Le projet et le destin de la Vieille Havane



Il y a 50 ans l´Administration Municipale de La Havane a demandé à un spécialiste de réfléchir à la réfection du Palais des Capitaines Généraux. Ce bâtiment datant du début du XVIe siècle, est certainement le plus beau représentant de l´époque coloniale.  Il se trouvait alors quasi complètement en ruine, comme l'essentiel de la partie ancienne de la ville.

Les premières réflexions visaient à sauver cette œuvre sans égal, ainsi que le reste du quartier : l´église San Francisco, la promenade de Paula et ses vieilles résidences, la Cathédrale et ses anciens bâtiments. L’UNESCO estimait alors la restauration à 600 millions de dollars sur une période de 20 ans.

Lorsque le projet devint réalité, ce fut véritablement la plus magnifique et incroyable œuvre de sauvetage humain et urbain d'Amérique Latine ; cela a valu à la Vieille Havane d’être classée au Patrimoine Culturel de l´Humanité par l´UNESCO en 1982.

Parmi ces travaux se trouvent, par exemple, la rénovation de la Basilique Mineure de San Francisco qui accueille le meilleur auditorium du pays ainsi que de nombreuses maisons particulières. Leurs  habitants, souvent des familles aux faibles ressources, n´ont pas voulu abandonner leurs habitations quand la reconstruction a commencé.

Les bâtiments les plus modernes, banques et commerces, ainsi que de rustiques entrepôts, se sont alors convertis en garderies pour les enfants, en maisons de transit pour les mères ayant des problèmes de santé, en maisons de retraites ou encore en maisons spécialisées pour les enfants handicapés. De même, on les utilisa pour en faire des écoles de tout type, y compris celles des arts et métiers qui formait tout le personnel responsable du sauvetage architectural et urbain.

Aujourd’hui et après des années de travaux, le projet compte plus de trente hôtels, des restaurants, des musées et rapporte des millions de dollars annuels grâce au tourisme et aux services à la population cubaine. Ces revenus permettent d'entreprendre de nouveaux projets de développement sur l'ensemble du territoire.

Un des secrets du succès du Bureau de l´Historien de la Ville de La Havane est d’avoir utilisé les compétences des meilleurs professionnels et professeurs du pays. En effet, Eusebio LEAL a permis à ces spécialistes, dont certains étaient alors en retraite, de participer à faire évoluer la capitale cubaine. La différence par rapport aux travaux réalisés dans d'autres pays d'Amérique Latine est que ce projet est autonome, indépendant et l'Historien de la ville dispose de toutes les libertés pour prendre des décisions.

De nombreuses institutions et des groupes s'en sont rapprochés et c'est un véritable mouvement pour le sauvetage urbain et architectural, quasi « humaniste », qui s'est développé dans tout le pays.

En outre, les projets du Bureau de l'Historien ont un impact culturel plus général comme le montrent les projets de restauration et de sauvetage du Cimetière Colón et du Malecón appartenant tous deux à la partie contemporaine de la ville.

Aux hôtels et aux activités touristiques, on peut également ajouter le développement culturel et artistique puisque la ville compte aujourd'hui différents centres de conférences et d’expositions, comme les maisons du Mexique, de Guayasamín, de l´Afrique ou le centre Simon Bolivar ; des salles de concert, comme celle de San Felipe Neri ou l’Église de Paula.

Cette dernière ornée de magnifiques vitraux est devenue le siège du groupe de musique ancienne Ars Longa, dont le projet passe aussi par la fabrication de ses propres instruments.

Enfin, la Forteresse de La Cabaña a quant à elle été convertie en lieu optimal pour accueillir différents évènements dont la foire du livre qui reçoit chaque année plus d’un million de visiteurs.

Alors qu'un tiers de la Vieille Havane avait disparu en 1959 et que les projets de l'époque étaient fortement éloignés de l'intérêt collectif (comme l'idée de créer un héliport à l’endroit même où avait été fondée la première Université en 1728), le projet de restauration est devenu celui d'un sauvetage dont aujourd'hui toute la ville est bénéficiaire.