Festival JoJazz : Le concours des jeunes promesses du jazz cubain

2019-11-21 03:13:51
Berta Reventós
Festival JoJazz : Le concours des jeunes promesses du jazz cubain

Le Festival JoJazz est un concours annuel de jeunes jazzistes qui a lieu chaque année au mois de novembre à La Havane. L’évènement cherche à capter les futures promesses du genre et de leur donner force, sachant que le jury est toujours composé de musiciens reconnus dans le pays. Ceux-ci ont un rôle de sélection et de tremplin. Il s’agit d’un festival unique et différent, qui permet de se familiariser avec le jazz à partir d’un prisme plus ouvert, créatif et détendu.


Candidats aujourd’hui, jazzistes demain


La Havane accueille tous les ans le festival JoJazz, un espace où les jeunes qui débutent leur carrière dans le jazz peuvent rendre leur art visible devant un public et, surtout, devant un jury. Ce dernier est formé par des musiciens de renom, qui cherchent à dégotter de nouveaux talents et capter des jeunes qui veulent se faire un nom dans le jazz. Il s’agit de leur donner les moyens de devenir les nouvelles figures importantes du genre à Cuba et dans le monde, comme c’est le cas de WiwiDaymé ArocenaYissy García, ou du jeune jazziste Michel Herrera, qui est passé de gagnant de ce concours à Président du jury au cours de sa courte carrière artistique.


Jazzistes cubains, concert de jazz, concert live, musiciens cubainsPhoto: Cubanía


Les interprètes, qui viennent de tout Cuba, et qui ont entre 16 et 30 ans, peuvent participer à différentes catégories : comme solistes, sous un petit ou grand support, tout comme en groupe. Bien qu'il y ait plusieurs prix, le gagnant du concours se verra attribuer un instrument, en plus d’être mis en avant par les médias locaux. Il pourra aussi s’enregistrer dans une des compagnies discographiques reconnues. Pour beaucoup de jeunes musiciens,le JoJazz pourrait être la première occasion de se faire connaître, une vitrine qui ouvrira peut-être à des castings.

Comparée à d’autres pays, la formation musicale cubaine est vraiment exigeante: si l’on veut en faire sa profession, il faut étudier à l’Ecole Nationale d’Art (ENA) ou dans les écoles municipales de musique à partir de 8 ans. Une fois diplômé à 18 ans de l’ENA ou d’un conservatoire municipal, un musicien est considéré comme professionnel à Cuba. Puis il peut entrer à l’Institut supérieur des arts (ISA) pour des études universitaires. Assister au JoJazz permet de connaître les futures figures d’un genre qui ne cesse de se rénover.


Jazz Band, jeunes musiciens cubains, musiciens cubains, jeunes jazzistes cubains, Joaquín BetancourtPhoto: Havana Times



L’antichambre du festival Jazz Plaza


Le JoJazz a été créé en 1997 par Joaquin Betancourt, l’un des maîtres du genre sur l’île qui, grâce  à cet évènement, a formé son groupe, la Joven Jazz Band. De nombreux membres gagnants du concours se sont ajoutés, et petit à petit, le groupe s’est élargi et s’est révélé.

A l’origine, le JoJazz a été pensé pour que de jeunes musiciens qui n'était pas encore « préparés » pour participer au festival international Jazz Plaza aient un espace d’expression. Dans le calendrier musical serré de la ville, le Jazz Plaza  restait réservé aux artistes reconnus mondialement. Pour autant, de façon parallèle, le JoJazz a réussi à se faire une place aujourd’hui. Ce style a maintenant son propre public, c’est devenu comme un « must » pour ceux qui visitent La Havane et sa richesse musicale.


Traduction: Romane Frachon

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts