Mendive, peintre de corps

2013-08-28 22:29:54
Mendive, peintre de corps

Manuel Mendive apparut dans le monde des Arts Plastiques grâce à ses danseurs aux corps peints et aux masques multicolores.

Photos : K&K, La Jiribilla

Le peintre travailla d'abord dans son atelier, puis il créa dans la rue des spectacles pluridisciplinaires de danse et de chant. Chacun se demandait qui était l'auteur... et son nom s'afficha enfin : Mendive

Ce havanais naquit dans le quartier de Lawton et vécut dans la municipalité du Cotorro. Il fut le porteur d’un langage éblouissant que certains considèrent comme mystérieux. Il n’est pas nécessaire de connaître les Arts Plastiques pour comprendre son œuvre, où sont présentes les racines africaines de Cuba. Son intention n’est pas comparable à celle d’autres créateurs dont l’œuvre ressemble à un catalogue didactique : Mendive ne perce pas le mystère de la légende, il lui redonne vie, la nourrit d’éléments sortis de son imagination et la laisse à la portée du spectateur pour que ce dernier puisse s’interroger et réfléchir.

Les créatures de Mendive, qu’elles soient zoomorphes, phytomorphes ou même fantastiques, sont des mélanges que les mots peuvent difficilement expliquer : ils envahissent l’espace et transcendent la matière. Le pouvoir communicatif de sa peinture est reconnu à Cuba comme à l’étranger. Prix National des Arts Plastiques en 2001, c’est l’un des peintres au spectre géographique le plus large. Il s’identifie au public des Caraïbes, des Amériques, d’Afrique, mais il captive aussi en Europe. En effet, Venise, Paris, L’Espagne, Vienne par exemple, mais aussi des pays d' Asie jusqu’en Extrême-Orient accueillent également les tableaux du peintre cubain.

Chez Mendive, il existe un mélange convaincant entre l’académisme et la force des racines. En plus d’être un peintre connu dans le monde entier, c’est sans doute le plus populaire à Cuba et celui qui mobilise le plus ses compatriotes.

Le journaliste Orlando Quiroga raconte que lorsqu’il fut membre du jury du Carnaval de La Havane, il fut témoin de la chose suivante :

« Sur la promenade du Cotorro, Mendive paradant sur un char, devint le fait artistique le plus notable du Carnaval de La Havane de ces vingt dernières années (il fait référence à 1988). Ses danseurs, les corps peints de toutes les couleurs, décontenançaient, émerveillaient ou effrayaient la foule en lançant des bananes à rayures rouges, en proposant du miel d’Ochún dans des calebasses, en jetant des bonbons ou en peignant des étoiles sur l’asphalte. »

Qui peut devant un tel spectacle ignorer Manuel Mendive ?

Sa façon de parler est lente, presque musicale. Il est robuste, et depuis un certain temps ses cheveux blancs sont tressés à la façon de ses ancêtres africains. Les personnages qu’il peint lui ressemblent parce que l’image de l’artiste est façonnable.

Il en existe d’autres, mais pour les cubains, Mendive est le peintre des corps par excellence. Sa façon particulière de peindre des tableaux qui se déforment face à l’eau, de faire de la peinture sur une toile aussi sensible que l’épiderme, constitue une de ses principales caractéristiques. Mais il a su aussi prendre en compte le contexte social : la rue, les quartiers, la ville.

« Tout ce qui vient de la terre m’intéresse » explique Mendive. Son œuvre est un hommage à la terre, à la nature.

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème