Facebook Instagram Twitter

La maison de l’éventail

L’indispensable accessoire utile et chic

Auteur:
Stéphanie de Silguy & Géraldine Boitard
-
8 septembre 2020

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Située dans la Vieille ville de la Havane, la Casa del Abanico (la Maison de l’Éventail), est une charmante petite boutique garnie de multiples éventails et qui perpétue cette tradition héritée de l'époque coloniale.

Pour ceux aiment les jolis objets personnalisables. Pour rapporter un joli souvenir de Cuba. Le large choix de couleurs, de design.

En vitrine, de nombreux modèles, de toutes tailles et de toutes les couleurs. À l’intérieur, un vendeur dispense des conseils sur le multiple choix d'éventails proposés en boutique. Les éventails peuvent être en bois, en papier fin, en tissu ou en plastique. Ils sont tous peints à la main. Il est ensuite possible de personnaliser son éventail, une gravure en couleur ou en y ajoutant une inscription. Ce travail est réalisé par Alejandro, un jeune peintre de 23 ans, qui personnalise les modèles choisis par les clients.

L'éventail à Cuba a une histoire, introduit à Cuba au XVIe siècle, à l’époque coloniale,  il répondait alors à une nécessité, en raison de l’absence d’air conditionné ou de puissants ventilateurs. La Havane comptait alors plusieurs dizaines d’ateliers de fabrication d’éventails et des artistes connus étaient sollicités pour les décorer de scènes diverses. Leurs utilisateurs avaient développé leur langage propre, selon que l’éventail était agité d’une façon ou d’une autre. Il n’était pas étonnant de voir les hommes manier l'éventail, généralement plus petit que celui des femmes. Ces dernières se mirent à l’utiliser comme un instrument de séduction. Par exemple, lorsqu’elles l’agitaient devant leur bouche cela signifiait « embrasse-moi » ou si elles l’ouvraient doucement cela indiquait à leur amant qu’il fallait « attendre ». Aujourd’hui encore, l’éventail n’est pas seulement un objet pour se rafraîchir, il est aussi beaucoup utilisé comme un accessoire au même titre qu’un bracelet ou des boucles d’oreilles. La maison de l'éventail perpétue cette tradition, en proposant de véritables petits chefs-d’œuvre aux couleurs variées. Il faut compter entre 5 et 25 euros selon le modèle et ajouter 50 centimes à 5 CUC pour la personnalisation, réalisée avec beaucoup d'attention. Un souvenir idéal et utile pour les jours de grandes chaleurs et les déambulations dans La Havane.

Informations Pratiques

Horaires : Tous les jours de 9h à 17h et le dimanche de 9h à 13h. | Adresse : Rue Amargura #68, entre Mercaderes et San Ignacio, Vieille Havane.


Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi