Le ballet cubain et l’Auditorium, aujourd’hui théâtre Amadeo Roldán

2018-10-16 19:21:41
Maya Quiroga
Le ballet cubain et l’Auditorium, aujourd’hui théâtre Amadeo Roldán

La genèse du Ballet Nacional de Cuba (BNC) est étroitement liée à l’Auditorium, salle de théâtre qui a vu le jour grâce aux bons offices d’une institution créée en 1918 par la bourgeoisie havanaise et dirigée par des femmes, à savoir la Sociedad Pro Arte Musical. Pendant les dix premières années, la société ne disposait pas d’un espace propre où le public aurait la possibilité d’apprécier les prestations des artistes et musiciens les plus célèbres de la scène nationale et internationale. Aussi, sa première présidente, María Teresa García Montes de Giberga (1880-1930), s’est-elle fixé l’objectif de construire un théâtre, dont le coût s’est élevé à un demi-million de dollars, chiffre exorbitant à cette époque‑là. L’inauguration de l’Auditorium, le 2 décembre 1928, fut un événement social et culturel.

Selon Miguel Cabrera, historien du BNC, « en 1931, la Sociedad Pro Arte Musical a créé la chaire de ballet grâce à la présence du maître russe Nikolaï Yavorsky. Dans un premier temps, l’objectif n’était pas celui de former des danseurs professionnels, mais de contribuer à ce que les élèves exercent leurs corps, perdent du poids et reçoivent des informations culturelles leur permettant de se conduire convenablement au sein de la haute société. C’est ici que les trois figures de proue du ballet à Cuba, Alicia, Alberto et Fernando Alonso, ont fait leurs premiers pas ».

La première cérémonie de remise de diplômes de l’école, en décembre 1931, marque le début d’Alicia Martínez del Hoyo dans la grande valse de La Belle au bois dormant. Avec le temps, la danseuse serait connue dans le monde entier sous le nom d’Alicia Alonso, après avoir épousé Fernando Alonso.

En 1935, Alberto part pour l’Europe pour intégrer les Ballets russes de Monte‑Carlo. Cette même année, Alicia joue à l’Auditorium le rôle principal dans Coppélia et, en 1937, dans Le Lac des cygnes. L’orchestre est dirigé par un jeune talentueux, Amadeo Roldán. Peu de temps après, Alicia et Fernando se rendent aux États-Unis, où Alicia poursuit sa carrière professionnelle.

Comme résultat de la Seconde Guerre mondiale, Alberto retourne à Cuba en 1941 et devient directeur de l’école où il avait fait ses études. Alicia doit se soumettre à plusieurs opérations des yeux, suite auxquelles elle et Fernando rentrent dans l’île. Une fois la danseuse rétablie, le couple regagne les États-Unis, mais il participe toujours aux Festivals de ballet organisés par Alberto à La Havane.

À cette époque, l’Auditorium accueille la première de Dioné, premier ballet classique mis en musique par le compositeur cubain Eduardo Sánchez de Fuentes. C’est ici qu’Alicia fait ses débuts dans le ballet classique Giselle.

En 1942, Alberto, considéré comme le père de la chorégraphie cubaine, soumet ses œuvres à la considération du public cubain, dont notamment Antes del Alba, premier ballet cubain à thème social. De l’avis de l’historien, « cette représentation a été extraordinaire puisqu’elle associait les rythmes des danses populaires, en particulier ceux d’origine africaine, aux techniques académiques du ballet ».

La première a été très controversée car les dames de la Sociedad Pro Arte Musical ne partageaient pas l’idée de montrer à l’Auditorium un solar (immeuble d’habitation collective) et une rumba de cajon (rumba jouée à l’aide de tiroirs ou de toute autre boîte en bois). Or, les frères Alonso s’acharnaient à créer une école cubaine de ballet.

Une école est née

La célèbre pianiste doña Laura Rayneri - mère des frères Alonso et présidente de Pro Arte Musical pendant deux mandats - embrassait les rêves de ses fils. Aussi, a-t-elle soutenu leur idée de créer la première compagnie cubaine de ballet, qui débute à l’Auditorium le 28 octobre 1948.

« Le programme comprenait le Grand Pas de quatre, ballet romantique ; l’Acte II du Lac des cygnes - interprété par Alicia et George Yushkevich -, et L’Après-midi d’un faune, exemple de nouvelles tendances de l’époque. »

L’Académie de ballet Alicia Alonso voit le jour deux ans plus tard. L’accent a été mis alors sur la formation de danseurs dûment préparés pour interpréter avec rigueur technique les grands ballets classiques. Les premières représentations des chorégraphies d’Alicia ont lieu pendant cette période.

La compagnie a siégé à l’Auditorium de 1948 à 1956, lorsque le dictateur Fulgencio Batista a suspendu la modeste subvention accordée, ce qui a entraîné la fermeture de l’académie.

Adieu à l’Auditorium ?

Suite au triomphe de la Révolution, l’Auditorium reprend ses présentations. En 1961, le théâtre a été rebaptisé Amadeo Roldán, en l’honneur de l’artisan de l’avant-garde musicale cubaine qui a su associer les rythmes afro-cubains à la musique classique.

Fidel Castro Ruz, alors premier ministre du gouvernement révolutionnaire, signe la Loi no 812, en vertu de laquelle la troupe recevrait une subvention et garderait sa résidence à l’Auditorium. La maison occupée auparavant par Pro Arte Musical est devenue le siège officiel du Ballet Nacional de Cuba, dirigé jusqu’à présent par la prima ballerina assoluta Alicia Alonso.

La troupe est restée à sa résidence de 1959 à 1965, lorsque décision a été prise de monter la nouvelle version intégrale du Lac des cygnes, dont la production ambitieuse prévoyait un château, un lac et un grand nombre de danseurs, d’où la nécessité de trouver un théâtre plus spacieux.

La compagnie a dit alors adieu à l’Auditorium. Depuis avril 1965, les présentations du BNC ont lieu au Gran Teatro de La Habana, qui porte aujourd’hui le nom de Gran Teatro Alicia Alonso. L’installation devient le siège du BNC et du Festival international de ballet de La Havane où se donnent rendez-vous des danseurs de taille internationale en provenance de l’Europe, de l’Asie et des Amériques.


L’Auditorium a accueilli par la suite des programmes de concert. En 1977, du fait d’un sabotage, l’immeuble a été dévoré par les flammes, qui ont causé des dégâts considérables. Les ouvrages de reconstruction ont duré plus de vingt ans. La réouverture a eu lieu en 1999. La nouvelle scène, moins spacieuse, a été réservée aux concerts donnés par l’orchestre symphonique national. La salle principale peut accueillir quelque 900 personnes, alors que la deuxième, dotée de 276 places, a été destinée à la musique de chambre et aux concerts petit format.

Début 2014, l’administration a décidé de suspendre l’ensemble des programmes de musique et de fermer les installations devant le danger imminent d’effondrement. La date de réouverture ou l’affectation du théâtre restent encore indéterminées. Nous formons des vœux pour que ce haut lieu de la culture nationale, témoin d’événements majeurs dans l’histoire du ballet à Cuba, ouvre à nouveau ses portes.

Traduction : Fernández-Reyes

Sur le même thème