Le Cerro : la clé de La Havane

2019-08-18 05:15:36
Omar González González
Le Cerro : la clé de La Havane

La Havane fête cette année ses 500 ans, rajeunie par l’affluence des visiteurs étrangers et par un important processus de restauration cherchant à lui redonner sa splendeur d’antan. Cependant, les travaux et les touristes ne semblent pas toucher certains quartiers havanais, plutôt populaires, mais riches en histoire, traditions et lieux d’intérêt.
 
Le Cerro s’étend le long de la chaussée homonyme, au sud du Vedado et au sud-ouest du centre-ville. Son histoire, riche et fascinante, l’a vu passer de contrée rurale à faubourg et enfin quartier havanais, de lieu préféré des aristocrates cubains, à zone industrielle et enfin quartier populaire. Cette évolution vertigineuse a laissé des traces visibles non seulement dans l’architecture mais aussi dans la culture du quartier et même de Cuba.  

À la croisée des chemins

La zone où se trouve le Cerro était habitée déjà à la fin du XVIème siècle par plusieurs colons espagnols, attirés par la fertilité du sol, due à son richissime bassin hydraulique. En effet, la présence de plusieurs fleuves dans la zone, favorisant les cultures, y a permis de faire entre 1566 et 1592 la Zanja Real, le premier aqueduc de Cuba, apportant de l’eau à la ville de La Havane.

ancienne maison, graffiti, Che, rue, personne, quartier, Cerro, La HavanePhoto : www.todocuba.org

Toujours à la fin du XVIème siècle apparaîtra le chemin de Vuelta Abajo, traversant la contrée, reliant la capitale à la région la plus occidentale de Cuba (Pinar del Rio).

Ainsi, vers 1600, la présence de plusieurs exploitations agricoles, le premier aqueduc du pays et une importante voie d’accès à La Havane, faisaient de cette zone rurale, pleine de collines ou cerros en espagnol, dont elle prendra son nom, un lieu de convergence de flux d’eau, des personnes et marchandises.

marché, fruits, légumes, personnes, bus, quartier, Cerro, La Havane Photo :  Pinterest

Les lettres de noblesse du Cerro

Deux siècles plus tard, La Havane devenue un grand centre urbain, nombre d’aristocrates créoles souhaitaient s’établir à l’extérieur des enceintes de la ville pour s’éloigner de la chaleur, du brouhaha et de l’encombrement. Ainsi, à partir de 1803, des familles riches attirées par les beaux paysages de la zone et l’accès facile à capitale, décident de construire leurs quintas ou demeures au Cerro.

casa quinta, demeure, maison coloniale, quartier, Cerro, La HavanePhoto : Cubania

Ces riches demeures seraient bâties aux styles néo-classique ou néo-gothique, selon la mode française de l’époque, et décorées aux plus grands luxes. C’est pourquoi, en 1838, c’est dans l’une de ces nouvelles quintas du Cerro, celle de la comtesse de Jibacoa, et non pas au palais du gouverneur, que le Prince de Joinville, fils du roi français Louis-Philippe séjournera lors de son passage à La Havane.

La multiplication des riches demeures entraînera aussi la transformation en chaussée pavée du chemin de Vuelta Abajo et la disparition des collines ou cerros, rasées pour utiliser les pierres dans le bâtiment des structures. Les travaux comprendront aussi la construction d’églises, de commerces, d’écoles, des centres de santé, et même de deux nouveaux aqueducs. Cette multiplication de structures fera du Cerro, devenu faubourg, un lieu de passage définitif pour accéder à La Havane et source des eaux alimentant la ville, d’où l’expression populaire « le Cerro a la clé ».

De colonie à République, de faubourg aristocratique à quartier populaire

À partir du milieu de XIXème siècle, un nouveau changement se produit au Cerro : attirés par les cours d’eau et la chaussé facilitant l’accès à la ville et au port, certains des premiers industriels de Cuba ouvrent leurs usines dans la zone. Ceci attirera un nombre important de travailleurs à la recherche d’emploi, auxquels vont s’ajouter, à partir de 1868, des paysans fuyant les combats des Guerres d’Indépendance à Cuba (1868-1898). Donc, déjà vers 1870, les riches quintas du Cerro contrastent avec les industries de glace, de savon, d’allumettes et de rhum, ainsi que les précaires habitations des pauvres au nombre croissant.

Cette paupérisation entraînera des problèmes comme la contamination des eaux, l’insalubrité et finalement des épidémies de choléra et de fièvre jaune. C’est pourquoi plusieurs familles riches préféreront déménager vers l’ouest et faire don de leurs demeures à des institutions caritatives chargée de prendre soin de nombreux malades. 

personnes, malades, hôpital, fievre jaune, CubaPhoto : http://cesbor.blogspot.com

Dans ce contexte, le médecin cubain Carlos Juan Finlay, formé à Paris et habitant du Cerro, réalisera des études auprès des populations locales. Grâce à ses résultats, il formulera en 1881 sa théorie selon laquelle le moustique aedes aegypti serait le vecteur de la fièvre jeune, hypothèse acceptée 20 ans plus tard par la communauté scientifique internationale. 

Il faudra attendre jusqu’en 1898, avec la fin des guerres, l’occupation étatsunienne (1899-1902) et la naissance de la République de Cuba pour que la situation de santé s’améliore. En effet, les nouvelles autorités appliqueront les découvertes du docteur Finlay dans d’importantes campagnes d’assainissement. En même temps, le Cerro verra défiler sur sa chaussé les troupes cubaines du général Maximo Gomez lors de leur entrée à La Havane et accueillera l’assemblée constituante.

hommes, mambises, guerre d'independance, histoire, CubaPhoto : www.miradacubana.com

L’arrivé du XXème siècle verra la continuité de l’industrialisation du Cerro avec l’ouverture de nouvelles usines, de travaux d’infrastructure et son incorporation définitive à La Havane avec l’expansion de la ville. Devenu ainsi quartier populaire, il vivra aux années 1930 et 1950, des manifestations et protestes de travailleurs contre les régimes, tout d’abord de Gerardo Machado, et puis de Fulgencio Batista. 

Le Cerro aujourd’hui : à la recherche d’un meilleur avenir

À partir du triomphe de la Révolution cubaine en 1959 et de diverses transformations sociales et économiques qu’elle a déclenchées au pays, plusieurs quintas sont devenues des logements multifamiliaux ainsi que de centres d’enseignement, s’ajoutant à toutes celles qui depuis la fin du XIXème siècle étaient transformés en hôpitaux. 

maisons, personnes, voiture, quartier, Calzada del Cerro, chaussée, rue, La HavanePhoto : Pinterest

Après la crise de la Période Spéciale, vécue à Cuba aux années 90 le Cerro, comme le reste du pays, a été touché par de graves difficultés économiques. En conséquence, on assiste à nouveau à des problèmes d’insalubrité, avec plusieurs immeubles et infrastructures en mauvais état ainsi qu’une réputation pas toujours méritée de quartier dangereux. Cependant, les nouveaux commerces privés ainsi que des initiatives culturelles et sociales cherchent à donner une nouvelle vie au Cerro.

enfants, danse, quartier, projet communautaire, société, Cerro, La HavanePhoto : www.ipscuba.net

D’ailleurs, à l’image de la nouvelle société civile cubaine, il y existe des projets comme, notamment, l’atelier de transformation d’Atarés, ouvert depuis 1988. Dans ce centre communautaire, des travailleurs sociaux et activistes locaux, avec le soutien des institutions cubaines et des ONG internationales, travaillent avec des habitants du quartier en difficulté.

Des jeunes et des personnes âgées au chômage, ainsi que des femmes victimes de violence s’y rendent pour regagner de l’estime de soi, apprendre des métiers, découvrir leurs talents artistiques, acquérir les connaissances et outils pour ouvrir leurs propres commerces ; bref, trouver eux-mêmes des possibilités d’améliorer leurs conditions de vie. Et c’est cet aspect du quartier qui donne une toute nouvelle signification à l’expression « le Cerro à la clé ».

En effet, ce type d’initiative, existant au quartier depuis déjà plus de 30 ans, mais encore peu connue et peu développée dans le reste de la ville, pourrait s’avérer, dans un pays où pendant longtemps tout a été contrôlé par l’État, une nouvelle solution aux nombreux problèmes sociaux existant encore à La Havane, à l’aube de ses 500 ans.

Photo à la une : Kaloian Santos Cabrera - www.ipscuba.net

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts