Une «Clandestina» à Cuba?

2015-06-17 18:56:10
Dora Maar
Une «Clandestina» à Cuba?

Malgré son nom, Clandestina, le premier magasin de design à Cuba, n'est déjà plus un secret des dieux. Tout le monde sait où il se trouve. Depuis février dernier, le numéro 403 de la rue Villegas, à La Havane, est devenu un lieu de passage incontournable.

Par: Dora Maar

Photos: Manon Aubel et Alejandro Alfonso. Avec l’aimable autorisation des auteurs

Ce mélange de magasin, galerie et laboratoire tente d'exploiter la façon dont le design peut être utilisé sur tout type de support. Le lieu vient ajouter sa touche personnelle à d'autres initiatives entreprises par de jeunes designers cubains (La Marca ou bien Arte-facto) et parie sur le développement du talent, non seulement des professionnels, mais de n'importe quel autre créateur ayant des idées intéressantes.

Conçu par Idania del Río, l'une des plus jeunes et talentueuses infographiste de l'île, cet espace a d'abord offert un excellent design cubain « à 99% ». Car comme elle nous le fait savoir, « rien n'est pur à 100% ».  Pour l'instant, on y trouve des t-shirts « série limitée », des sérigraphies, des jouets recyclés, des chapeaux haut de gamme, de la musique alternative... Et puis, on y découvre des expositions, des ateliers, des soirées et « diverses autres bêtises ».


 Photo: Alejandro Alfonso

Selon Idania, « le plus important est d'arriver à créer toutes les choses qui nous passent par la tête et qui s'appliquent à des objets du quotidien. Cela peut aller de quelque chose d'utile comme un t-shirt, jusqu'à un objet contradictoire et rigolo comme des serviettes qui tâchent. C'est pourquoi Clandestina peut être considéré comme un laboratoire ; nous souhaitons exploiter tout le potentiel que peut avoir le design, secteur actuellement déprimé à Cuba ».

Pour son inauguration officielle, Clandestina proposa un featuring avec un des autres grands noms de la scène graphique cubaine dont on parle beaucoup, Edel Rodríguez (Mola). Il a ainsi eu la chance d'être le premier à présenter en exclusivité une série de 150 t-shirts avec ses créations. D'autres designers ou dessinateurs lui emboiteront le pas afin de compléter une programmation régulière : Nelson Ponce, Giselle Monzón, Pepe Menéndez et d'autres.


 Photo: Manon Aubel

Depuis quelques années, La Havane connaît un vrai boom du design présenté dans ses principaux lieux d'exposition. Mais les jeunes en s'y intéressent guère.

«Être visibles en tant qu'individus tout en nous excusant de cette visibilité afin de donner libre court à la créativité et envahir la ville. Il s'agit d'une stratégie intéressante car elle offre  la possibilité d'explorer des codes visuels qui ne sont ni flagrants ni directifs, mais avec un peu de peps, d'humour...»


 Photo: Manon Aubel

L'objectif principal est de permettre aux designers de se sentir libres pour exprimer le fond de leur pensée; et que la population s'habitue peu à peu à une autre forme de marché culturel, peu exploité sur l'île.

Cette boutique de design, comme la présente Idania del Río, pourrait être en ce moment même une singularité dans « la Cuba d'aujourd'hui ou de demain ». Un nouveau «pays des merveilles » dans lequel tout ce qui passe par la tête des créateurs va être simplement unique... Un espace de survie fait d'initiatives, de talents et d'originalités.


 Photo: Manon Aubel

Vistar Magazine

Vistar, site web à accès gratuit qui proportionne de l’information fiable sur les derniers évènements culturels dont les artistes cubains jouent un rôle important, et qui ont lieu à Cuba ou dans d'autres parties du monde. L'equipe de VISTAR MAGAZINE rèside à la République Dominicaine.

Page web: https://vistarmagazine.com/

Sur le même thème