Le Théâtre Sauto

2018-10-12 20:04:32
Ariadna Martín Díaz
Le Théâtre Sauto

Au cours du XIXe siècle, une ville attire un grand nombre d'artistes et d'intellectuels, poètes, écrivains ou architectes, tandis qu'elle connaît une croissance spectaculaire liée au développement de l'industrie sucrière : Matanzas. Dans ce contexte favorable à la culture, la ville ne possédait pourtant qu'une seule salle de théâtre, un petit bâtiment bruyant et peu confortable appelé Teatro Principal, bien loin de satisfaire les attentes de la nouvelle aristocratie qui exigeait des constructions d'une toute autre élégance. C'est pourquoi, fin 1858, un groupe de propriétaires terriens et de puissants hommes d'affaires a commencé à lever des fonds afin d'ériger un magnifique théâtre, sans égal à Cuba.

Les singularités d'une construction

Sa conception et son exécution furent confiées à un célèbre architecte italien, le talentueux Daniel Dall'Aglio qui a offert à Matanzas l'un des joyaux de l'architecture néoclassique du XIXe siècle cubain.

Dall'Aglio a eu recours pour sa construction à des techniques novatrices pour l'époque, qui ont contribué à l'excellente acoustique du bâtiment. En matière de matériaux en premier lieu, avec un théâtre construit à 80% avec du bois. Des fondations sur pilotis en bois de grignon ont permis de créer une assise solide sur un terrain marécageux à l'origine. Le lieu, au bord de la baie de Matanzas, a expressément été choisi en raison des vents alizés qui y soufflent la plupart du temps et qui, en plus d'améliorer l'aération, présentent des avantages en matière acoustique. Afin d'assurer une bonne propagation du son dans toute la salle et de canaliser les courants d'air, Dall'Aglio a conçu des structures qui agissent comme des pièges à sons, tels les abat-voix, des accordéons en bois qui s'étendent tout le long de la scène et qui produisent de l'écho, les galeries, les embrasures ou les planchers. La grande salle a été dessinée de manière à imiter une immense caisse en bois : les loges de balcon, le parterre et la scène, sont complètement isolés du sol et du toit afin que les bruits et les vibrations de l'extérieur ne nuisent pas à l'acoustique du théâtre. Aussi, les spécialistes estiment-ils qu'en la matière, le Sauto rivalise avec des salles telles que la Scala de Milan ou l'opéra de Paris.

L'histoire du docteur Sauto et de la reine Isabelle II

Les travaux débutèrent en 1860 et durèrent jusqu'au début de l'année 1862, quand l'argent commença de manquer. C'est alors que l'un des mécènes les plus actifs, le docteur Ambrosio de la Concepción Sauto, un pharmacien aisé de la ville, s'engagea dans une entreprise qui paraissait vouée à l'échec : relancer la collecte de fonds pour finir les travaux.

On raconte que le docteur Sauto, ayant eu vent des ragots selon lesquels la reine d'Espagne Isabelle II avait contracté l'herpès génital, s'ingénia à trouver un remède à base d'herbes contre cette maladie. Une fois assuré de l'efficacité du traitement, Sauto embarqua pour l'Espagne. Reçu par la reine, le médecin expliqua la raison de sa visite, ce qui lui valut d'être écroué sur le champ. Heureusement pour lui, la maladie de la reine fut plus forte que la pudeur de son époque. Une fois soignée de l'herpès, Isabelle II, reconnaissante, exempta de taxes les produits du docteur Sauto dans tout l'empire.












Un théâtre à la mode de l'époque

C'est ainsi que Sauto pu apporter une somme considérable d'argent pour l'achat du bois et des objets nécessaires afin d'achever les travaux. Résolument convaincu que le théâtre de Matanzas devait être le plus élégant de tout le pays, Sauto acquit de magnifiques pièces de décoration. L'entrée principale est ornée de deux miroirs valenciens encadrés d'or (XIXe siècle) et de deux grands vases en porcelaine de Sèvres, offerts par la reine Isabelle II. La lampe de la grande salle est l'une des deux Tiffany du Petit Trianon, un cadeau de l'empereur Napoléon à son épouse Joséphine. Quant aux miroirs de la Galerie des glaces, achetés par Sauto, ils proviennent du palais de Napoléon III. Les sculptures en marbre de Carrare, les appliques de la grande salle, les rideaux, les tapis et les fauteuils commandés à New York furent aussi achetés par le médecin.

L'inauguration eut finalement lieu le 6 avril 1863 et le théâtre fut baptisé Teatro Esteban, du nom du maire espagnol de la ville. En 1899, une fois Cuba affranchie de la monarchie espagnole, le peuple de Matanzas demanda que le théâtre prenne le nom de Sauto.

155 ans plus tard

À 155 ans de sa construction, le Sauto est un trésor du patrimoine cubain, déclaré Monument National en 1978. Comme l'explique Leonel Pérez Orozco, conservateur de la ville de Matanzas, le bâtiment a fermé ses portes en 2009 pour d'importants travaux de restauration; aujourd'hui, le théâtre a récupéré son état d'origine à 93%. Sa valeur historique est inestimable. Rien de tel, pour fêter le 325e anniversaire de la ville, ce 12 octobre 2018, que la réouverture de ce théâtre que Matanzas aime tant.

Traduction: B.F



Sur le même thème