Open Studio, le circuit artistique alternatif qui fait bouger La Havane


Ph


Ces nouvelles galeries permettent aux artistes de présenter leurs œuvres dans des espaces palliant le développement insuffisant du circuit traditionnel: une stratégie pour stimuler la commercialisation des œuvres d’arts alors que le marché national est aux abonnés absents. Voilà l'itinéraire!

Par: Lianet Hernández

La dernière édition de la Biennale de La Havane, qui s’est tenue en mai 2015 dans la capitale cubaine, a été qualifiée de « Biennale du dégel », mais il aurait été tout aussi juste de l’appeler la « Biennale des Open Studios ». Profitant de l’arrivée de centaines de marchands d’art et de collectionneurs venus (re)découvrir ce petit paradis des affaires qui a vu le jour à Cuba suite aux annonces du 17 décembre 2014, les artistes et les acteurs du monde des arts visuels ont présenté les toutes dernières nouveautés en la matière, dans des espaces alternatifs (un euphémisme du discours officiel pour désigner les galeries d’art privées).

Le plus grand événement des arts visuels cubains a constitué l’occasion idéale pour l’ouverture de ces nouvelles galeries qui permettent aux artistes de présenter leurs œuvres dans des espaces palliant le développement insuffisant du circuit traditionnel. Il s’agit aussi d’une stratégie pour stimuler la commercialisation des œuvres d’arts alors que le marché national est aux abonnés absents.

Une fois qu’il aura admiré La Jungla, de Wifredo Lam, La Gitana Tropical, de Víctor Manuel ou un tableau de la série Interior del Cerro, de Portocarrero, le visiteur a tout à gagner à faire un tour par le Centre d’Art Contemporain Wilfredo Lam -le cœur de la Biennale de La Havane- avant de visiter les galeries officielles: La Acacia, Galería Habana ou bien Galería Galiano. Mais pour prendre le pouls de l’art cubain contemporain, l’amateur d’art et le collectionneur devront emprunter un itinéraire bis:

Estudio Figueroa-Vives (21 entre H et I, Vedado)

C’est probablement le plus ancien studio-galerie de La Havane. Au cours de ses 20 ans d’histoire le studio a présenté l’œuvre photographique de José A. Figueroa Vives -l’un des photographes les plus influents de l’épique révolutionnaire, disciple et ami d’Alberto Korda- et le travail de Cristina Vives, une conservatrice reconnue. Alkexander Arreche et Flavio Garciandía y ont également exposé, pour ne citer que deux exemples. Récemment installé à H et 21, au Vedado, le Studio Figueroa-Vives collabore avec l’Ambassade de Norvège, située à deux pas de la galerie. Le nouveau siège a accueilli les œuvres de Jorge & Larry, Fernando Rodríguez, Humberto Díaz, Alejandro González, Lorena Gutiérrez et Milton Raggi, entre autres.

Montalván Estudio (Malecón entre Crespo et Genios)

Alors que la Biennale de La Havane battait son plein, Montalván Estudio a ouvert ses portes au cœur de Centro Habana, juste en face du Malecón, afin de rassembler les artistes qui travaillent sur « l’original-multiple », des œuvres d’arts produites en petites séries. Cet espace différent, qui a vocation à mettre en valeur les arts graphiques en particulier la gravure. Créé par Orlando Montalván, qui reste étroitement lié à l’Atelier de Sérigraphie René Portocarrero de La Havane, cette galerie présente généralement des œuvres de Néstor Siré, Osmeivy García, Marcel Molina, Octavio Irving, Julio César Peña ou encore Rafael Zarza. Montalván Estudio travaille par ailleurs à son intégration dans le quartier; aussi, des ateliers interdisciplinaires sont régulièrement organisés avec les habitants, notamment pour les enfants.

Galería Continua (Águila de Oro. Rayo 108 entre Zanja et Dragones. Quartier Chinois de La Havane)

Même si ce n’est pas exactement un Studio Galerie, c’est un passage obligé sur la route de l’art de La Havane, car il s’agit de la première galerie étrangère établie à Cuba. Galería Continua a installé à La Havane son quatrième siège et, dans le cadre de la Biennale, cette galerie a invité des artistes aussi célèbres que Michelangelo Pistoletto, Daniel Buren ou Anish Kapur. Deux expositions y ont été organisées depuis sa création, avec des œuvres d’Alejandro Campins, de Carlos Garaicoa, de Susana Pilar Delahante, d’Elizabeth Creviño, de Reynier Leyva Novo et d’autres jeunes artistes cubains qui jouissent déjà d’une grande notoriété au niveau international.

Artista x Artista (6 No.702 entre 7ma et 9na Apto.3 Miramar, Playa)

C’est un projet indépendant issu du Studio de Carlos Garaicoa, l’un des noms les plus prestigieux de l’art cubain contemporain. Bénéficiant de la renommée internationale de Garaicoa, Artista x Artista entend tisser des liens entre la nouvelle génération d’artistes de l’île et un vaste réseau d’institutions et d’agents culturels au niveau international. Il s’agit aussi d’accueillir à La Havane des créateurs étrangers venus animer des ateliers pour échanger avec les artistes et les critiques cubains. L’espagnole Cristina Garrido a été la première à participer à ces événements. Par ailleurs, Artista x Artista a collaboré avec les expositions des Cubains Celia et Yunior, Gloenda León, et plus récemment, le studio a accueilli la présentation du projet éditorial P350, une publication alternative d’exemplaires uniques, réalisée par l’artiste Yornel Martínez.

Fucina des Artistas (23 entre 10 y 12, Vedado)

Fucina des artistas associe un espace d’exposition et deux ateliers présentant les œuvres des nombreux artistes invités. Le peintre Leonardo Salgado, qui dirige cette galerie, cherche à stimuler la création en favorisant les confluences entre différentes générations de plasticiens cubains. Mais le grand mérite de Fucina est sans aucun doute d’offrir une visibilité à de jeunes talents qui n’ont pas toujours la possibilité de faire connaître leur travail dans le cadre du circuit officiel de galeries.

Traduction : B.F