Le culte de José Martí, l’Apôtre de Cuba

2020-01-28 18:19:24
Bryan Campbell
Le culte de José Martí, l’Apôtre de Cuba

José Martí est une figure incontournable de l'histoire de Cuba et d'Amérique Latine. Martyr et héros national, sa pensée a joué un rôle essentiel dans la lutte pour une Cuba libre et indépendante. Personnalité à diverses facettes et intellectuel prolifique, nombreux sont ceux qui s'approprient de son image et de ses idées pour défendre leurs projets politiques. Le culte à l'image de Marti, devenu mythe de la Révolution cubaine, révèle beaucoup sur la société cubaine d'aujourd'hui. Cubanía est parti à la découverte des principaux monuments édifié à son honneur afin de mieux comprendre l'importance de cette figure dans la Cuba contemporaine...

Au moment où l’on fête le 167e anniversaire de la naissance du héros national cubain José Martí, il faudrait s'interroger sur les origines de la dévotion et de la fidélité de Cuba et ses habitants envers cette figure. Les Cubains attachent une grande importance à leur histoire. Leurs villes se démarquent par la présence des monuments et des statues qui rehaussent les mythes fondateurs et les gloires passées de la nation.

À Cuba, l’architecture et le paysage naturel sont marqués par les hommages rendus aux héros, aux intellectuels ou aux moments spécifiques de l’histoire cubaine. Les monuments publics évoquent aussi bien des personnalités que des événements marquants. Or, les statues dédiées à José Martí, héros national, homme illustre et apôtre des Cubains, sont partout.

L’histoire joue un rôle fondamental dans le processus de construction de l’identité nationale et José Martí constitue en l’occurrence, la personnalité la plus saillante. Il est en même temps l’homme, l’intellectuel, le journaliste, l’idéologue de la nation et de l’indépendance, le mythe.

Martí : un mythe cubain ?

Martí est un mythe et l’objet du culte le plus répandu parmi les Cubains. Son travail comme organisateur de la guerre d’indépendance définitive contre l’Espagne, comme diplomate et intellectuel, ainsi que sa volonté d’unifier la diaspora cubaine, laissaient entrevoir une intention consciente de faire partie des symboles et de la mémoire collective des Cubains.

José Martí, devenu aujourd’hui l’une des sources qui inspire l’âme de la nation, est un cadre de référence pour les Cubains qui vivent aussi bien dans l’île qu’à l’étranger. La recherche autour des idées et de la vie de ce grand homme renferme le désir de créer un avenir sous-tendu par les idées passées. L’Apôtre avait compris non seulement le langage abstrait du peuple cubain mais aussi ses fragilités et ses contradictions.

Nombreux sont ceux qui se servent de Martí comme bouclier et comme emblème. Chaque révolution, chaque nouvelle idée, chaque processus social à Cuba puise ses sources dans la figure de Martí ; du moins c’est ce qu’affirment beaucoup de personnes. Mais le symbole de l’unité est aussi utilisé pour enflammer le tribalisme banal.

Le Martí anti‑impérialiste

monument, statue en bronce, jose marti, histoire de cuba, identite cubaine, culture cubaine

Aussi, un monument a-t-il été érigé à La Havane en l’honneur du Martí anti‑impérialiste, juste en face de l’ambassade étatsunienne. La statue est accompagnée de phrases de Simón Bolívar et de Martí lui-même, celui qui se méfiait des monarchies européennes et des visées des États-Unis sur l’Amérique latine.

Cette prémisse martinienne s’est enracinée après le triomphe de la Révolution cubaine en 1959. Pour sa part, Little Havana à Miami, où résident aujourd’hui des millions de Cubains, accueille une Place où se dresse un grand buste de Martí qui met en relief son idéologie libérale et son amour de liberté.

Tout un chacun interprète Martí à sa guise. Pour les poètes, ses poèmes constituent l’élément le plus significatif de son œuvre ; pour les journalistes, ses chroniques ; pour les traducteurs, ses interprétations du langage ; pour les humanistes, son humanisme ; pour les libéraux, son libéralisme. Son talent protéiforme peut englober un large éventail d’intérêts. En des moments de grandes différences et de divergences marquées parmi les Cubains, chaque groupe lui rend hommage, justifie ses idées et dénigre celles de l’autre, toujours au nom de l’Apôtre.  

Il n’est donc pas surprenant qu’il existe tant d’espaces publics dédiés à Martí, et ce aussi bien à Cuba qu’à l’étranger, car le culte martinien semble dépasser les frontières, celles des Caraïbes, de l’Afrique, de l’Amérique du Nord et de l’Europe ; bref, Martí est reconnu partout comme le plus universel des Cubains. Mais il s’agit en l’occurrence d’une tradition qui a débuté à La Havane, sa ville natale, avec l’inauguration, le 24 février 1905, de la statue située au Parque Central, à peine dix ans après sa mort.

Martí au Parc Central de la Havane

monument, statue, jose marti, histoire de cuba, identite cubaine, culture cubaine

Occupant la place réservée auparavant à un monument de la reine Isabelle II d’Espagne, tout semblait indiquer que la statue de Martí, érigée dans l’un des endroits les plus centraux, marquait le début d’une nouvelle étape dans l’histoire cubaine. Les Havanais ont appuyé à une écrasante majorité l’idée de cette construction, même si bien d’autres aspiraient à remplacer la figure de Martí par une réplique de la statue de la Liberté, ou par des monuments dédiés à d’autres héros cubains.

Mausolée de José Martí à Santiago de Cuba

monument, statue, jose marti, histoire de cuba, identite cubaine, culture cubaine

Une autre statue impressionnante est située à l’entrée du Mausolée de José Martí au cimetière Santa Ifigenia, à Santiago de Cuba, inauguré au début des années 1950. Cette œuvre est le fruit de plusieurs démarches en quête de fonds en vue de la construction d’une tombe digne de l’Apôtre.

Martí à la Plaza de la Revolución

monument, statue, jose marti, histoire de cuba, identite cubaine, culture cubaine

Vers la fin de la première moitié du XXe siècle, alors que la nation vivait une époque tourmentée, les Cubains ont décidé d’aller à la recherche de son mythe. À cette fin, ils ont bâti un autre monument magnifique au point le plus élevé de La Havane : la Plaza Cívica, connue aujourd’hui comme Plaza de la Revolución, un espace qui serait, quelques années plus tard, le témoin de certains des discours les plus emblématiques de Fidel Castro.

Martí au Pic Turquino

monument, buste, jose marti, histoire de cuba, identite cubaine, culture cubainePhoto : https://i1.wp.com/oncubanews.com

Chaque hommage avait pour but de rehausser un aspect caractéristique de Martí. Le héros révolutionnaire a aussi son espace au sommet du Pico Turquino. Depuis 1953, un buste de Martí, situé à 1 974 mètres au-dessus du niveau de la mer, se dresse au site où Fidel Castro et sa guérilla ont mené leur offensive révolutionnaire.

Le dernier monument de la capitale érigé en l’honneur du héros national a été inauguré en 2018 : il s’agit d’une réplique de la Statue équestre qui représente sa mort au combat, située dans le Central Park de New York, donnée par des institutions des États-Unis à Cuba.

Martí du Central Park de NY à La Havane

monument, statue équestre, jose marti, histoire de cuba, identite cubaine, culture cubaine

Les démarches réalisées en vue d’envoyer cette réplique à La Havane ont eu lieu à un moment où les tensions entre les deux nations se dissipaient. Mais l’histoire se répète. Les Cubains se lancent dans la recherche de Martí, et La Havane, à l’instar de chaque ville cubaine, s’apprête à trouver un lieu pour rendre culte à l’Apôtre.

Pour les Cubains, Martí constitue aussi bien un paradigme qu’une contradiction : l’intellectuel qui organise la guerre, le génie qui marche au combat et qui meurt avec simplicité insensée ou l’homme qui peut, par ses idées, justifier les actions des adversaires. Les statues et les monuments reflètent ces contradictions et la passion manifeste des Cubains.


Traduction : Fernández-Reyes

Photos : Cubanía

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts