La Juguera de 6, fruitothérapie au coeur de La Havane

2019-07-19 00:01:59
Berta Reventós
La Juguera de 6, fruitothérapie au coeur de La Havane

José Alberto Puig Santiesteban est le propriétaire et le créateur de La Juguera de 6, un bar à jus au caractère social dont la vocation est de promouvoir des habitudes alimentaires saines à Cuba. Puig a déjà imaginé plus de cent cocktails de fruits et légumes avec des produits biologiques, locaux et de saison. La Juguera de 6 est un espace pour tous les publics qui propose des jus rafraîchissants, sans sucres ajoutés et à la portée de toutes les bourses. Cubanía rencontre Santiesteban, qui nous parle de son business, des habitudes alimentaires cubaines, et nous donne même quelques conseils pour une visite « bien-être » de La Havane.

« Des jus pour la santé »

Cette petite entreprise située dans le quartier Vedado de La Havane –rue 6 entre 1ª y 3ª– a été créée il y a six ans par José Alberto Puig. Cet avocat de formation a découvert, en étudiant les propriétés des fruits et légumes, que certains mélanges sont bénéfiques pour la santé et peuvent même soigner. « La Juguera est un projet social, ce n'est pas seulement un endroit où l'on vend des jus » précise Puig. Ses études l'ont conduit à créer 85 recettes pour soigner ou atténuer des pathologies : « toutes ont été agréées par les autorités sanitaires cubaines ». On peut ainsi, en cas de maladie, se rendre à La Juguera : on y sera suivi de manière gratuite selon les principes de la fruitothérapie.  

« Les services de gastroentérologie nous envoient beaucoup d'enfants avec des troubles digestifs  » explique Puig dont l'établissement accueille de nombreuses personnes âgées et femmes enceintes. Pour ces personnes, La Juguera propose l'ensemble de ses produits de manière gratuite. Même s'il s'agit d'un espace en plein air, il est interdit de fumer ou de crier. « J'ai voulu créer un endroit qui ait un impact au niveau humain, un endroit sûr et sain ».

Mangue, ananas, pastèque, corossol, citron, menthe, céleri, cresson, épinards, fraises, noix de coco, banane, avocat, concombre et betterave ne sont que quelques uns des nombreux ingrédients que les consommateurs peuvent combiner. Le tout est préparé sur place avec des produits frais, sans sucres ajoutés, et les jus sont servis dans de vrais verres. Les prix ? Entre 3 et 20 pesos cubains…C'est donné !

Photo : Juan Suárez. Havana Times 

José Alberto Puig et le staff de La Juguera


Rentabilité versus satisfaction

Même s'il n'a pas de connaissances poussées en économie, le client de La Juguera aura vite fait d'estimer un rapport dépense/recettes peu favorable aux chiffres de l'entreprise. Mais la priorité pour Puig est la satisfaction personnelle : « les meilleurs journées dont je me souvienne à La Juguera ne sont pas celles où j'ai le plus vendu ». Pour lui, commerce signifie réciprocité entre un propriétaire et les usagers : « l'argent est utile mais pas indispensable. C'est utile pour faire tourner l'entreprise et la faire grandir, l'argent que les clients apportent sert à améliorer les installations ».

Photo : Adrián Curbelo

Autre principe fondamental, « garantir un bon salaire aux travailleurs », qui, assure Puig, gagnent régulièrement plus que lui : « ça s'appelle le respect du travailleur ». Il doit également garantir, selon les moyens et la demande de la journée, les fruits pour le lendemain. Tous les matins, il se charge personnellement d'aller chercher les produits dont il a besoin pour approvisionner le bar à jus pendant ses horaires d'ouverture : de 9 heures à 19 heures, du lundi au samedi. Les ventes s'élèvent quotidiennement de 1300 à 1700 pesos cubains (quelques 70 dollars) et atteignent parfois les 2000 pesos.

« Tous les fruits sont biologiques, j'ai des fournisseurs dans tout le pays et des contrats avec plusieurs entreprises, et s'il le faut j'achète aussi mes produits sur les marchés ». La seule chose qu'il s'interdit est de ne pas proposer un jus de fruit sans avoir fait le maximum pour obtenir les produits nécessaires : « si là, tout de suite, je dois aller jusqu'à Pinar del Río pour trouver des pastèques parce qu'il n'y en a pas ici, eh bien j'y vais. Et le prix du jus de pastèque ne va pas varier pour autant : il va rester exactement au même niveau ».

Travail pédagogique

La consommation du jus à Cuba est largement répandue. Tous les jours, le cubain moyen boit au moins un jus de goyave, de papaye, d'ananas ou de mangue, chez lui ou dans la rue.

La chaleur de Cuba et l'abondance de fruits font que les jus soient un élément important de l'alimentation des Cubains. Si c'est à première vue une bonne habitude alimentaire, la quantité de sucre qui est généralement ajoutée à ces boissons se fait au détriment de leurs qualités nutritives. Puig reconnaît que « la consommation de sucre en grandes quantité est une des caractéristiques de la gastronomie cubaine » mais que ce n'est absolument pas sain. « Cela fait un moment que l'on essaye d'éliminer totalement le sucre à La Juguera. On sucre avec du miel, mais on veut aussi arrêter ça ». Puis est actuellement en train de consulter avec des producteurs la possibilité de s'approvisionner en feuilles de stévia (aussi appelée « chanvre d'eau »), un édulcorant naturel, afin d'éliminer définitivement le sucre.

Photo : Juan Suárez. Havana Times 

Par ailleurs, Puig signale que le régime alimentaire des Cubains « donne beaucoup plus d'importance aux protéines animales qu'aux fibres et aux minéraux qu'apportent les fruits et les légumes ». C'est pourquoi Puig se réjouit de pouvoir raconter certaines anecdotes : « un papa est arrivé à La Juguera avec son fils, l'enfant a demandé un jus de fraises et le papa un jus d'avocat. Quand l'enfant a goûté le jus de son père, il a tellement aimé qu'il a voulu en boire un autre et son père ne savait pas comment commander car il ne voulait pas dire à haute voix le nom de cet aliment que l'enfant refusait de manger à la maison ».

La Juguera fait donc, de manière indirecte et discrète, un travail pédagogique auprès des enfants, des adolescents et même des adultes en leur proposant de consommer des aliments qu'ils ne consommeraient pas chez eux, en raison de leurs habitudes alimentaires. Ironie du sort, « n'importe quel étranger, d'où qu'il vienne, paierait très cher pour consommer des produits bio : ici, on en a et pourtant on n'en profite pas ».

Un pays plus healthy pour tous

Puig reconnaît que « la plupart des besoins de bases sont satisfaits à Cuba - éducation, travail, santé - mais il estime que l'État devrait mettre l'accent sur la santé préventive : « il est plus coûteux de financer un traitement contre le cancer que de fournir des moyens pour que la population ne contracte pas cette maladie ». De plus, il rappelle que « souvent, à cause du blocus des États-Unis, il nous est difficile d'obtenir certains médicaments ». C'est dans ce contexte que Puig apporte son petit grain de sable : le V8, l'un des jus les plus demandé à La Juguera, « contient 85% des apports journaliers recommandés en vitamines et minéraux ».

Photo : Adrián Curbelo


Conseils

1. Un jus d'été pour se rafraîchir: « Commandez un Jugo de verano (jus de l'été) que nous ne proposons qu'en septembre et octobre, qui est délicieux : mandarine, ananas, citron. C'est très rafraîchissant et c'est une fusion incroyable ».

2. Visitez le centre historique, « pour mieux comprendre la ville et comment elle s'est construite du point de vue de l'urbanisme ». 

3. Se promener ou faire du sport au Parque Metropolitano, « un endroit où l'on est en contact direct avec la nature, on peut aussi y pratiquer des activités sportives ».

4. Faire de l'écotourisme à Pinar del Río, et dans les provinces de l'est, où l'on trouve des paysages et plages spectaculaires.


Traduction : F.Lamarque





Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts