« Se fabriquer » à La Havane

2014-10-14 23:05:34
Dazra Novak
« Se fabriquer » à La Havane

Qui aurait pu imaginer qu'un jour, à La Havane, en plein XXIe siècle, on inventerait un tel verbe : « Je vais me fabriquer cette nuit! », disent les plus jeunes pour annoncer leur présence à la Fabrique d'Art Cubain.

Par: Dazra Novak

L'idée du musicien et fondateur du site, X Alfonso, d'avoir transformé une vieille bâtisse abandonnée en l'un des meilleurs sites nocturnes de la ville est « révolutionnaire ». La F.A.C., en tant qu'espace culturel pluridisciplinaire, a redonné une nouvelle vie aux anciens bâtiments d'une vieille usine d'huile. Les sols rustiques, les hauts piliers et les sièges en bois non lustrés ont été réhabilités.

On a habillé les longs murs comme des galeries et les couloirs, tels des artères illuminées, nous guident vers les différentes salles où les œuvres de jeunes - et moins jeunes - artistes, sont exposées et vendues. Cubains et étrangers, artistes plasticiens et photographes, artisans, bijoutiers et designers sont tous regroupés dans un seul lieu dont l' objectif principal est clairement annoncé : présenter et commercialiser l'art cubain contemporain.

Fabrique d’Art Cubain

Cependant, le soir à partir d'une certaine heure, la F.A.C se transforme davantage en un lieu de fête qu'en une expo-vente. C'est sans doute ses prix modiques ainsi que la dynamique avec laquelle elle a été créée qui en ont fait aujourd'hui le lieu de rendez-vous favori pour une majorité de gens. En un temps record (moins de six mois), cet endroit doit à présent fermer ses portes vers minuit tellement le monde afflue. Environ cinq cents personnes sillonnent ses entrailles du jeudi au dimanche, entre 20H et 4H du matin.

Tout le monde le sait, on vient là pour boire quelques verres, discuter entre amis, faire de nouvelles connaissances, que ce soit en face à face ou par le tchat interne, accessible depuis son smartphone. C'est ainsi que l'on croise, par exemple, un danseur de Danse Contemporaine, une actrice de théâtre, un compositeur, un poète, un jazzman, une chanteuse pop. Quelqu'un les prend par la main pour avoir droit à une photo-souvenir, pour qu'ils signent un autographe, pour aller fumer une cigarette dans un des patios, sous les pièces recyclées de la Vierge de l'Usine ou bien en se balançant tranquillement dans un confortable fauteuil à bascule pour deux - ou trois.

Fabrique d'Art Cubain

Il est interdit de fumer à l’intérieur de la Fabrique, certains espaces ayant été prévus à cet effet. L'argent liquide ne circule pas dans l'établissement : à la place, des « cartes de ravitaillement » sont distribuées à l'entrée et l'on règle à la sortie en additionnant le montant final. On ne peut jamais en voir le bout car chaque soir il y a une programmation différente. Et si on me posait la question : « comment dois-je m'habiller ? », je répondrais : « soyez vous même ! » Portez une cravate si cela vous chante, ou bien des tongs hawaïennes, des talons aiguilles, des sacs en tissu, un bonnet ou bien encore un maquillage clinquant.

C'est une ambiance si bohème et permissive que je dirais même plus : ayez l'âge que vous voulez vous donner. Mais par contre, une fois à l'intérieur, il faudra choisir entre une pièce de théâtre ou bien un documentaire, décider s'il faut aller voir en premier la nouvelle exposition  photo ou bien le dernier art-vidéo. Il se peut, qui sait, que vous préférerez le concert dans la petite salle Santiago  Feliú à la place des Djs qui mixent à partir de 2H du matin. Pendant que vous faites votre choix, des statues vivantes portant des costumes métalliques se déplaceront un peu partout, grimperont les escaliers, jongleront de façon amusante avec des petits ballons argentés afin de se faire photographier avec vous, souriants et spontanés...

Ici, on a fait de l'art cubain contemporain un environnement sociable, un verbe en pleine action, une nuit différente.

Fabrique d'Art Cubain

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème