Piropos cubains



Les Cubains sont des champions mondiaux dans l’art de draguer et ils le font habituellement avec tellement de style qu’il faut lutter pour ne pas succomber. Lancer des « Piropos » (petite phrase galante lancée furtivement) aux femmes est une tradition havanaise. Ces propos galants n’ont rien à voir avec les vulgarités que doivent supporter les femmes du Nord. Oui, ils sont machistes, mais il est très difficile de ne pas sourire en écoutant la plupart d’entre eux. Les hommes savent que le résultat dépend de leur ingéniosité. Voici certains de mes préférés, entendus dans les rues de la Vieille-Havane.

Niña, estás como la quincallita, chiquitica pero bien surtida.

Ma belle, tu es comme une mercerie, petite mais bien achalandée.

Hombre: ¿Tú te llamas Alicia?

Mujer: Yo no, ¿por qué?

Hombre: Porque una mujer como tú solo puede venir del País de las Maravillas.

Homme : Tu t’appelles Alice ?

Femme : Non, pourquoi ?

Homme : Parce qu’une femme comme toi ne peut venir que du pays des merveilles.

Bendito el escultor que hizo tus curvas.

Béni soit le sculpteur qui a taillé tes courbes !

Tú con tantas curvas y yo sin frenos.

Toi, avec tant de courbes et moi sans freins.

Mami, estás Bárbara por delante y Santa por atrás. (Santa Bárbara es muy querida en Cuba.)

Ma belle, tu es Barbara devant et Santa derrière. (Allusion à Santa Barbara, très aimée à Cuba.)

Si cocinas como caminas, me comería hasta la raspita.

Si tu cuisines comme tu marches, je raclerai les plats.

A una muchacha vestida de rojo:

¡Cuidado con los toros!

À une fille habillée en rouge :

Fais attention aux taureaux !

Estás como los almendrones, de uso pero en buen estado.

Tu es comme les vielles (voitures) américaines : d’occasion mais en bon état.

Las estrellas están enojadas con Dios porque no las hicieron tan hermosas como te hicieron a ti.

Les étoiles sont fâchées avec Dieu parce qu’il ne les a pas faites aussi belles que toi.

¿Sabes qué es lo más bonito de mis ojos?

El reflejo de los tuyos.

Tu sais qu’est-ce qu’il y a de plus beau dans mes yeux ?

Le reflet des tiens.

Si todos los ángeles fueran como tú, me moría ahora mismo.

Si tous les anges étaient comme toi, je serais prêt à mourir sur le champ.

¿De qué juguetería te escapaste?, ¡muñeca!

De quelle magasin de jouets t’es-tu échappée ? Poupée !

Quisiera ser un cigarro para quemarme en tus labios.

Je voudrais être une cigarette pour brûler entre tes lèvres.

Podré no verte, podré no hablarte, pero lo que jamás podré, será olvidarte.

Je pourrai ne pas te voir, ne pas te parler mais je ne pourrai jamais t’oublier.

Si algún día quieres matarme, no lo hagas con un puñal, deja un momento de amarme y el golpe será mortal.

Si tu décides un jour de me tuer, tu n’as pas besoin d’un poignard. Il suffit de cesser un seul instant de m’aimer et le coup sera mortel.

Morir ya no me asusta, he visto el cielo en ti.

Je n’ai plus peur de mourir, j’ai vu le ciel en toi.

Napoleón con su espada conquistó una nación, y tú con tu mirada conquistaste mi corazón.

Napoléon avec son épée a conquis une nation, toi, avec ton regard, tu as conquis mon cœur.

Por ti suspiro. Por ti me muero. Por ti en clase, me gano un cero.

Pour toi je soupire. Pour toi je meurs. Pour toi en classe, j’ai eu un zéro.

Me gustaría ser caramelo, ¡qué ilusión tan loca!, para posarme en tus labios y derretirme en tu boca.

J’aimerais être un bonbon, quelle folle illusion, pour me poser sur tes lèvres et fondre dans ta bouche.

Si la belleza fuese segundo, tú serías 24 horas…

Si la beauté était une seconde, tu serais 24 heures…

¡Y dice mi mamá que los monumentos no se mueven!

Et dire que selon ma mère les monuments ne bougent pas !

Si la belleza fuera pecado tú estarías en el infierno.

Si la beauté était un péché, tu serais en l’enfer.

¿Ya empezó la primavera?

Porque eres la primera flor que veo.

Est-ce que le printemps est arrivé ?

Tu es la première fleur que je vois.

Si el sol pudiera mirarte, nunca sería de noche.

Si le soleil pouvait te regarder, il ne ferait jamais nuit.

¿Existes, o yo te estoy inventando?

Est-ce que tu existes ou est-ce que je suis en train de t’inventer ?