Facebook Instagram Twitter

Camagüey

L'originale

Auteur:
Bertrand Ferrux-Bigueur
-
1 août 2020

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

L'une des villes les plus culturelles de Cuba, porte d'entrée de l'Oriente, située au centre de l'île, Camagüey vit à part sa cubanité : entre histoire, arts, gastronomie, architecture et balade incontournable dans la ville des Tinajones (jarres).

Pour les amateurs d'art et d'architecture. Pour l'architecture variée et la sublime cathédrale de la ville. Les ateliers d'artistes et la vie culturelle foisonnante.

Ni La Havane, trop administrative, ni Santiago trop révolutionnaire, la troisième ville du pays vit son développement à part, tout comme son histoire et ses habitudes. Après la capitale, elle est culturellement la plus riche ville de Cuba. Autonome, elle s'est dotée comme la Havane, d'un pouvoir décentralisé, une Oficina del Historiador, qui gère la restauration des sites et bâtiments de son cœur historique, classé au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco.

Tous les styles architecturaux occupent la ville : néoclassique, Art déco et néocolonial, avec une particularité unique à Cuba : les églises ! Au nombre de 12, elles entourent le centre et la cathédrale, restaurée et qui, à elle seule, vaut le détour. La ville a été initialement construite sur la côte nord de l'île mais ses habitants, lassés des attaques de pirates l'ont petit à petit déplacée vers l'intérieur des terres jusqu'à sa position actuelle au centre de l'île à 500 kilomètres de La Havane. Ses rues ont été conçues étroites et tortueuses quand les plans des autres villes se voulaient organisés, initialement pour faire face aux révoltes indigènes.

Alors que l'ensemble du pays devenait le grenier à sucre du vieux continent et que la canne habillait toutes les plaines de l'île, Camagüey développait l'élevage bovin. Encore un signe de son originalité et de sa volonté de se démarquer ! Ce fut une réussite puisque cette agriculture permit de développer la ville et la province éponyme. En témoignent les riches maisons blanches coloniales, entourées de jardins verdoyants, symboles de la réussite économique de la région.

Que faire ?

C'est à bord d'un bici-taxi - le transport local - qu'il faut arpenter les ruelles sinueuses à la découverte des édifices religieux, des bâtiments coloniaux et des nombreuses places, dont les célèbres Plaza de Carmen et Plaza de la Soledad. Le cœur de la ville se trouve certainement sur la place San Juan de Dios. Construite en 1728, c'est l'une des plus connues de Cuba, célèbre également car le héros indépendantiste Ignacio Agramonte y a été transporté à sa mort. On retrouve la statue du combattant au centre du parc du même nom, près de la Casa de la Trova, lieu incontournable pour la musique.

Mais la ville est aussi culturellement riche : on ne peut visiter Camagüey sans se rendre dans les nombreux ateliers d'artistes. Entre autres spécialistes, le couple Joel Jover et Ileana Sánchez ouvrent à la visite leur galerie d'art contemporain. Si peintres et sculpteurs sont présents, d'autres créateurs font la spécificité du lieu : les céramistes. Ils perpétuent l'art de fabriquer les fameuses tinajones, grandes jarres en forme d'amphore, faites de terre cuite. Elles servaient autrefois à stocker l'eau de pluie, la région étant souvent victime de sécheresses. Ces amphores représentent Camagüey, on les retrouve comme trophées ou sculptures partout dans la ville rénovée. La légende raconte que lorsque l'on boit l'eau des tinajones, on revient à Camagüey!

Autre phénomène culturel de la ville : le ballet classique et son école. Certes, la danse à Camagüey n'est pas aussi célèbre que le ballet de la Havane, mais elle n'a pourtant rien à lui envier. Inauguré en décembre 1967, le fameux BC, Ballet de Camagüey, n'a cessé de se produire ici et dans le monde entier, offrant à un large public un style classique et formant ses ballerines dès leur plus jeune âge.

Les Bonnes Adresses

Quelques hôtels de type néo-coloniaux et de plus en plus de casas particulares se partagent l'offre d'hébergement à Camagüey. Il convient de préférer une chambre au calme donnant sur un patio au cœur de la ville. Ainsi, places, lieux de visites et rues tortueuses seront accessibles facilement. Le Camino de Hierro et l'hôtel Colon sont deux établissements à l'architecture incontournable, les deux étant d'anciens palais.

La restauration est conforme à ce que l'on trouve à Cuba, soit des offres de cuisine locale, ou internationale. Pour un verre, le café Ciudad, place Agramonte présente par de magnifiques photos la Camagüey du XXIe siècle ; quant à El Paso, sur la plaza de Carmen, sa terrasse permet une vue magique, surtout au coucher du soleil.


Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi