Pocket Posters: une nouvelle vision de l’affiche

2016-06-17 23:36:05
C. Medina
Pocket Posters: une nouvelle vision de l’affiche

Ce n’est pas un secret : l’affiche à Cuba ce n’est pas qu’un appui promotionnel. L’affiche à Cuba c’est déjà un objet de culte. Il y en a beaucoup et de très bonnes. Mais ces jeunes dessinateurs ont décidé de flirter avec cette tradition et lui donnent un nouveau ton. Un clin d’œil aussi, pour présenter une image nouvelle du pays à partir de ses savoirs, de ses efforts, de sa créativité infinie qui naissent de la carence.

Par: C. Medina

Pocket Posters mélange affiches et timbres: revitaliser le dessin postal, coqueter avec la tradition nationale de l’affiche, sauver des travaux pour les deux formats qui ont été approuvés par les clients ou les responsables mais qui n’ont pas pu être terminés à cause du fonctionnement irrégulier des imprimeries, autant de raisons possibles.

Les dessinateurs le voient comme la preuve de leurs principes : ils ignorent, « rient » des excuses qui ralentissent la rencontre entre l’œuvre et ses publics, optent pour la sortie de l’affiche des galeries, pour qu’elle accompagne le futur de la ville depuis une poche ; rendent dynamique les manières de conception du dessin postal, veulent qu’une carte timbrée ponctue la beauté et l’aventure au sein d’une collection complexe.

« On pense l’affiche à l’envers », déclare Tinti Nodarse pour expliquer le plus récent projet qu’il a mis au point avec Frank Baltodano, Pocket Posters. La biennale du Dessin, fraîchement conclue, a accueilli à la Fábrica de Arte Cubano (Salle d’exposition) la première des nombreuses expositions dont rêvent les jeunes créateurs.

« La prochaine fois, on créera plus d'interactions avec les personnes ; on ne fait pas ça uniquement pour la satisfaction personnelle. Savoir comment toucher les gens et comment se transforme leur visage, leurs mains… C’est cela qui donne du sens et qui donnera la direction du futur », expliquent-ils à CUBANIA.

De la même façon que le fait la Biennale, Nodarse et Baltodano tentent, avec leur proposition qui lie le timbre postal et l’affiche, de repositionner le dessin dans la société cubaine contemporaine, lancer le débat et l’échange sur l’importance de notre quotidien. « Notre moyen reste très spécifique ; le dessin joue un rôle très flou dans la vie des Cubains », observent-ils.

« C’est très frustrant quand tu fais une affiche, tu y passes beaucoup de temps, parce que l’on parle d’un processus de travail, d’un processus de créativité, et finalement ça n'aboutit à rien. Cela nous est arrivé souvent : parce qu’il n’y a pas d’encre à l’atelier, pas de papier, ou pour n’importe quelles excuses qui ne dépendent pas de nous. En ce qui concerne les timbres, les tabous des personnes qui dirigent les processus déterminent la vente ou pas d’une des propositions, si elle peut être collectionné, si elle a de la valeur. En plus, l’imprimante utilisée est très vieille, elle ne s’adapte pas aux nouveaux standards et les timbres sortent mal imprimés » explique Tinti.

« Il y a des pièces dans la collection qui ont été pensées à partir de la notion de timbre, alors que d’autres ont été conçues dès le départ comme des affiches », raconte Frank : « ces jeux nous obligent à repenser chaque plateforme ; j’aime le défi que représente la lisibilité des nouvelles dimensions, l’habilité de choisir les éléments nécessaires pour qu’il soit lisible dans son nouveau format, pour que le message ne se perde pas ». « L’affiche cubaine est basée sur ce principe : synthétique, métaphorique visuellement… formule que l’on peut facilement adapter à un timbre », ajoute Tinti.

Les deux ont travaillé sur le dessin postal. Baltodano a gagné le Prix national de la spécialité en 2014 avec les Editions Siete Maravillas de la Philatélie cubaine et Expo Mundial de Malaisie. Nodarse a réalisé plusieurs émissions postales pour le Ministère de l’Informatique et des communications. Les thèmes évoqués sur les timbres dans l’île sont souvent peu attrayants ou il faut trouver la solution très rapidement, disent les jeunes. Cependant, peut-être que le plus regrettable soit que « la prise de décision penche vers ce qui est connu et pas forcément vers ce qui est bon », parce qu’« il y  a beaucoup de goût personnel et de peur du différent sur la table quand il s’agit de définir ce qui se fait ou pas », souligne Frank.

Beaucoup croient que les collectionneurs de timbres postaux à Cuba sont âgés ; et paradoxalement ceux qui collectionnent des affiches de films ou de théâtre sont « cool », ou « à la mode ». Mais Frank et Tinti ne le voient pas sous cet angle. « Pocket Posters essaye de nous libérer de ces stéréotypes”, disent-ils.

La question sur ce qui passera à la présentation est inéluctable, parce que la fragilité des formats est inquiétante.

« L’enveloppe est entre tes mains » peut-on lire sur ce catalogue informel qui ferme la mise en scène de l’exposition où une machine à écrire et des lunettes accompagnent l’ensemble des lettres timbrées pour Pocket Posters. Les dessinateurs n’ont pas de doutes : ce n’est que le commencement. L’exposition c’est cela, une « présentation » de ce qui peut encore se faire par la combinaison de ces supports, qui reste dans les mains de ceux qui veulent les utiliser, et bien sûr, les collectionner.

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème