Cuba à cheval

2017-05-22 17:55:09
Olivia Ameneiros
Cuba à cheval

Photo : Cubania

   Cuba compte plus de 20 élevages de chevaux. Ces écuries constituent un atout économique et touristique de plus en plus important pour le pays, à l’instar du haras de La Guabina, à Luis Lazo (à Pinar del Río). Il faut dire qu’une ferme sans chevaux, c’est un peu comme une rivière sans ombre, une plage sans cocotiers, une fête sans rhum. Pour les Cubains, à la campagne, la vie qu’on y mène et les travaux agricoles sont essentiellement une question de chevaux. C’est à cheval que l’on gravit les montagnes, c’est à cheval que l’on va chercher sa fiancée et c’est encore à cheval que l’on va faire ses démarches. L’amitié et l’amour du cheval est presque aussi grand que celui de l’épouse. Et il n’est pas rare de voir une femme de demander à son mari de choisir entre elle et l’animal.

 La Guabina: l’aventure à cheval

  La Guabina est un domaine situé à quelques 170 kilomètres de la capitale cubaine. C’est également le nom d’un poisson local qui peuple les rivières et les lacs bordant cet élevage de chevaux de la province de Pinar del Rio. Cette exploitation qui s’étend sur 1000 hectares constitue une référence au niveau international en matière d’élevage d’équidés. La Guabina abrite aussi des terrains agricoles et des élevages de lapins et de coqs de combat. Les voyageurs qui décident de visiter ces écuries extraordinaires se rendent sur un site aux magnifiques paysages de montagnes et de vallées. La Guabina éveille l’intérêt des visiteurs pour ses chevaux, mais aussi pour les randonnées, les ballades en barque ou la pratique de l’aviron dans un lac proche du domaine.

   Cependant, c’est l’élevage et l’amélioration des races de chevaux (Pinto Cubano et Apaloosa par exemple) qui font la renommée de la Guabina. Parmi les nombreuses activités proposées, on trouve la randonnée à cheval au long du chemin équestre Rancho La Guabina-Mil Cum­bres. Il s’agit d’un parcours de 95 kilomètres qui permet de découvrir, sur une durée de 5 jours, les paysages de la province de Pinar del Río. On vient aussi à la Guabina pour voir des rodéos. Les spectacles de vachers de la région attirent les foules.

 L’élevage de chevaux à Cuba

  L’élevage équin à Cuba remonte au XVIème siècle, quand les colonisateurs espagnols apportèrent avec eux les premiers chevaux. Les célèbres Pinto Cubano, Patibarcinos, et les Criollos de trot sont issus de ces premières générations de chevaux. L’élevage équin à Cuba a, ensuite, connu des hauts et des bas. De nos jours, les éleveurs cubains travaillent à l’amélioration des races de chevaux.

  C’est dans ce contexte que la septième édition de la vente aux enchères Remate Élite Habana s’est tenue avec 33 chevaux. Les recettes de cette vente se sont élevées à un près d’un demi-million d’euros. Actuellement, Cuba compte plus de 15 000 chevaux et quelques 17 races dans une quarantaine d’élevages. Les éleveurs veillent à perpétuer la tradition de l’utilisation des chevaux dans plusieurs domaines de la vie quotidienne, tout en cherchant à développer leur commercialisation et leur présence dans les activités touristiques.

 

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Sur le même thème