Eme Alfonso : « Mon héritage, c'est la musique afrocubaine »

2019-05-03 20:59:03
Clara Nuñez
Eme Alfonso : « Mon héritage, c'est la musique afrocubaine »

Nous discutons reggaeton, racines africaines et évidemment Cuba avec Eme Alfonso. Inclassable dans le paysage musical cubain, la chanteuse combat les clichés, ce qui ne l'empêche pas d'apprécier le folklore.

C'est sous le soleil que j'attends Eme Alfonso, au Salón Rosado Benny Moré de l'espace en plein air la Tropical. Il est à peine quatorze heures mais il commence à y avoir de l'ambiance : c'est la deuxième journée du Festival Havana World Music et Eme Alfonso finit sa répétition sur la grande scène; elle doit se produire ce soir. Si elle est légèrement aphone lorsqu'elle parle, elle chante d'une voix de sirène, en langue yoruba. Elle affiche un sourire teinté de fatigue en descendant de scène… « Je suis morte ». C'est qu'en plus de son spectacle, Eme Alfonso assure personnellement l'organisation de cet événement qu'elle a lancé avec son mari et quelques amis il y a déjà six ans. Comment y parvient-elle ? Peut-être parce que c'est une Alfonso. Il faut dire qu'à Cuba ce nom de famille est synonyme de musique et de créativité à l'état pur : ses parents sont les créateurs du groupe légendaire de la fusion afrocubaine, Síntesis, et son frère Equis Alfonso, à l'initiative du projet culturel Fábrica de Arte Cubano, est un des musiciens les plus reconnus de l'île. Eme en est à son troisième album en solitaire et elle défend les racines des musiques du monde en tant que directrice de la création du festival Havana World Music… A-t-elle déjà pensé à faire autre chose ? « Je viens d'une famille de musiciens et j'ai commencer à étudier la musique classique à l'âge de 7 ans ».  Le message est passé.

Essence afro-cubaine

musiciens, groupe de musique, Síntesis, concertPhoto du Facebook de l'artiste

Compte tenu de cette tradition musicale, le destin de Eme était presque tracé : très jeune, elle chante dans le groupe de ses parents avec qui elle parcours le monde. Un groupe qui montrait comment la culture et la musique cubaine pouvaient être mélangées et dont elle se sent l'héritière : « Síntesis, le groupe de mes parents, a été quelque chose de très révolutionnaire : dans les années 70, ils ont repris les chants afrocubains (la musique africaine qui s'était implantée à Cuba est principalement celle de la religion yoruba) et les ont mélangés avec du rock (qui était alors interdit à parce qu'il était chanté en anglais). À l'époque, la religion afrocubaine était vue d'un très mauvais œil, elle était cachée. Ils ont donc mélangé deux choses interdites et c'est ce qui a produit cette explosion ».

 
 

Après avoir décidé de poursuivre sa carrière en solo elle est passé par une phase de recherche de son identité musicale. Son dernier disque Voy est un retour aux sources mais avec un style personnel: « Quand j'ai commencé à faire ma musique en solo je voulais faire du jazz, quelque chose de complètement différent de ce que faisaient mes parents. Mais vivre hors de Cuba m'a fait réaliser que mon héritage, c'est la musique afrocubaine. C'est pourquoi ce disque est une réconciliation avec la culture afrocubaine et avec le passé… Pour pouvoir avancer vers l'avenir ».Y a-t-il un renouveau afrodescendant comme dans d'autres régions du monde ? « Bien sûr. En ce moment, il y a beaucoup de jeunes musiciens cubains, comme par exemple Dayme Arocena ou même Cimafunk qui sont en train de puiser dans ces racines africaines de quoi développer de nouveau genres. Si vous regardez le paysage musical cubain, vous verrez qu'absolument tout vient de la musique afrocubaine, que ce soit la salsa, la rumba ou le son… Tout vient de là et tout se révolutionne toujours de là ». 

Havana World Music: des racines au langage contemporain 

 
C'est ce qui intéresse Eme : prendre du vieux, le mélanger avec du neuf et créer autre chose. C'est ce qu'elle fait en tant que directrice de la création du Havana World Music depuis 6 ans, quand elle a décidé avec son mari et deux amis de créer un festival pour « représenter cette musique qu'est Cuba et que les jeunes veulent écouter ». C'est pourquoi la sélection des groupes qui se produisent au festival obéissent à ces principes : « Je veux que les musiciens qui viennent au festival travaillent avec leur racines pour apporter leur culture à Cuba, mais ces genres autochtones doivent être mélangés pour s'exprimer dans un langage qui touche facilement les jeunes : ce peut être de l'électro, du hip hop… Cette année par exemple, il y a 12 groupes internationaux de dix pays différents; c'est ce que je recherche ».

Est-ce que le festival pourrait même s'ouvrir au reggaeton ? « Le reggaeton est la nouvelle pop d'Amérique latine. C'est un phénomène assez particulier et je respecte le reggaeton même si je n'aime pas. À Cuba, on en consomme beaucoup, sa popularité est liée au fait que n'importe qui peut en faire. Mais le reggaeton a beaucoup fait reculer la salsa et d'autres genres musicaux cubains importants qui sont bien plus difficiles à faire ». C'est justement la virtuosité et la créativité qui font la notoriété de la musique cubaine dans le monde, que ce soit pour le classique, le jazz et évidemment ses genres musicaux : le son, la salsa et la rumba.

Le problème est que tout ce mythe donne lieu à des clichés qui limitent le développement d'autres genres : « C'est vrai que le phénomène Buena Vista Social Club a fait connaître la musique cubaine dans le monde, mais cela a fait autant de bien que de mal. Après Buena Vista Social Club tout le monde croyait qu'on ne faisait que de la musique traditionnelle à Cuba, et si l'on faisait autre chose, les gens disaient que ce n'était pas cubain. Ce n'est pas le cas car à Cuba, on fait du rock, du jazz du métal progressif… Nous avons de tout et le niveau est très élevé ».Alors, il y a de la vie au-delà du reggaeton et de Buena Vista ? « Bien évidemment. Il y a Cimafunk, Harold López Nussa, Dayme Arocena, Interactivo… Pour moi, ils sont l'avant-garde de la musique cubaine d'aujourd'hui, ce sont eux qui donnent le nouveau tempo ».

chanteuse, musique fusion, CubaPhoto du Facebook de l'artiste

 « La Havane est comme une personne »

La Havane est lieu de départ et de retour pour Eme qui après avoir vécu quelques années à Madrid a décidé de revenir, non sans contradictions : « Je suis née à La Havane. Il y a des jours où je l'adore et d'autres où j'ai envie de m'enfuir. La Havane est une ville dramatique, intense, complète et magnifique. C'est vraiment comme une personne et c'est difficile de ne pas en tomber amoureux ».

La ville et ses habitants doivent affronter ces contradictions et complexités; faut-il préserver le charme d'une ville qui n'a pas souffert des effets uniformisateurs de la mondialisation ou bien accepter le besoin d'une ouverture au marché pour améliorer la qualité de vie ? « Ce que j'aime le plus, c'est que La Havane est une capitale différente à toutes celles où j'ai été. J'aime qu'il n'y ait pas de panneaux, de Mac Donald's et de publicité agressive. Mais j'aimerais que les portes s'ouvrent un peu plus pour les entrepreneurs locaux ».

La Havane, malecón, bateaux, enfants, mer

Photo : Alisont Lied Pompa

Cuba: l'histoire que tout le monde veut voir

La Havane a suscité des amours légendaires, tout un mythe entoure la musique cubaine, quant à Cuba « on pourrait écrire des milliers de livres avec ce qui s'y est passé seulement dans les soixante dernières années ». Mais pourquoi tout le monde veut venir à Cuba ? « Les gens veulent venir parce que Cuba a une histoire riche. En plus, la mauvaise image de Cuba qui été véhiculée a généré une contre-publicité, c'est un peu malsain, non ? Les gens veulent savoir ce qui se passe vraiment ici… Et comme on ne communique pas suffisamment sur la réalité de notre pays, cela suscite de la curiosité ».

Cette curiosité "un peu malsaine" due à l'hermétisme de Cuba a également produit des mythes qui sont parfois devenus des clichés désagréables : « Il y a beaucoup de clichés sur les femmes cubaines et cela me dérange; beaucoup de touristes viennent à la recherche de quelque chose qui n'existe pas. Il est clair que les Cubaines se sentent très offensées par ces préjugés parce qu'ici les femmes sont très instruites, elles ont fait pour la plupart des études supérieures…Cuba, c'est tout le contraire de l'image que l'on vend; c' est un pays qui est loin de se résumer au soleil et aux palmiers, nous sommes un pays super culturel ».

femme, musicienne, concert, Eme AlfonsoPhoto du Facebook de l'artiste

C'est l'amour de la culture et la volonté de préserver les spécificités locales qui ont poussé Eme et sa famille, il y a déjà quelques années, à recueillir la musique « d'une religion qui était totalement marginalisée" et à faire en sorte que « les jeunes de l'époque aiment leurs racines africaines comme ils pouvaient aimer leurs racines espagnoles ou de n'importe quel endroit car on sait bien qu'à Cuba il y a un métissage impressionnant ». De nos jours, Eme continue de transmettre ce message en essayant de faire connaître Cuba dans le monde et de faire connaître le monde à Cuba : « Aujourd'hui, aucun artiste authentique ne peut faire de musique sans racines ou influences. Cette essence est ce qui fait que l'on t'identifie partout où tu vas et que ta musique soit plus qu'un produit commercial, c'est ce qui fait qu'elle va durer ».

Conseils :

1.     Un endroit secret : la côte de La Havane (mais pas celle de l'est)
 
Quand j'étais petite, j'allais souvent sur la côte de Miramar, au niveau des rues 110, 14, à Siboney… ce sont des zones de côte naturelles avec des rochers et on peut y voir des poissons, des coraux… Il n'y a même pas besoin de faire de la plongée, il suffit d'y aller bien tôt le matin pour voir les poissons colorés. C'est très beau
 
2.     Un restaurant bon et pas cher : La isla de la pasta
 
C'est un restaurant italien qui cuisine au jour le jour, situé au coin des rues 23 et 6. Ce sont des pâtes italiennes faites par des Italiens qui résident à Cuba. C'est sympa parce qu'ils n'ont pas toujours tous les ingrédients, alors ils font des pâtes italiennes en utilisant ce que l'on a ici et c'est super bon
 
3.     Des boissons cubaines addictives
 
Le jus de canne à sucre et la piña colada. Il faut les goûter : rien à ajouter.
 
4.     De la bonne musique
 
La rumba d'Osaín del Monte en concert à La Casa de la Música de Miramar…Ca, c'est Cuba!
 
5.     Un défi (presque) impossible : un bon plan à La Havane quand il pleut
 
Va chez ta voisine la plus proche et boit jusqu'à ce que la nuit tombe parce que quand il pleut, rien ne fonctionne dans ce pays. C'est sérieux et c'est quelque chose qui ne va pas changer (rires).

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts