Projets communautaires et diversité culturelle à Cuba



A Cuba, un grand nombre d’initiatives prises au niveau local fortifient les traditions et favorisent la créativité populaire.

Cuba ne peut être définie de façon étroite. A l'instar de ses habitants, de ses paysages et notamment de sa culture, cette île est diverse et plurielle, raison pour laquelle le pays assiste aujourd’hui à l'épanouissement de nombreux projets communautaires qui protègent les traditions et permettent que l’art parvienne jusqu’aux moindres recoins, là même où les institutions sont absentes.

Il s’agit d’initiatives lancées par des leaders communautaires, des animateurs culturels et des artistes qui cherchent à créer autour d’eux un climat d'entente, de culture et de paix.

Citons par exemple les espaces magiques pour enfants, le Patio de Pelegrin, dans la communauté de Puerta de Golpe, dans la province de Pinar del Río, ou Claustrofobias, à Santiago de Cuba, dont l’objectif principal est d’inviter à la lecture en général et à la connaissance de la littérature cubaine.

Ces initiatives locales s'avèrent des instruments indispensables pour métamorphoser la communauté et assurer le renouveau des coutumes ainsi que l'essor de la participation et de la créativité populaires.

Expression d’identité

Ces projets, progressistes en soi, sont essentiellement humanitaires : ils invitent la population à participer à la vie culturelle et à préserver son identité.

Les différentes actions menées dans chaque localité permettent de découvrir des talents artistiques et favorisent les processus culturels dans le cadre du développement communautaire.

Elles ne se contentent pas de proposer différentes options culturelles dans leur rayon d’action, elles assurent culture et cordialité dans des parages éloignés et isolés où les loisirs n’abondent pas.

Chaque projet est l'expression de l'identité locale et s'inscrit dans le cadre de la cubanité.

Les meilleurs projets communautaires de Santiago de Cuba à Pinar el Río

Les espaces communautaires sont nombreux et divers à travers l'île. L’un des plus importants est celui de Kcho Estudio Romerillo (un laboratoire d'arts).

Cette initiative culturelle d’utilité sociale et sans but lucratif se fonde sur l’expérimentation, la diffusion des arts et la convivialité. Les nouvelles technologies sont également présentes dans le cadre de ce projet.

Animé par le célèbre artiste cubain Alexis Leyva Machado, « Kcho », ce projet concerne un quartier difficile du point de vue social, dans la municipalité de Playa, à La Havane.

Il dispose d'un espace polyvalent avec bibliothèque, salle de technologie, atelier d'arts graphiques expérimental, salle-galerie et centre de documentation.

Il compte aussi des ateliers de moulage et de gravure, une menuiserie et une petite salle de ciné-théâtre. Ces multiples possibilités en font l'un des projets les plus complets du pays.

Grâce à ces options, la communauté s'est transformée non seulement au niveau de ses espaces physiques, mais aussi en ce qui concerne les interactions humaines.

Dans l’ouest du pays, le Patio de Pelegrín est l'une des initiatives communautaires qui possèdent une vaste expérience dans l’île.

Elle est née au sein de la communauté Puerta de Golpe, dans la province de Pinar del Río, où les différentes manifestations culturelles et artistiques sont toujours en communion avec la nature.

Contrairement au cas de Kcho Estudio, le Patio de Pelegrin est venu combler les besoins spirituels d’un environnement où il n’existait aucune institution culturelle de l’État.

Sous la direction de Mario Pelegrín, instructeur d’art et promoteur culturel, ce projet cherche à compenser l’absence de salles de cinéma et de théâtre et devient un épicentre de la culture.

Il a acquis une telle popularité que des délégations d’Europe, d’Amérique latine et des Caraïbes se sont rendues sur place et des liens étroits se sont tissés avec des représentants de mouvements de solidarité avec Cuba, par exemple celui des Pasteurs pour la paix, entre autres.

D’autres projets avec une expérience intéressante existent aussi dans l’est du pays, notamment celui de Kiribá-Nengón, à Baracoa, dans la province de Guantanamo.

Dans ce cas, les danses typiques et les plats traditionnels se situent au centre du projet, avec pour cadre de magnifiques parages champêtres. Kiribá-Nengón mêle l’allégresse inhérente à la campagne au besoin de préserver les rythmes autochtones de la région.

Au nombre des projets en rapport avec la danse, citons la Tumba francesa, une expérience reprise dans différentes provinces de l’est cubain et qui arbore dans tous les cas la condition de « Chef-d’œuvre du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » octroyée par l’UNESCO.

Signalons d’autres projets de développement local comme Claustrofobias et Ruta para une historia, tous deux à Santiago de Cuba, et Piedra Lunar, à Villa Clara, dans le centre du pays.

Toutes ces initiatives en matière de création défendent le progrès socio-économique et le patrimoine immatériel de chaque localité.

Traduction : Alicia Beneito