Le Malecón, un salon en plein air

2012-06-07 17:10:15
Eva Torres
Le Malecón, un salon en plein air

Extraverti, bruyant, éclectique, long de quelque sept kilomètres, le Malecón (front de mer) de La Havane révèle une bonne partie ducaractère de la ville. Les travaux de construction du premier tronçon du boulevard de mer havanais, conçu avec de beaux lampadaires sur le mur, démarrent le 6 mai 1901, mais les coups des vagues au cours de l’hiver suivant, ont obligé de changer le projet initial pour un autre qui laissait le mur à nu. En 1959, les travaux ont finalement pris fin.

Les édifications qui se hissent de l’autre côte du boulevard et qui bordent trois municipalités, constituent un échantillon pittoresque des tendances caractérisant l’architecture havanaise. Le Malecón débute à la Vieille-Havane avec la forteresse de la Royale Force (Castillo de la Real Fuerza) - la plus ancienne de la ville et l’une des plus anciennes d’Amérique. Nous trouvons par la suite des maisons seigneuriales des XVIIIe et XIXe siècles, suivies d’une rangée de bâtiments du XXe siècle avec une combinaison inusuelle de styles et une profusion de portiques continus, colonnes et pilastres qui suivent plus ou moins les lignes classiques. Le dernier tronçon montre quelques exemples du mouvement moderne des années 1950, comme l’hôtel Riviera. Puis, le Malecón disparaît dans le tunnel qui donne accès au quartier de Miramar.

Mais, au-delà de la valeur architecturale des édifications - dont un bon nombre d’entre elles montrent les traces du passage du temps et de l’agressivité des vents et de la salinité -, le plus grand charme du boulevard de mer réside dans sa condition de site idéal pour se promener par un jour ensoleillé ; où lancer un hameçon peut s’avérer plus important que la propre pêche ; où la brise est complice des personnes âgées nostalgiques et des couples d’amoureux ; où le Malecón devient le salon en plein air de La Havane. 

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème