Musée des Beaux-Arts

2012-06-07 17:10:33
Juliet Barclay
Musée des Beaux-Arts

Un jour, vers le milieu du XVIIIe siècle, à Londres, le peintre vénitien Canaletto a découvert qu’il était à court d’argent et décida alors d’adopter des mesures draconiennes. Il prit un canif et coupa en deux un paysage qu’il avait peint pour vendre les deux moitiés. Aujourd’hui, une moitié du tableau Vue de Chelsea depuis la Tamise se trouve à Blickling Hall, Norfolk, alors que l’autre est exposée au Musée des beaux-arts de La Havane.

Le Musée national des beaux-arts de La Havane est un centre culturel de classe mondiale. Ses collections sont exposées dans deux bâtiments, l’un, un immeuble charmant aux lignes modernistes (Palais des beaux-arts, 1954), consacré à la peinture et à la sculpture cubaines ; l’autre, situé en face du Parque Central, un immeuble majestueux et splendide, siège autrefois du Centro Asturiano, qui accueille la collection d’art universel.

La visite de ces deux collections doit faire partie du programme de tout visiteur intéressé, ne serait-ce qu’un petit peu, à l’art et à la culture. La collection cubaine montre l’évolution de la peinture dans l’île. On y trouve un petit échantillon d’enchanteurs portraits coloniaux réalisés par Vicente Escobar (1762 1834), un métis qui, bien que nommé peintre de chambre du roi par Ferdinand VII, a décidé, dans l’ambiance raciste du XIXe siècle à Cuba, de tirer profit d’une déficience de la loi espagnole pour acheter une déclaration attestant qu’il était blanc. Y sont également exposées des œuvres de Jean Baptiste Vermay, fameux auteur du triptyque qui orne El Templete sur la place d’Armes et fondateur de l’académie de San Alejandro. Un excellent panorama de la peinture cubaine des XIXe et XXe siècles (à voir absolument : Mialhe, Peláez, Portocarrero et Lam) est complété par certaines des meilleures œuvres d’art contemporain cubain ainsi que par des expositions transitoires.

Les billets d’entrée – individuels ou combinés – peuvent être achetés dans n’importe lequel des deux bâtiments. Le billet combiné (8 CUC) vous donne accès aux deux immeubles, pas nécessairement le même jour car vouloir tout voir en une seule journée s’avérerait fatigant. Nous vous conseillons donc de consacrer deux jours à la visite de ces deux collections, précieuses et variées, qui méritent toute votre attention.

L’exposition d’art cubain est excellente, mais celle d’art universel, de par son étendue et de par la beauté du bâtiment qui l’abrite, est impressionnante. L’aspiration de prendre le devant qui animait les riches représentants des différentes provinces espagnoles était monnaie courante à La Havane au XIXe siècle et au début du XXe.

La collection d’art universel est exposée dans l’ancien Centro Asturiano. Celui ci occupait un imposant immeuble de style néoclassique qui se hisse en face du Parque Central et du Gran Teatro de La Habana, construit grâce aux bons offices du Centro Gallego. On peut imaginer les regards furibonds échangés entre les Asturiens et les  Galiciens d’un extrême à l’autre du parc, alors qu’ils planifiaient la prochaine manifestation sociale. L’effet monumental de la façade de l’immeuble qui abrite la collection d’art universel a été considérablement rehaussé l’année dernière par l’installation des araignées géantes et spectaculaires de Louise Bourgeois, peut-être l’exemple d’art public le plus commenté et réussi de La Havane depuis l’installation de la Fuente de la India, dénommée aussi Noble Habana.

À l’intérieur, un escalier étonnant, véritable source d’extase, prend naissance dans l’atrium central. Les salles, pour leur part, exigent la plus grande attention. Notre recommandation : les expositions d’art anglais et italien. Cette dernière renferme le tableau que nous aimons peut-être le plus : un portrait fabuleux et élégant de la marquise de Pinar del Río, parée d’une robe à taille basse, d’un grand éventail et d’un style encore plus glorieux. La première, pour sa part, montre dans toute sa splendeur, bien qu’un peu déplacé dans le contexte havanais, l’hôpital de Chelsea vu par Canaletto.

Malheureusement, les deux moitiés du tableau ne peuvent être exposées ensemble à l’étranger car une fondation états unienne a fait état de son intention de s’approprier de la partie cubaine au cas où celle ci sortirait un jour du pays. Nous espérons qu’on pourra trouver une solution sensée, créative, surtout dépourvue d’hystérisme à ce sujet et à bien d’autres concernant les relations entre Cuba et les États-Unis.     

Par Juliet Barclay

Elle a travaillé dans le journalisme, la photographie et le design management. Ses travaux sont publiés en Angleterre, aux Etats-Unis et dans la Caraïbe. Ce sont ses 1ers voyages à Cuba, marqués par la frustration d'un manque flagrant d'information en anglais sur la ville, qui l'ont poussé à créer "Havana-Review of a City". Elle a également travaillé plusieurs années en tant que chef de projets Design de la Direction du Patrimoine Culturel de l’Office de l’Historien de la ville de La Havane.

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est l'objectif.

Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit.

C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections.

www.CubaAbsolutely.com

Sur le même thème