Pinar del Río, une région à explorer



Par Sofía D. Iglesias

La Cenicienta de Cuba (la Cendrillon de Cuba), c'est ainsi que l'on appelait autrefois la province de Pinar del Río; une allusion directe au conte de Cendrillon. Après 1959, le nouveau gouvernement prit des mesures pour favoriser le développement de cette région située à l'extrême ouest de l'île et comme dans le conte pour enfants, Cendrillon se transforma en princesse. Aussi, de nos jours, on parle parfois de la Princesse de Cuba pour désigner Pinar del Río.

Malgré cette appellation et si on la compare aux autres régions du pays, cette province ne se distingue pas par sa prospérité. Cependant, Pinar del Río présente une caractéristique qui la singularise, même si celle-ci fait l'objet de moqueries.

En effet, dans tous les pays il existe une région dont les habitants sont la cible de la plupart des blagues. À Cuba, la province qui est dans le viseur de ces railleries, c'est Pinar. Les histoires qui évoquent la naïveté des habitants de Pinar del Río sont légion et s'il y a peut-être une part de vérité dans certaines, les autres restent à confirmer. Il faut dire en tout cas que l'origine de ces blagues est à chercher dans la grande valeur humaine des gens qui l'habitent.

Alors que l'on ne s'attend même pas à être salué, le pinareño nous invite chez lui. Alors que certains vous offrent un verre d'eau à contrecœur, les pinareños vous invitent volontiers à manger... c'est là l'un des attraits de la région, qui en présente bien d'autres évidemment, tels que des paysages d'une immensité à couper le souffle et une nature de toute beauté.

Las Terrazas, qui appartient désormais à Artemisa en vertu d'un redécoupage de la carte des provinces cubaines, était récemment encore l'un des paysages qui faisait la fierté de Pinar del Río.

Las Terrazas est un territoire rural habité par une population disposant de tous les services indispensables à proximité. On y trouve des écoles, des centres de soins, des projets culturels et la présence d'un tourisme varié, axé sur la découverte de la nature.

S'il ne s'agit pas d'une région vierge au sens strict du terme, ce territoire est soigneusement préservé et tout est fait pour éviter que la vie urbaine ne s'y immisce.

Le voyage à Viñales fait naître chez les visiteurs un savant mélange d'émotions. La liberté qu'inspire son relief montagneux si particulier (les mogotes), les couleurs du mur de la préhistoire, l'obscurité de ses grottes, l'odeur et le goût des repas servis dans ses restaurants garantissent une expérience unique, appréciée aussi bien par les touristes étrangers que par les Cubains.

Sur la voie rapide, on est déjà conquis par le vert des paysages, par la faune et par cet air si pur qu'il semble plus léger. Le changement n'est pas des brusque lorsqu'on arrive à la ville de Pinar del Río. Malgré le mouvement de la ville, les rues couvertes de bitume et les petits immeubles, on est toujours à la campagne : le caractère de ses habitants en témoigne. La ville présente plusieurs sites remarquables : la fabrique de Guayabita del Pinar (une boisson du terroir), la fabrique de cigares, le musée des sciences naturelles, l'atelier de peinture de Pedro Pablo Oliva...

San Luis et San Juan, deux des endroits les plus réputés pour la culture du tabac constituent des passages obligés : on dit que ces terres produisent les meilleurs cigares au monde.

On ne saurait oublier Cayo Levisa et Cayo Jutía, des îlots sur lesquels on peut profiter du soleil et de la plage loin de l'agitation des grandes stations balnéaires. Il faut encore évoquer l'expédition au Cap de San Antonio, situé dans la péninsule de Guanacabibes. La rencontre de l'homme et de la nature y a quelque chose de spécial et cette aventure des plus intenses exige des visiteurs qu'ils apprennent à respecter l'environnement qui les entoure.

Pinar del Río, la Cendrillon devenue princesse, est la terre où le soleil se couche, où les gens vous disent bonjour dans la rue même s'ils ne vous connaissent pas et vous offrent un verre de rhum où un café devant un match de base-ball.

Pinar del Río, cette terre de gens laborieux aux nobles sentiments, de bons cigares et de Guayabita del Pinar, est toujours disposée à accueillir les visiteurs souhaitant découvrir Cuba dans son authenticité, au-delà des images des cartes postales.

Traduction B.F.