Projet Akokán : faire revivre un quartier oublié

2020-04-25 14:08:16
Bryan Campbell
Projet Akokán : faire revivre un quartier oublié

Les origines africaines, ses lieux de culte ouverts et ses cérémonies cachées, les attentes de ceux qui, il y a des années, ont modelé et compris l'opportunité du progrès, la lutte contre l'oubli et l'abandon, accompagnent les efforts d'Akokán. Ses intentions ? Construire les outils nécessaires à Los Pocitos pour développer tout son potentiel.    

Origines de Los Pocitos… 

L’histoire des Pocitos commence par un mythe, celui de la rivière Quibú et de ses délicates sources. Elles sont à l'origine de cette communauté dès les premières décennies du XIXème siècle. En effet, la légende qui attribuait à ces eaux, situées à l'ouest de la Havane, des bienfaits thérapeutiques attira de nombreux curieux. Et pendant que la ville s’agrandissait, la réputation de la Source du Pocito donnait espoir à ceux qui cherchaient des solutions miraculeuses à leurs troubles.

La communauté des Pocitos a ainsi pris place dans l’imaginaire des Havanais. La réalité de leur situation actuelle est à ce jour bien différente : la pollution de la rivière est devenue le symbole de la disparition de ces rêves et légendes.

musique et fête de quartier à la Havane, projet communautaire, initiatives locales, quartiers de la havane,culture cubaine,développement durable, projet de quartier, entreprenariat, traditions cubaines

Éloignée du centre historique de la ville, la « barriada » (bidonville de La Havane) est devenue en effet un lieu d’habitats informels, où la fibre sociale n'existe plus. Tout le monde a oublié Los Pocitos, la fameuse source aux vertus curatives.

La situation est aujourd'hui pour la plupart des habitants synonyme de marginalisation, de problèmes sanitaires, d’expulsions, d'affaires sociales complexes ; en un mot, d’abandon. Cette nouvelle et mauvaise réputation n’attire plus les visiteurs comme elle le faisait autrefois.

quartier Los Pocitos à la Havane, quartier pauvre a la Havane, projet communautaire, initiatives locales, quartiers de la havane,culture cubaine,développement durable, projet de quartier, entreprenariat, traditions cubaines

Projet Akokán, plateforme d’innovation sociale ? 

Dans ce contexte difficile, est né le projet Akokán. Installé au coeur de la communauté, le but est de convaincre ses membres de leur potentiel, et ainsi d'en extraire le meilleur. Par exemple, les habitants sont invités à participer à des ateliers pour les enfants, les adolescents ou les adultes et ce, en partenariat avec les autorités locales et les programmes de volontariat. Véritable « plateforme d’innovation sociale », elle cherche à réhabiliter le tissu social de cette communauté. En tout cas c’est comme cela que le pointe Michael Sánchez, fondateur et directeur d’Akokán.

Pour Michael, Los Pocitos est une passion ancrée en lui. Bien qu’il ait emménagé récemment dans le quartier, il est plein d’enthousiasme et transmet un vrai sens d’appartenance et de fierté lorsqu’il raconte son histoire. Pourtant, les raisons de son installation aux Pocitos, et le choix de gestion du projet Akokán, restent complètement arbitraires.

« J’ai hérité d’une petite maison aux Pocitos (…) après y avoir passé un certain temps et même si c'était bien différent de ce que je connaissais, j’ai compris que l’idée était d’abord de nous connaître les uns les autres. L’ignorance produit la peur, et derrière chaque événement, chaque localité, existe une dimension culturelle qui nous appartient à tous. »

vie de quartier à la Havane, projet communautaire, initiatives locales, quartiers de la havane,culture cubaine,développement durable, projet de quartier, entreprenariat, traditions cubaines

A l’époque, professeur au Collège Sans Geronimo de La Havane, Michael a commencé à promouvoir des visites dans le quartier pour ses étudiants. C’était alors le début du projet Akokán. Puis, petit à petit, le projet s’est fortifié grâce aux alliances avec certaines institutions jusqu'à prouver toute son utilité lors de la mise en place de simples projets et d'interventions sociales.  

« Au début nous n’avions aucun soutien. Même si les projets communautaires n’ont pas encore de moyen de financement local, ils ont besoin de ressources pour être autonomes. On a eu la chance de pouvoir amener des étudiants universitaires et de faire des excursions pédagogiques. »

“Quand on agit avec Akokán, tout est Oddara” (1)

« Quand on a commencé, on avait l'idée d’offrir ce qui manquait. On voulait monter des maisons, donner des vêtements, faire venir des donations à la communauté… Aujourd’hui, on veut soutenir des entrepreneurs et leur permettre de créer leurs propres emplois : donner les moyens de travailler. » Voici le mot-clef que veut Akokán : autosuffisance.  

projet communautaire, initiatives locales, quartiers de la havane,culture cubaine,développement durable, projet de quartier, entreprenariat, traditions cubaines

C’est pour cette raison que fut créé le Café Oddara ; un restaurant dans sa maison, aujourd'hui source principale de financement du projet. « Café Oddara est une entreprise qui existe sur une activité sociale (…) son marketing est social, ses clients sont des gens qui veulent aider. » L’objectif est de « créer des entrepreneurs qui plus tard arriveraient même à être des contributeurs et financeurs du projet, comme c’est le cas aujourd’hui avec le Café Oddara. »    

La réaction des dirigeants de la communauté à l'arrivée d'Akokán dans le quartier a été intéressante. « Même si Michael a aidé à transformer le quartier, nous n’avions au départ, peu de soutien des autorités locales ou du gouvernement », raconte le représentant des Pocitos devant l’assemblée municipale.

Malgré une perception mitigée du rôle d'Akokán, les autorités locales acceptent et soutiennent aujourd'hui ce projet qui transforme la vision générale d'organisation communautaire et indépendante. Pour Michael, et même si la conjoncture actuelle est différente, « la bureaucratie et la base juridique rendent encore trop difficile l'efficacité du projet ».

projet communautaire, initiatives locales, quartiers de la havane,culture cubaine,développement durable, projet de quartier, entreprenariat, traditions cubaines

Dans un quartier profondément religieux, Akokán a réussi à inclure les traditions ancestrales des pratiquants, et à honorer différents évènements, sans en perdre le sens. L’union avec différents temples Abakuá et leur soutien sont l’une de ses réussites les plus pertinentes. Certes, ils gardent secret leurs pratiques toujours réservées aux hommes ; mais ils ont ouvert les portes aux ateliers et aux jeunes, qui en profitent.

« Le projet reconnecte la communauté à ses racines et tire parti de ces connexions pour restituer des valeurs. »

Au vu du travail et du succès d'Akokán dans la communauté des Pocitos depuis ces dernières années, on se demande ce que l'avenir leur réserve. « Je suis optimiste et ambitieux, nous voulons continuer d’approfondir mes missions et notre connexion avec les gens (…) . Le rêve de Akokán est de devenir une ONG au service des communautés comme Los Pocitos dans toute l’Amérique latine. C’est un objectif à long terme, mais on ne veut pas se mettre de freins. »

Ce qui est sûr c’est qu’Akokán revalorise l’histoire, les modes de vie spécifiques, la culture et les talents locaux. Le quartier est reconnaissant et s’investit avec une énergie unique. Ce projet continuera de bouleverser et de transformer la vie de nombreux habitants.

Recommandations : 

bénévoles du projet, projet communautaire, initiatives locales, quartiers de la havane,culture cubaine,développement durable, projet de quartier, entreprenariat, traditions cubaines

Musique à écouter à La Havane : Marcher dans les rues du Pocitos, surtout les matins, pour écouter le rythme et les sons des pratiquants des religions afro-cubaines.  

Quartier ou rue à visiter : Casa Blanca. (Profiter de la vue du centre historique)

Événements ou projets à relever : Plan Général du bureau de l’Historien de La Havane / La Marca (studio de tatouage)

Recommandation spéciale : Découvrir et soutenir le grand écosystème d’entreprenariat et de projets qui existent dans la ville, où l’on fait de belles choses sans les conditions ou le soutien nécessaires.


1) “Quand on agit avec Akokan, tout est Oddara”: devise du projet Akokán et qui dans la langue yoruba africaine signifie "Lorsque vous agissez avec le cœur, tout ira bien".  

Photos : Wanda Canals

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts