Facebook Instagram Twitter

Street network : une initiative de low tech à Cuba

Un intranet performant ?

Auteur:
Indira Rosell Brown
Date de publication / actualisation:
1 avril 2024

La low tech est une tendance mondiale qui désigne les technologies faciles à utiliser et respectueuses de l'environnement. À Cuba, elles ont également été adoptées via des projets locaux. Dans cet article, c’est l’initiative Street network (Snet), une alternative plus durable et plus efficace pour le transfert de données, qui est décryptée.

SNet

Aux origines de Street network (SNet)

Street network (SNet), est un intranet créé vers 2010 par un groupe de jeunes Cubains qui souhaitaient jouer à des jeux vidéo mais n'avaient pas accès à l'internet. Au début, ces créateurs ont relié leurs ordinateurs par des câbles ou des dispositifs de transmission, à une époque où ils n'étaient pas vendus dans le pays. Ils ont finalement réussi à relier des milliers de personnes à La Havane, en suivant le même modèle et en connectant un appartement à un autre avec des câbles. Cuba étant un pays où ces derniers câbles fourmillent, un de plus ne fait pas une grande différence dans le paysage urbain. Ils réussirent également à structurer l'administration du SNet.

Zones de couverture SNet dans les quartiers de La Havane

De cette manière, les membres de l'intranet ont réussi à défier les mesures restrictives d'accès à l'internet de l'époque. Ils contournèrent ces mesures en créant un réseau permettant non seulement de jouer à des jeux vidéo, mais aussi de consulter des dictionnaires, des encyclopédies médicales, de regarder des films et des séries télévisées, entre autres services.

Contrairement à l'internet qui est un réseau mondialisé, l'intranet du SNet est un réseau interne dont l'objectif est d'échanger des informations de manière plus directe. Ce qui constitue l'un de ses principaux avantages.

Qu’est que la low tech ?

Le terme « low-tech » désigne un ensemble d'objets, de services, de techniques, de systèmes, de pratiques, de modes de vie et de pensée simples et accessibles à tous. L'utilité, l'accessibilité et la durabilité sont les principes essentiels de ce concept, qui est devenu une alternative pour changer les habitudes de consommation contemporaines. Des habitudes qui nuisent bien souvent au développement durable.

Jeunes utilisant un réseau wifi

La low tech est également une proposition d'amélioration des technologies existantes et encourage la fabrication, en tirant parti des ressources et des connaissances locales. Cette tendance prône la minimisation de l'impact écologique par l'utilisation de ressources et d'énergies renouvelables, autant que possible locales et non polluantes.

Dans le domaine de l'internet, la low tech propose de réduire notre dépendance à l'égard des grandes entreprises mondiales afin d'obtenir des avantages tels qu'une plus grande sécurité, le respect de la vie privée, une réduction de la consommation d'énergie et de l'exposition à la publicité. Des avantages dont bénéficient les utilisateurs de l'intranet cubain SNet, illustration de l'application des low tech à la vie quotidienne.

L'intranet plus avantageux qu'internet ?

L'internet est gourmand en matériaux et en énergie. La fabrication et l'utilisation de ces infrastructures nécessitent une énorme quantité d'énergie, d'eau et de métaux rares. Cela les rend extrêmement polluantes et inaccessibles à 40 % de la population mondiale.

Les avantages d'un intranet comme le SNet sont multiples. Tout d'abord, il permet l'échange rapide, et directe, d'informations entre les utilisateurs. Ensuite, le SNet ne dépend pas d'un réseau externe. En cas de panne d'un autre réseau, le SNet continuerait à fonctionner avec sa propre électricité et dispose d’un système d'alimentation alternatif en cas de coupure de courant.

Et enfin, lorsqu'il s'agit d'informations sur internet, celles-ci transitent par plusieurs serveurs avant d'atteindre l'utilisateur final, ce qui peut constituer une violation de la vie privée. L'intranet cubain est constitué de moins d'intermédiaires : l'utilisateur partage une information donnée en passant directement d'un ordinateur à l'autre.

Pour financer le SNet, chaque utilisateur doit payer une redevance et il définit lui-même ce à quoi l'argent sera consacré, qui peut être la maintenance, l'achat de nouveaux équipements, le paiement de l'électricité, la sécurité, entre autres. Le SNet s'enorgueillit d'offrir des services de qualité en utilisant des technologies anciennes ou moins performantes.

SNet

SNet propose des services tels que des jeux, des chats, des forums, des vidéos en streaming et en ligne, à l'instar de Youtube, ainsi que des services de VoIP et de réseautage social. Actuellement, 18 000 personnes à La Havane se connectent via cet intranet. Il existe d'autres réseaux similaires dans le pays, mais ils sont plus petits et servent d'autres objectifs. À l'avenir, l'intranet cubain prévoit d'augmenter le nombre d'utilisateurs et de fournir plus de services.

Un intranet limité ?

Il y a cependant des limites imposées, par la politique intérieure du pays, aux types de contenus échangés. La pornographie, les contenus religieux et politiques sont donc officiellement interdits sur le réseau. Des restrictions qui, si elles perdurent encore aujourd'hui, restent difficiles à faire appliquer dans les faits.

SNet se targue d'offrir des services de qualité en utilisant des technologies obsolètes ou moins performantes. Cependant pour l'avenir, il prévoit d'acquérir des technologies nouvelles permettant une plus grande bande passante et des services de plus en plus innovants et adaptés aux besoins des utilisateurs. Ces projets représentent un défi pour les membres, car ils devront disposer d'un budget plus important pour acquérir de telles technologies, au milieu de la crise économique que traverse le pays. 

Dans tous les cas, l'intranet (local) ne remplacera jamais l'Internet (mondial). Avoir accès à des informations universelles, certes difficile à appréhender, demande plus de sécurité et plus de rigueur de la part des internautes. Ces informations répondent néanmoins à toutes leurs attentes. L'intranet ne fait circuler qu'une information limitée à sa propre culture et à ses propres frontières. Si elle permet un grand nombre de services, elle peut également isoler ses internautes. Avoir accès aux deux réseaux, intranet et Internet, paraît être le meilleur compromis entre développement durable et culture universelle.

traducteur:

Elodie Vandenbossche

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi