga qui ont parcouru le pays conjointement avec d’autres ouvrages portant sur la philosophie et la pratique du yoga.

On pourrait parler jusqu’ici d’« antécédents ».

Le Hatha-yoga était pratiqué depuis les années 1950. Des émules du Swami Paramahansa Yogananda, dont l’Autobiographie d’un yogi a été largement divulguée en Occident, ont fondé en 1957 l’Association d’autoréalisation, à caractère dévotionnel, encore en fonctionnement.

De 1975 à 1985, date de sa mort, le maître franc-maçon Ramón Aristes Guinea a donné des cours de Hatha-yoga dans le foyer du troisième âge maçonnique Llansó.

Pour répondre à la curiosité naturelle de connaître les débuts de l’alors très jeune Pimentel dans une pratique peu connue à Cuba à cette époque et dont le seul point de repère populaire se limitait aux amoureux du rock, au courant de l’intérêt porté par des musiciens comme George Harrison à la philosophie et à la culture hindoue, le maître et président actuel de l’Association cubaine de yoga rappelle, à grands traits, le chemin parcouru.

Je jouais aux échecs et j’aimais l’activité physique. Aussi, la lecture de Hatha-yoga, de Swami Sivananda, m’a-t-elle ému car j’y ai trouvé exercice et méditation, autrement dit l’aspect physique et l’aspect mental, ainsi que la possibilité de comprendre et de changer nos vies.

J’ai commencé à pratiquer vers la fin de 1971 et à donner des cours en 1982 à partir de la méthode de B. K. S. Iyengar, mais essayant d’encourager un style cubain avec un rapport élève maître  plus souple, intime et chaleureux.

Entre 1990 et 1994, j’ai donné des cours à plus de 200 étudiants à l’église du Sacré-Cœur sise rue Reina. Ces cours ont été ensuite poursuivis au théâtre Nacional, au théâtre Mella, au musée des Arts décoratifs, à l’église des Passionistes, à des maisons de la culture, aux centres de santé…et, à des fins plus spécifiques, à l’Institut supérieur d’art, au Chœur national de Cuba et au Pôle scientifique, entre autres institutions.

En 1990, nous avons créé l’Association cubaine de yoga – membre de l’Union latino américaine de yoga. L’Association n’a pas une vocation religieuse ou philosophique. Elle se consacre aux cours de yoga à l’intention de la communauté, donnés par quelque 25 moniteurs, dont cinq professeurs formateurs. Nous avons des représentations à  La Havane province, à La Havane-Ville, à Matanzas, à Cienfuegos, à Ciego de Ávila, à Las Tunas, à Holguín, à Granma (Manzanillo) et à Santiago de Cuba. Il y a par exemple les programmes anti-stress ; pour le traitement de l’asthme, avalisés par l’INDER (Institut national des sport, de l’éducation physique et des loisirs) ; pour les personnes du troisième âge et pour les femmes.

Ma femme, Elsa Ermida, professeur formateur, mène un projet dans la salle de pédiatrie de l’hôpital d’oncologie comprenant des activités récréatives à l’intention des enfants en mesure de les pratiquer et des techniques de relaxation adressées aux mères. J’estime que près de 12 000 personnes ont suivi des cours de yoga d’une durée de trois mois. L’Association a organisé le Premier Atelier de yoga thérapeutique, le Premier Congrès international de yoga thérapeutique dans le cadre de BIONAT-2006 ainsi que d’autres ateliers et des retraites de méditation.

Outre les personnes qui parient pour le yoga en raison d’exigences professionnelles, telles que danseurs, musiciens, plongeurs ou scientifiques, intéressés aux bienfaits que la concentration, la relaxation ou le contrôle adéquat de la respiration peuvent apporter à l’exercice de leurs métiers, nous avons demandé à Pimentel à quoi obéissait l’intérêt pour le yoga.

Nous accueillons des personnes souffrant d’obésité, de dépendances diverses, de troubles des os et des muscles, d’asthme, de stress, d’insomnie, de dysfonctions sexuelles, de conflits psychologiques (divorce, perte de proches, difficultés de communication avec les enfants). Nous les aidons à soulager, à partir d’eux-mêmes et de leurs potentialités, un bon nombre de ces souffrances. D’autres, par exemple, s’intéressent à développer un style de vie nouveau et plus profond. Les uns et les autres réussissent à élever l’estime de soi, à vivre plus en harmonie avec eux mêmes et à comprendre la position de l’« autre », sans intolérance ou fondamentalismes de différentes natures.

L’exercice de cette pratique millénaire qui, d’après le maître B.K.S. Iyengar, nous aide à expérimenter l’essence profonde et éternelle de l’être humain à travers la santé du corps, la clarté de l’esprit et l’élévation de l’intelligence gagne de plus en plus d’adeptes parmi les Cubains grâce, notamment, à la volonté d’acier, à la passion et à la vocation de service du maître Eduardo Pimentel Vázquez.

Studio Vidya Yoga

La Rosa 610, apartamento 2, entre Boyeros y Ermita, Plaza de la Revolución, La Havane

Téléphone : 870 9237

Courriel : epvyoga@infomed.sld.cu  >

Cours de base, intermédiaires et avancés. Cours privés. Yoga pour la femme.

Postures (asana), techniques respiratoires, relaxation, méditation, entraînement intensif, ateliers spécialisés, conférences.

Eduardo Pimentel Vázquez a reçu plusieurs entraînements aux États-Unis et en Inde. Il est reconnu par la Yoga Alliance et par la Fédération internationale de yoga.

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème