Facebook Instagram Twitter

Bayamo

La méconnue

Auteur:
Bertrand Ferrux-Bigueur
-
1 août 2020

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Récemment rénovée, la ville des Héros pourrait devenir une belle escale de l'Oriente. Forte d'une histoire révolutionnaire parfois méconnue et d'une richesse culinaire unique, elle prête à une étape culturelle intéressante et peu touristique.

Pour les passionnés d'Histoire et de paysages montagneux. Pour visiter une ville à l'histoire révolutionnaire importante, faire de belles randonnées et découvrir la cuisine locale. Les vestiges de la lutte indépendantiste ainsi que de la Révolution cubaine.

Même s'il s'agit de l'une des plus anciennes villes de Cuba, Bayamo reste une étape peu fréquentée des circuits touristiques habituels. Ville à l'histoire riche, elle est la ville natale de nombre de héros. C'est peut-être en leur honneur qu'elle s'est refait une beauté, ces dernières années, devenant une cité agréable et tournée vers la culture et le tourisme. Si l'on a déjà entendu parler de Santiago, Baracoa ou Camagüey, Bayamo, capitale de la province de Granma, reste peu connue. Pourtant la ville de 150 000 habitants a vécu plusieurs événements capitaux dans l'histoire du pays et a vu naître nombre de héros. Elle est la deuxième des 7 premières villes fondées par Velásquez en 1513. Elle fut rapidement peuplée de migrants espagnols et devint un pôle agricole et commercial très important, car éloigné des côtes caribéennes et donc des nombreux actes de piraterie courants dans la région.

Carlos Manuel de Cespedes, père de la Patrie et premier libérateur d'esclaves, y est né. Ce combattant de la Guerre des Dix Ans pour l'indépendance du pays y est célébré, tout comme Pedro Figueredo, à l'origine de l'hymne national, la Bayamesa (la Bayamaise). On trouve également partout dans la ville des hommages au chanteur « boule de neige », ou aux héros de la prise de la caserne Nico Lopez le 26 juillet 1953, événement qui donnera naissance au mouvement du 26 juillet.

En quittant la ville, on trouve un environnement naturel riche et la région permet, à quelques kilomètres du centre, de profiter de belles randonnées. Par exemple, on se rend à Santo Domingo, d'où démarre le sentier pour la Commandancia de la Plata, là où les Barbudos - surnom donné aux forces rebelles de la Révolution cubaine - établirent leur quartier général durant les années de préparation de la Révolution.

Que Faire ?

Arpenter les rues de Bayamo, à pieds ou en calèche - le transport local - est un plaisir même si le centre n'est plus colonial et historique. La ville a en effet été brûlée par ses habitants en 1869 pour ne pas être sacrifiée à la puissance espagnole. Outre les rues rénovées du Centre et son fameux bulevar, on visite les lieux dédiés au patriotisme, comme la caserne célèbre pour l'assaut dont elle fut victime en 1953, la place de la Révolution et la maison natale de Carlos Manuel de Cespedes.

Les Bonnes Adresses

Le Royalton sur le Parque Cespedes, où trône la statue de bronze du héros, est certainement l'hôtel le mieux situé de Bayamo. Entre la cathédrale San Salvador et la maison natale de Carlos Manuel de Cespedes, cette construction des années 40, récemment rénovée, est une escale pratique pour la découverte du centre-ville à pieds. En soirée, la place s'anime des habitants venus discuter, et le dimanche la fanfare locale rend hommage à l'auteur de l'hymne national.

Les escales culinaires ne manquent pas et la gastronomie locale est à découvrir : les fameux huevas de cangrejo au basoco, caviar local, les dulce de ciruela borracha ou les rosquitas sont des recettes typiques et historiques que les restaurants locaux ont repris avec succès. Le San Salvador, à deux pas du Parque Cespedes, ainsi que La Mesón de la Cuchipapa, proposent ces mets revisités.


Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi