Rafael Arzuaga, la « révolution » du Mountain Bike à Cuba

2019-04-19 22:32:49
Berta Reventós
Rafael Arzuaga, la « révolution » du Mountain Bike à Cuba

Rafael Arzuaga se définit lui-même comme un amateur du vélo. Il est le directeur de Jíbaro Bikes, un projet de Mountain Bike à La Havane. Les habitants des villes et montagnes de l’île antillaise ne possèdent pas une culture du cyclisme consolidée. Néanmoins, au cours des dernières années, le vélo a graduellement gagné un espace dans le paysage de Cuba, et ce grâce à des initiatives comme celle d'Arzuaga. Le week-end, Jíbaro organisera la Neuvième Coupe Viñales, une compétition populaire de VTT qui attire chaque année un nombre toujours croissant de participants. Le chemin menant au Bosque du Parque Almendares, l’un des sites les plus beaux de La Havane, a été le cadre choisi pour interviewer Rafa et Pedro Espinosa, mécanicien de la société et pour, justement, faire un tour de vélo.
 

VTT à Cuba ?

Le projet Jíbaro Bikes a démarré il y a huit ou neuf ans. « Un beau jour, plusieurs amis cyclistes et moi, on a décidé d’organiser pour la première fois un club de cyclisme de montagne. Le groupe était formé d’artistes, photographes, mécaniciens et autres car, à notre avis, ce n’était qu’ensemble qu'on pourrait attirer davantage de personnes ». La première excursion a eu lieu à Escaleras de Jaruco, près des Playas del Este. « On ne savait pas avec certitude l’itinéraire à suivre ; on a pris des chemins de montagne, et c’est là qu'on a pu réellement apprécier la beauté de la zone rurale de notre ville ». Depuis ce jour‑là, dit-il, « on a organisé d’autres parcours ; certains participants avaient des VTT, alors que d’autres utilisaient différents types de vélo ».

VTT à cuba, faire du vélo, vélo, MTBPhoto : Nolan Pardo Ayala

Faire du vélo à Cuba offre de grands avantages, mais il y a aussi certains inconvénients. Aucun magasin ne propose des pièces de rechange. Il faut donc recycler les pièces d’autres vélos ou réparer ceux le nécessitant. Comment garantir le développement d’une agence de vélos de montagne dans ces conditions ? Rafa déclare à ce sujet : « nous dépendons souvent de l’aide de quelqu’un et je suis très heureux d’avoir des amis dans d’autres parties du monde qui se réunissent et font des dons et qui, lorsqu’ils se rendent à Cuba, amènent avec eux des pièces ou nous vendent, voire nous font cadeau de leurs vélos, à leur avis démodées. » En général, « les vélos que nous recevons ne sont pas assemblées : il faut les monter pièce à pièce, il suffit d’avoir la volonté d’y réussir ».


Photo : Nolan Pardo Ayala

Vu l’impossibilité d’acheter des nouvelles pièces, la philosophie du cyclisme cubain est marquée jusqu’à nous jours par une certaine austérité qui, de l’avis de Rafa, est « très utile, surtout en raison du manque d’accès aux dernières tendances : on ne peut pas acheter à chaque saison un casque, des vêtements, un sac à dos moins lourd que le nôtre mais qui est un peu plus cher...», tout en reconnaissant qu' « on aimerait avoir accès à tout ça, on ne peut pas y échapper ». « Ça nous a permis cependant de démontrer que la pratique du cyclisme n’exige pas beaucoup de choses, il suffit d’aimer le cyclisme et de respecter l’environnement : les rues, les personnes, la nature ». En partie, la philosophie de Jíbaro est sous-tendue par la théorie de faire (ou de commencer à pratiquer) un cyclisme à peu de frais.

Rafa a utilisé plusieurs fois les mots « enseigner », « montrer » comme s’il s’agissait, en quelque sorte, d’apprendre quelque chose. Mais, apprendre quoi et à qui ? À Cuba, il y a une certaine réticence à l’égard du vélo : dans les années 1990, pendant la dénommée Période spéciale, la pénurie matérielle était presque absolue, les moyens de transport faisaient défaut, et le vélo était la principale option pour se déplacer. Selon Pedro, « il fallait faire du vélo pour aller vers d’autres provinces en quête de la nourriture, d’où que, dans l’esprit de nombreuses personnes le vélo était synonyme de connaître des moments difficiles, voire de tomber malade. On nous demande souvent si nous sommes fous ». C’est pourquoi Jíbaro, entre autres démarches, réalise une sorte de travail pédagogique pour changer, pas à pas, la mentalité des personnes. « Nous sommes en train de faire en sorte que les gens commencent à se servir du vélo dans leur vie quotidienne, pour aller au travail, par exemple, mais aussi pour se distraire, faire du sport et lier connaissance avec d’autres personnes ».

projet Jibaro, MTB, VTT, faire du vélo à La Havane, Rafael ArzuagaPhoto : Nolan Pardo Ayala

Ouvrir la voie

Outre les parcours à vélo et l’organisation d’ateliers, l’équipe de Jíbaro réalise un travail beaucoup plus complexe : créer de nouveaux chemins de VTT en montagne. À cette fin, ses membres explorent, prennent des notes, mémorisent et enregistrent sur GPS. « On a créé des sentiers balisés, car autrement, les cyclistes ne pourraient pas faire le parcours. » Pour la plupart des Cubains, la montagne est un territoire inexploré. « Il est encore vierge en vertu d’une stratégie de protection militaire ». De l’avis de Rafa, il faut faire tout pour changer la rigidité qui persiste encore, compte tenu du fait que « les ressources sont disponibles mais elles ne sont pas dûment gérées ». En général, l’île demeure inconnue par un grand nombre de Cubains. D’après la philosophie de Jíbaro, le vélo ou VTT est idéale pour connaître le pays. Voici l’opinion de Pedro : « dans un bus climatisé, il est impossible de apprécier Cuba à sa juste valeur. Moi, par exemple, j’ai commencé à connaître mon pays sur mon vélo, car j’avais seulement traversé l’autoroute et les chefs‑lieux de province. Cuba est un beau pays. » Quant à la région centrale, Rafa recommande Topes de Collantes et la côte sud qui s’étend de Cienfuegos à Playa Larga ; à Matanzas, les « beaux » chemins de montagne parallèles à la route centrale, et à La Havane, les petits villages « tombés dans l’oubli ». À Pinar del Río, il propose la zone de Soroa, « dont la richesse ne se limite pas à la cascade » et, bien entendu, Viñales, « le paradis du Mountain Bike à Cuba ».



Rafael Arzuaga, projet Jibaro, faire du vélo à Cuba, MTB, VTTPhoto : Nolan Pardo Ayala

Les Bons Plans pour les amateurs du VTT

Faire du VTT à Cuba permet de connaître pleins de coins différents de l'île sous un autre angle. Rafael nous révèle ses bons plans:

1. Il vaut la peine de visiter les petits villages de Trinidad, « non seulement le Valle de los Ingenios (la Vallée des moulins à sucre)"

2. La côte qui s’étend de Cienfuegos à Playa Larga « offre une belle occasion de connaître divers établissements consacrés à la pêche, et d’admirer toute une gamme de couleurs »

3. Playa Jibacoa, à Matanzas, « une zone d’une beauté à couper le souffle »

4. L’architecture des villages de La Havane

5. Route de montagne reliant La Havane à Pinar del Río

Pour les amateurs du vélo et de la nature, l'agence de Rafael, Jibaro, organise des excursions à vélo qui font de découvrir l'île autrement.

VTT, faire du vélo à Viñales, projet Jibaro, MTB à Cuba

La Coupe Viñales MTB

Jíbaro organise tous les ans la Coupe Viñales, l’événement cycliste le plus important à ce jour à Cuba. D’une durée de trois jours, le parcours s’étend sur 90 kilomètres et « traverse la crête des montagnes, la vallée et les villages environnants ». Le coût de la course est modique car « les revenus des Cubains sont faibles ; nous faisons de notre mieux pour que le sport soit quelque chose de populaire, non professionnel ». En 2018, y ont participé quelque quatre-vingts personnes, et cette année on prévoit un plus grand nombre de participants. « Nous voulons démontrer à l’État qu’il existe un mouvement cycliste en plein essor. » Jíbaro ne reçoit aucune aide économique publique pour organiser l’événement. L’Institut national des sports, de l’éducation physique et des loisirs (INDER) se borne à reconnaître Rafa comme un « animateur du sport » et à lui apporter un soutien légal. Mais Rafa doit se rendre à Viñales par ses propres moyens, « coordonner avec le gouvernement de Viñales et avec la police tout ce qui a trait à la sécurité routière, ainsi que négocier des tarifs plus modestes avec les propriétaires des maisons où se logent les participants ». Quoi qu’il en soit, il est content car « cette année, en 2019, l’INDER a inclus la Coupe dans un calendrier national ».

MTB,VTT à Cuba, projet Jibaro, coupe Viñales

Photo: Facebook Copa Viñales MTB 2019

Volonté, persévérance et passion pour le vélo, voilà ce qui fait de Rafael Arzuaga un promoteur inlassable qui rêve de la révolution du Mountain Bike à Cuba, une idée qui est en train de faire son chemin. « En fait, c’est une révolution. Nous espérons qu’un jour Cuba aura, à l’instar du reste du monde, un mouvement cycliste aussi bien urbain que de montagne, mais comme il faut, autrement dit un mouvement jouissant de toutes les garanties et disposant des ressources et permis pertinents. Nombreux sont ceux qui ont de grandes idées et qui veulent travailler dans ce sens. Le moment est venu de briser les barrières. »


Traduction : Fernández-Reyes

Habana XXI

Habana XXI s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Habana XXI souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues. Habana XXI privilégie la chronique comme mode d’expression,  pour sa forme plus humaine, plus proche des réalités de l’île. Prédomine donc la « première personne » dans les témoignages, exprimant ainsi une expérience vécue représentative de la Cuba du XIXe siècle. Habana XXI sur Youtube. 

Related Posts