Facebook Instagram Twitter

Bacunayagua : l’une des sept merveilles du génie civil cubain

Un pont entre Varadero et la Havane

Auteur:
Indira Rosell Brown
-
27 novembre 2023

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Le pont Bacunayagua fait partie de l'autoroute vía Blanca qui mène de La Havane à la station balnéaire de Varadero. Cette œuvre est considérée comme l’une des sept merveilles du génie civil cubain.

Puente de Bacunayagua

Comment accédait-on à Varadero depuis La Havane avant la construction de la Vía Blanca ? L'accès à la station balnéaire depuis la capitale cubaine impliquait quelques difficultés pour les voyageurs: ils devaient emprunter l'ancienne route centrale, qui relie presque toute l'île dans sa partie centrale, jusqu'à arriver à Matanzas, puis se diriger vers la côte nord de cette province, où se trouve Varadero.

La construction de la Vía Blanca était la solution idéale pour relier plus rapidement la capitale cubaine à Varadero. Cette autoroute panoramique commence à La Havane et longe la côte nord jusqu'à atteindre la station balnéaire. Dans le cadre de cette autoroute, a été érigé le pont Bacunayagua, un ouvrage qui a le mérite d'avoir été entièrement réalisé par des ingénieurs cubains.

Une station balnéaire en pleine effervescence

Ainsi pourrait-on  décrire Varadero dans les années 50 du siècle dernier. C’est à cette époque que fut construit l’emblématique Hôtel International – démoli en 2016 – très fréquenté par la haute société cubaine et privilégié par les millionnaires américains.

Hotel Internacional Varadero

En plus des nombreux hôtels construits dans cette zone, des maisons d'hôtes et divers centres ont vu le jour pour garantir le divertissement. Ainsi les logements étaient assurés dans cette station balnéaire très fréquentée à l'époque par le tourisme américain. Cuba aspirait à devenir le « Las Vegas des Caraïbes », et Varadero a grandement contribué à cet objectif.

C'est pour cette raison que les voies de communication vers Varadero sont devenues très importantes, et tant les investisseurs comme le gouvernement n'ont épargné aucun effort ni argent pour les parfaire. Dans les années 1950, l'aéroport a été agrandi. Le quai, connu aujourd'hui sous le nom de Marina Dársena, a été construit et le pont Bacunayagua a été créé. Un magnifique ouvrage qui fait partie de la Vía Blanca.

Puente Bacunayagua

Ce pont relie la province de Mayabeque, à l'époque ce territoire faisait partie de La Havane, avec Matanzas,la province dans laquelle se trouve Varadero. La construction du pont Bacunayagua a posé d'importants défis aux ingénieurs cubains qui ont trouvé des solutions ingénieuses pour sa réalisation. Cette œuvre est considérée comme l’une des 7 merveilles du génie civil cubain.

Le pont le plus haut de Cuba

En 1956, la construction du pont Bacunayagua commence. Son principal concepteur était l'ingénieur Luis Sáenz Duplace. Il a également dirigé le groupe de conception du bâtiment Focsa, une autre des sept merveilles du génie civil cubain.

Construcción puente Bacunayagua

L'une des singularités qui distingue ce pont, est l'absence de fausse construction. En d'autres termes aucun élément n'a été utilisé pour soutenir et stabiliser les structures qui nécessitent un soutien lors de la construction. Il a été entièrement préfabriqué. Défiant le vent fort, caractéristique de la région, le pont a été fondé directement sur les rochers et soutenu par des tours de type Vierendeel. Une poutre avec une structure interne en treillis en forme de rectangle qui permettait le passage de plus de lumière. Un renfort a été utilisé dans la structure en béton armé de ces tours.

C’est justement l’arc de ce pont qui est l’un des éléments qui suscite le plus d’admiration. Il a été construit selon le système Melán, caractérisé par la création d'une armature rigide en acier et en béton. José Esteban Hernández, qui, alors qu'il était encore étudiant en génie civil, a calculé l'arc du pont. Il a raconté par la suite, dans plusieurs interviews, que cet arc a été réalisé en deux moitiés, qui ont ensuite été réunies dans la clé de voûte. La dernière pièce utilisée dans la construction d'un arc.

Construcción puente Bacunayagua

L’ingénieur explique qu’« en raison d’une erreur dans la construction des pièces, l’une des pièces a dû être forcée avec une corde de gros calibre ». Il se souvint également que lorsque les deux fragments du pont furent réunis, il y eut un grondement qui secoua les environs. La superstructure du pont Bacunayagua est finalement constituée d'un panneau de plancher de 16 mètres de large, qui repose sur des poutres préfabriquées. Celles-ci reposant à leur tour sur les pièces de fermeture. Les autres éléments qui mettent en valeur la route sont ses 11 feux de 28,5 mètres chacun. Parmi eux, quatre se trouvent à l’intérieur de l’arc central. La longueur de ce pont est de 313,5 mètres.

Un chemin en pleine nature

Ce pont, considéré comme le plus haut et le plus long de Cuba, a été achevé en 1959 et s'élève à 110 mètres au-dessus du canyon de la rivière Bacunayagua. Traverser le pont Bacunayagua permet non seulement d'accéder à l'une des plus belles stations balnéaires de Cuba, mais devient également l'occasion d'apprécier la nature exubérante qui l'entoure.

Canal Educativo

Puente Bacunayagua

En traversant ce grand pont, vous pourrez voir la mer et la vallée de Yumurí, caractérisée par ses palmiers royaux et ses reliefs variés. Cet environnement naturel, ainsi que le charme qui distingue la route, nous rappellent pourquoi le pont Bacunayagua est l'une des 7 merveilles du génial civil cubain.

traducteur:

Elodie Vandenbossche

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi