Quand la Havane découvre ses antiquités

2013-10-04 21:19:55
Aimara Fernández
Quand la Havane découvre ses antiquités

Les belles histoires de famille et d'un pays se retrouvent toujours dans les antiquités et autres objets de collection... A Cuba, ils émergent souvent de la poussière et des ruines des vieilles demeures de la capitale

Par Aimara Fernández

En visitant La Havane pour la première fois, de nombreuses personnes ont l’impression de découvrir un musée vivant. C'est d'abord  grâce aux Chevrolet, Ford ou Dodge des années 50 que l’on voit encore circuler ou par l’architecture éclectique présente à chaque coin de rue. Aujourd'hui, c'est aussi grâce aux vieux objets qui ont traversé les époques et qui font partie de collections privées. Souvent,  on les utilise encore dans les foyers cubains.

A Cuba, personne ne pourrait imaginer le nombre de personnes qui se consacrent aux collections d'antiquités. De vastes pièces dans des maisons privées se sont transformées en des lieux où l’on restaure et conserve des meubles afin de les vendre ultérieurement. D’autres havanais se sont spécialisés dans la verrerie, les porcelaines ou les objets de décoration.

Les visiteurs peuvent également contempler de nouveaux étalages dans les rues les plus fréquentées de La Vieille Havane où porte-cigares, coffres à bijoux, vieilles  pièces de monnaie ou plumiers côtoient les bijoux-fantaisie, les encriers, les timbres et une multitude d'autres bricoles des siècles passés.

Avoir le choix entre 150 sortes de miroirs d’une autre époque, découvrir une table immense remplie de superbes vases en cristal français ou rêver de posséder une tasse à thé ou à café faite en porcelaine de Sèvres peut être une expérience riche en émotions. C’est comme si l'on se voyait soi-même reflété dans un miroir vieux de 100 ans sur le mur d’une chambre qui ne conserve pas que des reliques, mais aussi de l’art, du talent et de l’histoire.

Amanda Rodríguez est une jeune femme qui a hérité de son père un certain talent de collectionneur. Elle l'a développé non seulement comme un art mais aussi dans le cadre d’une vraie entreprise. Elle et ses trois frères sont nés et ont grandi au milieu des pièces en cristal très fragiles, de porcelaines délicates et de centaines d’objets d’antiquité de grande valeur. Ses talents de restauratrice et de conservatrice ne l’ont plus quittée jusqu’à en devenir son gagne-pain. La combinaison est parfaite : elle allie une véritable sensibilité artistique à des talents de femme d’affaires.

Des verres, des assiettes, de la vaisselle, des bouteilles d’eau, de vin ou de liqueur, des plats, des carafes, des théières, des couverts en argent dans leur étui d'origine, des lampes, des fleurs en porcelaine, des chandeliers, des quinquets, des coffres, des tables pour boire du thé marocain... voilà tout ce qu’on peut trouver et acheter chez Amanda.

Sa collection englobe des pièces de la fin du 18ème siècle jusqu’à la première moitié du 20ème, ainsi que des objets des années 80, héritage de l’Ère soviétique. Au sous-sol, on peut admirer de très beaux articles même s’ils ont été produits en quantité industrielle car à l’époque ils ne coûtaient rien. A l’étage, on trouve des objets et meubles à  valeur historique et artistique, qui en leur temps représentait une pièce unique.

La façon qu’elle a de conduire son affaire est très intéressante. Les prix sont tous accessibles : elle vend en lots ou en gros, par groupes d’articles de même prix. Les pièces ne sont pas rangées strictement ou méthodiquement : il y en a partout dans la maison, par piles, dans des tiroirs, des vitrines ou des buffets. Il faut fouiller lentement et minutieusement dans ce musée issu de l’intuition d’Amanda. On y voit aussi des boîtes où sont rangées des boucles d’oreilles, des bracelets et des colliers. Au mur sont accrochés des carillons en bon état ainsi que des coucous. Si on a de la chance, on peut tomber sur un collier avec une authentique pierre précieuse.

Pour Amanda, il est important de vendre rapidement afin d’acheter de nouvelles marchandises. Comme elle l’a dit elle-même : « de nombreuses personnes à Cuba achètent des antiquités, mais ce sont les mêmes personnes qui parfois en vendent ».

C’est considérable : des chaises, des tables, des meubles de cuisine, de chambre, de salle à manger, de salon, des lits, des canapés, des meubles de salle de bain, des rocking-chairs, des buffets. Sans compter les bureaux, les tourne-disques (pour les vinyles) et même les fauteuils de barbiers !

D’aucuns collectionnent des miniatures, des timbres, des photos, des cartes postales, des étiquettes, des cartes de baseball datant d’avant 1959 et des anneaux entourant les cigares. Des horlogers méticuleux collectionnent des montres à gousset, des pendules qu’ils sont parvenus par leur patience, à faire fonctionner de nouveau. D’autres amateurs collectionnent aussi des appareils photos et des armes blanches : des dagues, des épées, des sabres.

Ils sont aussi nombreux à contempler et à vendre des livres rares et anciens, quand dans le même temps, des amoureux de musique conservent des collections musicales de toutes les époques. Des trésors inestimables en raison de leur valeur culturelle et artistique.

Ce sont de véritables sanctuaires où ces commerçants et collectionneurs d’antiquités conservent et protègent le « réel merveilleux » d’une ville. Une forme de « réalisme magique » qui fait que sur un même mur on peut trouver la tête empaillée d’un élan, de vieilles photos et un coucou qui fonctionne encore.

La poussière, les songes, l’esprit et l’énergie centenaire qui émanent de tous ces vieux objets, continue de vivre pour protéger le passé. Un véritable héritage pour le futur.

Carnet d’adresses

Milagros : rue A #610 entre 25 et 27, Vedado - 833-6140/05241-6321 - curatrice et promotrice d’arts visuels (il faut prendre rendez-vous à l’avance et seulement les après-midis et soirées).

Belkis : rue 2#607 entre 25 et 27, Vedado - 830-4124 (principalement de la verrerie et de la porcelaine ainsi que quelques meubles).

Mirtha : rue 6#601 entre 25 et 27, Vedado - 836-0695/05346-8397 (principalement des grands vases et chandeliers en céramique, quelques meubles).

Elia : rue4# 305 entre 13 et 15, Vedado - 830-1725 (principalement des meubles, quelques verres).

Ibrahim : rue 35#251 esq4, Vedado - 833-3272/05288-8308 (principalement des meubles et des montres).

Cuba Absolutely

C’est avec un grand plaisir que nous soumettons à votre considération les éditions de Cuba Absolutely, une revue culturelle, un vade-mecum économique et d’affaires, un guide touristique. Tout sur Cuba, Cuba absolument. Informer, attirer, divertir sur la base de la richesse du contenu, tel est notre objectif. Nombreuses sont les hyperboles et les opinions sur Cuba. La subtilité est l’une des premières victimes de la rancune existant entre le gouvernement de Cuba et les exilés cubains de Miami : elle est soit jetée par dessus bord, soit perdue dans la traduction. La réalité ? Cuba n’est ni le paradis tropical socialiste vanté par ses admirateurs ni la dictature tyrannique critiquée par ses détracteurs. Nous avons la chance de pouvoir écrire sur Cuba, un site riche en histoires fascinantes où la crainte d’épuiser les sujets ne nous hantera jamais. Nous n’avons pas la moindre intention d’offenser d’autres petits pays, mais Cuba a de l’esprit. C’est une île qui a fait valoir sa propre manière de faire les choses pendant plus de quatre décennies. Le monde peut devenir routinier mais Cuba restera personnelle et unique. Cuba Absolutely est divisée en sections. Nous espérons que cet agencement vous aidera à trouver ce que vous cherchez, que ce soit un article sur la renaissance de La Havane, une analyse particulière sur l’économie, une bonne adresse ou une recette de la cuisine traditionnelle. Nous accepteronsde bon gré vos idées concernant les futurs reportages, articles, photos et annonces.Nous sommes par ailleurs ouverts aux relations de collaboration ou decourtoisie. Nous aspirons à ce que cette revue se caractérise par la qualité deses articles et photos. Visitez notre site web où vous trouverez desinformations supplémentaires ou contactez-moi à l’adresse suivante : CubaAbsolutely@gmail.com, ou sur le site : www.CubaAbsolutely.com Cuba est différente et en vaut la peine Absoluement. Charlie Thompsom, directeur de Cuba Absolutely  

Sur le même thème